ACTUALITELe Mouvement Sahraoui pour la Paix Présente ses Initiatives...

Le Mouvement Sahraoui pour la Paix Présente ses Initiatives en Amérique du Sud

-

Publicité

18 mai 2024

Hach Ahmed Bericalla dos
Le Mouvement Sahraoui pour la Paix Présente ses Initiatives en Amérique du Sud 2

Le mercredi 14 mai, dans les locaux du Cercle de la Gendarmerie Nationale, s’est tenue la Conférence « Promouvoir les Projets de Paix dans les Zones de Conflit ». Cette conférence, organisée par le Comité International pour le Dialogue et la Paix, a réuni plusieurs intervenants, dont le dirigeant sahraoui Hach Ahmed Bericalla.

Entre 18h00 et 20h30, cette conférence a accueilli M. Hach Ahmed Bericalla, premier secrétaire du Mouvement Sahraoui pour la Paix (MSP), la Dr Graciela L. Cosentino, présidente du Comité International pour le Dialogue et la Paix, et le Dr Adalberto C. Agozino, secrétaire coordonnateur de l’ONG parrainante.

L’intervention de M. Bericalla, intitulée « Le Mouvement Sahraoui pour la Paix : un Cri Populaire et une Exigence Conjoncturelle », a souligné plusieurs points essentiels :

Il a d’abord rappelé que les membres du MSP étaient autrefois des membres du Front Polisario, partageant initialement les idéaux de constituer une société sahraouie indépendante, démocratique et progressiste. Cependant, ces idéaux se sont perdus et dénaturés au fil du temps et des changements internationaux.

M. Bericalla a expliqué qu’après avoir rompu avec ses camarades du Front Polisario, il s’est installé à Madrid et n’a jamais visité le Maroc, bien qu’il soit né dans la ville marocaine de Dakhla.

Il a souligné que le MSP, qui vient de fêter ses quatre ans, est né en pleine pandémie de Covid-19 pour sortir le conflit sahraoui de son impasse. Le MSP a reçu le soutien des notables tribaux, certains ayant participé à la Conférence de Dakar en octobre 2023.

Hach Ahmed a défini le conflit du Sahara comme une dispute entre les deux grandes puissances d’Afrique du Nord, expliquant que le MSP cherche à retirer les Sahraouis de ce conflit. « Nous sommes une troisième voie, proposant une nouvelle alternative supérieure au conflit », a-t-il affirmé.

Il a jugé que l’option de la guerre, telle que proposée par le Front Polisario, est une erreur, étant donné l’impossibilité de vaincre le Maroc militairement. Mener une « résistance numantine » serait sacrifier les Sahraouis inutilement, selon lui. Il a déclaré fermement que ce n’était pas la solution.

Bericalla a également dénoncé toute forme de violence, soulignant l’efficacité des drones marocains qui sont trop précis et mortels pour les jeunes sahraouis. Cette réalité, difficile à accepter pour les dirigeants du Polisario, est exacerbée par la disproportion entre la population sahraouie (environ 200 000 personnes) et celle du Maroc (37 millions d’habitants).

Ainsi, le Premier Secrétaire du MSP prône une solution juste qui prenne en compte à la fois les intérêts du Maroc et les droits des Sahraouis.

Il a critiqué le concept d’un régime politique à parti unique, le qualifiant d’anachronique et de vestige du passé, maintenu seulement par des États comme la Corée du Nord.

M. Bericalla a insisté sur la nécessité d’offrir une alternative aux personnes vivant dans les camps, situés dans l’un des déserts les plus inhospitaliers du monde.

Pour conclure, il a réaffirmé que le MSP accepte la Proposition d’Autonomie du Maroc comme une solution possible, demandant une feuille de route pour établir, d’ici trois ans, un gouvernement sahraoui autonome avec ses pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire sous la souveraineté du Roi du Maroc.

« Nous souhaitons une négociation sous l’égide des Nations Unies ou une négociation directe. Nous pensons que le Représentant spécial du Secrétaire général pour le Sahara, M. Staffan de Mistura, doit convoquer une réunion de la table de dialogue, interrompue depuis 2019. Si cela n’est pas possible, nous sommes prêts à négocier directement avec le Maroc », a conclu M. Bericalla.

Il a ajouté que de plus en plus de Sahraouis soutiennent le MSP comme une alternative valable et supérieure au conflit du Sahara.

La Dr Cosentino, en présentant l’événement, a souligné : « Le dialogue va bien au-delà d’un simple échange d’idées ; c’est un outil pour promouvoir la paix et construire des réalités. C’est un moyen de mobiliser les efforts internationaux pour instaurer la paix et la confiance entre les nations par le dialogue inclusif, les négociations et la coopération, afin d’atteindre une paix durable dans un monde marqué par la violence qui cause tant de souffrances. »

« C’est le message que promeut M. Hach Ahmed Baricalla pour contribuer à la résolution d’un conflit qui dure depuis plus de cinquante ans, affectant des milliers de personnes contraintes de vivre dans des conditions difficiles dans les camps du sud de l’Algérie. »

Après un demi-siècle, le Front Polisario, qui administre ces camps et s’est autoproclamé représentant des intérêts des Sahraouis, utilise cette population pour maintenir ses privilèges tout en s’opposant systématiquement à toute proposition de résolution du conflit.

