ACTUALITEL'usure peut amener les équipements des pompiers à libérer...

L’usure peut amener les équipements des pompiers à libérer davantage de « produits chimiques éternels »

-

Publicité

Les pompiers risquent-ils d’être exposés davantage à des produits chimiques cancérigènes contenus dans leurs vêtements de protection ?

L’année dernière, une étude du National Institute of Standards and Technology (NIST) a montré que les textiles utilisés dans les vêtements de protection portés par les pompiers contiennent souvent des substances per- et polyfluoroalkyles, ou PFAS, une classe de produits chimiques qui ont été associés à un risque accru de cancer et d’autres effets sur la santé.

^ L'usure peut amener les équipements des pompiers à libérer davantage de « produits chimiques éternels »

Les vêtements de protection d’un pompier comprennent trois couches constituées de différents types de textiles. Deux études du NIST ont révélé que ces textiles contiennent souvent des produits chimiques potentiellement cancérigènes appelés PFAS et qu’ils peuvent libérer davantage de ces produits chimiques lorsqu’ils sont soumis à une usure simulée. Crédit : B. Hayes/NIST

Maintenant, une étude de suivi du NIST montre que les textiles utilisés dans ces vêtements de protection, appelés tenues de participation, ont tendance à libérer davantage de PFAS lorsqu’ils sont soumis à l’usure. Prises ensemble, les deux études ont identifié les composés PFAS présents dans certains textiles d’équipement de participation, la quantité de chacun d’eux présents et si l’usure simulée augmentait la quantité de PFAS libérée par les textiles.

« La communauté des pompiers a fait part de ses inquiétudes concernant les PFAS dans les tenues de participation, mais avant ces études, il existait très peu de données répondant à ces inquiétudes », a déclaré Rick Davis, chimiste du NIST et co-auteur de l’étude. « Sur la base de ces études, nous pouvons affirmer avec certitude que plus de 20 types de PFAS pourraient être présents dans les équipements des pompiers et que la quantité et le type de PFAS varient en fonction du type de textile utilisé et de la quantité de stress auquel il a été soumis. »

Les études du NIST n’évaluent pas les risques pour la santé auxquels les pompiers pourraient être confrontés en raison de la présence de PFAS dans les tenues de participation. Cependant, ils fournissent des données auparavant indisponibles que les toxicologues, épidémiologistes et autres experts de la santé peuvent utiliser pour évaluer ces risques.

Le NIST a mené ces études à la demande du Congrès, qui a demandé au NIST d’étudier les PFAS dans les équipements de pompier dans le cadre de la loi de 2021 sur l’autorisation de la défense nationale.

Les PFAS sont utilisés dans de nombreux produits car ils peuvent rendre les objets résistants à l’huile, à l’eau et aux taches. Ils sont souvent présents dans les vêtements, les meubles, les emballages alimentaires et les ustensiles de cuisine antiadhésifs, entre autres. Ils jouent un rôle particulièrement important dans l’équipement de mobilisation en aidant les pompiers à faire leur travail sans se retrouver totalement trempés.

Parce que les PFAS ne se décomposent pas dans l’environnement, ils sont souvent qualifiés de « produits chimiques éternels ». Les Centers for Disease Control and Prevention ont découvert que la plupart des Américains présentent des quantités détectables de PFAS. dans leur sang. D’autres études ont indiqué que le sang des pompiers pourrait avoir niveaux supérieurs à la moyenne

d’au moins un type de PFAS. La recherche suggère également que les pompiers peuvent avoir un risque plus élevé de certains types de cancer que la population générale, bien que cela ne soit pas nécessairement dû aux PFAS en particulier.

L’équipement de participation comprend des pantalons, des manteaux, des gants, des bottes et des casques. Cette étude s’est concentrée sur les textiles utilisés dans les pantalons et les vestes, qui contiennent généralement trois couches de matériau : une couche thermique la plus proche du corps, une barrière contre l’humidité et une coque extérieure. Dans l’étude précédente, les chercheurs avaient acheté 21 textiles généralement utilisés dans chacune de ces couches. Ils ont ensuite testé ces textiles pour 53 composés PFAS différents et mesuré la quantité de chacun présent.

Dans une étude plus récente, les chercheurs ont souligné ces mêmes textiles en utilisant quatre techniques : l’abrasion, la chaleur, le lavage et les intempéries. Les intempéries ont été simulées en exposant les textiles à des rayons ultraviolets (UV) et à une humidité élevée.

