CommentMesurer les temps d’attente dans les soins de santé...

Mesurer les temps d’attente dans les soins de santé : pour qui, pourquoi, comment ?

-

Publicité
Contrairement à ce que l’on observe dans d’autres pays, les initiatives de mesure du temps d’attente qui existent actuellement en Belgique (enquêtes, évaluations sur la base de données administratives, etc.) sont limitées, dispersées et souvent ponctuelles. À ce jour, la seule mesure systématique concerne les temps d’attente dans les centres de soins de santé mentale, organisée uniquement en Flandre. Est-il possible de remédier à cette lacune et, si oui, comment procéder concrètement ? Ce sont les questions auxquelles cette nouvelle étude du KCE a tenté de répondre.
Dans ce cadre, les auteurs ont dressé l’inventaire des initiatives belges existantes, passé en revue la littérature internationale, examiné les systèmes qui existent dans d’autres pays et recueilli l’avis de professionnels belges du secteur de la santé, pour en tirer une série de propositions formulées en concertation avec un groupe d’experts.

Au fond, pourquoi mesurer les temps d’attente ?

Définir l’approche optimale pour la mesure des temps d’attente dans notre pays suppose avant tout de savoir quel est l’objectif poursuivi. Cette mesure n’est en effet pas une fin en soi et n’a de valeur que si les données recueillies sont interprétables et peuvent, dans un second temps, être utilisées soit pour guider la mise en place de mesures visant à remédier à des temps d’attente jugés excessifs (pour lesquels des seuils devront être fixés), soit plus largement pour informer la planification et la répartition de l’offre de soins.

Les résultats peuvent également être rendus publics sous une forme anonymisée et agrégée (mais donc pas au niveau individuel de chaque prestataire ou hôpital).

Échantillon représentatif

Sur la base des objectifs identifiés pour la mesure des temps d’attente en Belgique, les chercheurs du KCE estiment qu’il n’est pas nécessaire de procéder à une collecte d’information systématique chez tous les prestataires, dans tous les secteurs ou à toutes les étapes du parcours du patient. Une collecte et une analyse ciblées dans un échantillon représentatif de prestataires et d’établissements de soins de santé et portant sur certains services, procédures et interventions soigneusement sélectionnés devraient suffire aux besoins des autorités de santé. Cette collecte de données devrait être centralisée et récurrente.

Les domaines à étudier (p.ex. le temps d’attente pour une consultation, un examen, etc.) et la composition de l’échantillon (p.ex. en termes de répartition géographique, d’environnements de soins, de statut de conventionnement, etc.) devront être choisis avec soin en fonction des besoins. Le KCE recommande de confier cette tâche à des groupes de travail incluant des représentants de tous les acteurs-clés impliqués dans la problématique des temps d’attente, chapeautés par une structure coupole encore à créer.

Une mesure prospective ou rétrospective

La mesure des temps d’attente peut être réalisée soit de façon rétrospective, en analysant a posteriori les informations collectées en conditions réelles (souvent en provenance de bases de données existantes), soit de façon prospective, en quantifiant le délai nécessaire pour obtenir un rendez-vous pour un patient (fictif) présentant des caractéristiques bien définies.

L’analyse des exemples étrangers donnent à penser qu’une mesure rétrospective ne serait pas réalisable avec les données actuellement collectées en Belgique, qui n’incluent aucune date « de référence » à partir de laquelle le délai d’accès aux soins puisse être calculé. Elle pose aussi des difficultés d’interprétation, parce qu’elle ne permet pas d’évaluer les raisons du délai d’accès aux soins.

Vu le manque de données récoltées en routine sur le temps d’attente et la volonté de limiter à la fois la charge de travail supplémentaire pour les professionnels et le coût pour le système, le KCE penche donc plutôt en faveur d’une approche prospective lorsque celle-ci est possible. Cette approche présente l’avantage de pouvoir donner une image de la situation pratiquement en temps réel, puisqu’elle renseigne sur le temps d’attente au moment de la prise de rendez-vous (plutôt que de le mesurer rétrospectivement, lorsque le contact avec le système de santé a déjà eu lieu), mais aussi de pouvoir tester l’impact de différents facteurs, comme le degré d’urgence apparent du problème de santé.

Le jeu en vaut-il la chandelle ?

Nous l’avons dit plus haut, la mesure des temps d’attente n’a de valeur que par l’usage que l’on en fait. Le KCE souligne donc qu’il faut absolument évaluer et équilibrer le rapport entre le coût financier et humain de cette collecte d’information et la valeur ajoutée qu’elle peut générer. Il serait évidemment dommage de consacrer plus de ressources à mesurer la problématique qu’à y apporter des solutions. En outre, il est important que cette mesure s’inscrive dans une réflexion plus large sur l’accès aux soins, qui prendrait notamment en compte les indicateurs mesurés dans les rapports réguliers du KCE sur l’évaluation de la performance du système de santé belge (voir rapport KCE 376B pour la dernière édition).

Lien Source Almouwatin.com

Publicitéspot_img
Publicité

Dernières nouvelles

« Jésus de Nazareth, roi des Juifs » II

Par le prof. AP Lopukhine 19h25. Sur la croix de Jésus se tenaient sa mère et sa sœur...

Visages du dialogue interreligieux aujourd’hui

Par Martin Hoegger. www.hoegger.org La spiritualité des Focolari, mouvement reconnu par l'Église catholique, est également vécue, dans une certaine mesure,...

Ukraine : la Russie lance une attaque « massive » contre les infrastructures énergétiques

Les forces armées russes ont lancé vendredi soir une huitième attaque « massive » contre des infrastructures énergétiques dans...

UEFA : Pays-Bas 0-0 France : les défenses en tête lors d’un match nul et vierge

UEFA – Pays-Bas et France se sont annulés à Leipzig, les deux étant à égalité avec quatre points en...
- Advertisement -spot_img

La reprise économique réduit l’écart salarial

Depuis le 1er janvier 2022, un nouveau régime de sécurité sociale est entré en vigueur pour les sportif·ve·s rémunéré·e·s....

RUSSIE : Lourdes peines de prison pour 9 Témoins de Jéhovah dans le territoire occupé de Crimée

Neuf Témoins de Jéhovah vivant dans le territoire occupé de Crimée purgent actuellement de lourdes peines de prison, allant...

Must read

« Jésus de Nazareth, roi des Juifs » II

Par le prof. AP Lopukhine 19h25. Sur la...

Visages du dialogue interreligieux aujourd’hui

Par Martin Hoegger. www.hoegger.org La spiritualité des Focolari, mouvement reconnu...
- Advertisement -spot_img

You might also likeRELATED
Recommended to you