Le Dr Agozino, évoquant « Les Changements en Afrique du Nord », a ajouté : « Le Maghreb, composé de la Libye, de l’Algérie, de la Tunisie, du Maroc et de la Mauritanie, représente 42 % de la superficie et 30 % de la population du monde arabe. C’est également la région d’Afrique avec la plus faible densité de population : 11,1 habitants par kilomètre carré, dont 47,58 % en milieu urbain.

Les tentatives des États du Maghreb pour s’intégrer politiquement et économiquement à travers l’Union du Maghreb Arabe (UMA) ont échoué, en raison des rivalités géopolitiques entre le Maroc et l’Algérie. Le Sahara est devenu le champ de bataille où se heurtent les intérêts de ces deux pays.

L’Algérie a maintenu sa frontière terrestre de 1 900 km avec le Maroc fermée, et en 2022, elle a également fermé son espace aérien aux avions marocains et aux avions d’autres nationalités avec des escales prévues au Maroc. Elle a rappelé son ambassadeur à Rabat et lancé une course aux armements en Afrique du Nord.

En 2023, l’Algérie a alloué 18,3 milliards de dollars à ses forces armées, une augmentation de 76 % par rapport à 2022.

En revanche, le Maroc a réduit ses dépenses de défense de 2,5 % en 2023, dépensant 5,2 milliards de dollars.

Au total, les dépenses militaires du Maghreb en 2023 se sont élevées à 28 milliards de dollars, soit 38 % de plus qu’en 2022. Le Maroc et l’Algérie représentent 82 % des dépenses militaires du Maghreb et 45 % des dépenses totales de l’Afrique, qui s’élèvent à 51,6 milliards de dollars.

Les achats d’armes de l’Algérie se font presque exclusivement en Russie, contribuant ainsi indirectement à financer l’effort de guerre de la Russie en Ukraine.

Il est donc crucial de renforcer le dialogue et de rechercher de nouvelles alternatives pour mettre fin à la confrontation en Afrique du Nord, stopper la course aux armements et trouver de nouvelles solutions. La création du Mouvement Sahraoui pour la Paix (MSP), dirigé par Hach Ahmed Baricalla, en opposition au Polisario et représentant une partie de la population sahraouie ne s’identifiant pas au projet politique du Polisario, a été saluée par des politiciens de renom international. Le MSP plaide pour un dialogue inclusif impliquant toutes les composantes de la société sahraouie, y compris les représentants des autorités traditionnelles, les notables tribaux et la société civile.

Sa présence ici témoigne des efforts du MSP pour se consolider comme une « troisième voie » dans la recherche d’une solution pacifique au problème du Sahara Occidental, et pour mettre fin à la tragédie que vivent les Sahraouis depuis un demi-siècle. »

Environ cinquante personnes, dont des représentants de la presse locale, ont assisté à l’événement, qui s’est terminé par un café et des pâtisseries offerts aux participants.

Lahcen Hammouch
Lahcen Hammouchhttps://www.almouwatin.com/
Lahcen Hammouch est journaliste. Directeur d'Almouwatin TV et Radio. Sociologue à l'ULB. Président du Forum de la société civile africaine pour la démocratie.
Publicitéspot_img
Publicité

Dernières nouvelles

« Jésus de Nazareth, roi des Juifs » II

Par le prof. AP Lopukhine 19h25. Sur la croix de Jésus se tenaient sa mère et sa sœur...

Visages du dialogue interreligieux aujourd’hui

Par Martin Hoegger. www.hoegger.org La spiritualité des Focolari, mouvement reconnu par l'Église catholique, est également vécue, dans une certaine mesure,...

Ukraine : la Russie lance une attaque « massive » contre les infrastructures énergétiques

Les forces armées russes ont lancé vendredi soir une huitième attaque « massive » contre des infrastructures énergétiques dans...

UEFA : Pays-Bas 0-0 France : les défenses en tête lors d’un match nul et vierge

UEFA – Pays-Bas et France se sont annulés à Leipzig, les deux étant à égalité avec quatre points en...
- Advertisement -spot_img

La reprise économique réduit l’écart salarial

Depuis le 1er janvier 2022, un nouveau régime de sécurité sociale est entré en vigueur pour les sportif·ve·s rémunéré·e·s....

RUSSIE : Lourdes peines de prison pour 9 Témoins de Jéhovah dans le territoire occupé de Crimée

Neuf Témoins de Jéhovah vivant dans le territoire occupé de Crimée purgent actuellement de lourdes peines de prison, allant...

Must read

« Jésus de Nazareth, roi des Juifs » II

Par le prof. AP Lopukhine 19h25. Sur la...

Visages du dialogue interreligieux aujourd’hui

Par Martin Hoegger. www.hoegger.org La spiritualité des Focolari, mouvement reconnu...
- Advertisement -spot_img

You might also likeRELATED
Recommended to you