Les chercheurs ont ensuite mesuré les PFAS présents après le stress des textiles. Les résultats ont montré que l’abrasion peut entraîner une augmentation des concentrations de PFAS mesurées sur tous les textiles testés. De plus, les intempéries et la chaleur ont entraîné une augmentation des concentrations mesurées de PFAS dans les matériaux de l’enveloppe extérieure. Enfin, le lavage a eu peu d’effet et, dans certains cas, a réduit les concentrations de PFAS, probablement parce que les PFAS étaient entraînés dans les eaux usées.

Dans l’ensemble, avant et après la contrainte, les concentrations de PFAS mesurées étaient les plus élevées dans les tissus extérieurs traités avec un revêtement hydrofuge. Les concentrations de PFAS étaient les plus faibles dans la couche thermique, qui est la couche la plus proche du corps du pompier.

Les chercheurs ont mesuré les concentrations de PFAS en extrayant d’abord les PFAS des textiles à l’aide d’un solvant. Sur la base de cette méthode, on ne sait pas exactement ce qui a provoqué la modification des concentrations de PFAS pendant le stress. Ces changements pourraient avoir été causés par des transformations chimiques, mais il est également possible que le stress ait détaché le PFAS des fibres textiles, permettant ainsi d’en extraire davantage.

Maintenant que les chercheurs ont mesuré les PFAS dans les textiles qui ont été soumis à des contraintes dans des conditions de laboratoire hautement contrôlées, ils envisagent d’étudier des équipements réels utilisés depuis des années. Cela pourrait donner un tableau plus réaliste, bien que potentiellement plus compliqué, dans la mesure où les équipements usagés pourraient être contaminés par des composés toxiques ramassés sur les lieux d’un incendie.

L’équipement des pompiers doit répondre à certaines normes, notamment des exigences minimales en matière d’imperméabilité. Cette recherche pourrait indiquer de nouvelles façons de respecter ces normes tout en réduisant les risques d’exposition aux PFAS. Par exemple, la quantité et les types de PFAS présents dans les textiles variaient d’un fabricant à l’autre, ce qui suggère que certaines combinaisons pourraient entraîner un risque d’exposition plus faible que d’autres. Les fabricants pourraient également trouver d’autres moyens de respecter les normes sans recourir à des produits chimiques potentiellement toxiques.

« L’utilisation de PFAS dans les tenues de participation peut ou non constituer un risque acceptable, compte tenu de tous les autres dangers auxquels les pompiers sont déjà confrontés », a déclaré John Kucklick, chimiste et co-auteur du NIST. « Ces données aideront les gens à évaluer ces coûts et ces avantages. »

Source: NIST

Publié à l’origine dans The European Times.

Publicitéspot_img
Publicité

Dernières nouvelles

Visages du dialogue interreligieux aujourd’hui

Par Martin Hoegger. www.hoegger.org La spiritualité des Focolari, mouvement reconnu par l'Église catholique, est également vécue, dans une certaine mesure,...

Ukraine : la Russie lance une attaque « massive » contre les infrastructures énergétiques

Les forces armées russes ont lancé vendredi soir une huitième attaque « massive » contre des infrastructures énergétiques dans...

UEFA : Pays-Bas 0-0 France : les défenses en tête lors d’un match nul et vierge

UEFA – Pays-Bas et France se sont annulés à Leipzig, les deux étant à égalité avec quatre points en...

La reprise économique réduit l’écart salarial

Depuis le 1er janvier 2022, un nouveau régime de sécurité sociale est entré en vigueur pour les sportif·ve·s rémunéré·e·s....
- Advertisement -spot_img

RUSSIE : Lourdes peines de prison pour 9 Témoins de Jéhovah dans le territoire occupé de Crimée

Neuf Témoins de Jéhovah vivant dans le territoire occupé de Crimée purgent actuellement de lourdes peines de prison, allant...

Contributions aux organisations internationales en matière de sécurité nucléaire et de consolidation de la paix

Plus concrètement, il s’agit de contributions octroyées aux programmes suivants de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) dans les...

Must read

Visages du dialogue interreligieux aujourd’hui

Par Martin Hoegger. www.hoegger.org La spiritualité des Focolari, mouvement reconnu...

Ukraine : la Russie lance une attaque « massive » contre les infrastructures énergétiques

Les forces armées russes ont lancé vendredi soir une...
- Advertisement -spot_img

You might also likeRELATED
Recommended to you