Accueil Religions Plusieurs femmes ont accusé un métropolitain géorgien d’agression sexuelle

Plusieurs femmes ont accusé un métropolitain géorgien d’agression sexuelle

0
Plusieurs femmes ont accusé un métropolitain géorgien d’agression sexuelle

Une enquête menée par « Europe libre » a recueilli les témoignages de cinq femmes victimes d’agressions sexuelles de la part d’un haut religieux géorgien au cours des dix dernières années.

L’une des femmes avait alors quinze ans. Il s’agit du métropolite d’Akhalkalaki et de Kumurdo Nikolay (Pachuashvili). C’est la première fois que plusieurs femmes accusent publiquement un haut responsable de l’Église orthodoxe géorgienne de harcèlement sexuel.

Quatre agressions sexuelles décrites dans l’enquête ont eu lieu lors d’expéditions sportives de jeunes à Javakheti, dont le métropolite Nikolaï était responsable. Le camp était présenté comme une opportunité de vacances de deux semaines pendant lesquelles les jeunes pourraient aider les églises et les monastères du diocèse d’Akhalkalak. « Les participants découvrent la culture locale, les monuments architecturaux, font des excursions, des projections de films sont organisées… La participation à l’expédition est gratuite ! », indique la publicité du camp.

Une seule des femmes, Lela Kurtanidze, a raconté son histoire en indiquant son nom, car elle a décidé de porter plainte contre le haut dignitaire religieux pour agression sexuelle et abus de pouvoir, malgré le passage du temps. Elle affirme : « Je le dois aux dizaines de femmes qui pourraient se retrouver dans cette situation. » Les quatre autres femmes impliquées dans l’enquête ont raconté leur histoire, mais de manière anonyme, et ne porteront pas plainte.

La jeune fille, alors âgée de dix-neuf ans, affirmait avoir eu plusieurs relations sexuelles avec le pasteur, alors âgé de quarante-huit ans. Il a réussi à la convaincre qu’il s’agissait d’« un autre type de lien spirituel dont les autres ne devraient pas avoir connaissance ». Après dix ans, la jeune femme a réussi à surmonter le choc de ce qui s’est passé et a déclaré que, malgré l’expiration du délai de prescription, elle souhaitait intenter une action en justice contre le haut religieux. Aujourd’hui, elle considère son comportement comme une grossière manipulation de son autorité spirituelle et de son pouvoir dans le diocèse. La femme suggère que ce qui lui est arrivé est arrivé à beaucoup d’autres femmes.

Les auteurs de l’enquête Europe libre ont rencontré le métropolite Nikolaï (Pachuashvili) à l’issue de trois entretiens avec les femmes. Il a déclaré qu’« une accusation qui n’a pas été légalement examinée est diffamatoire et contient les indices d’un crime, par conséquent il ne peut pas participer au débat sur une telle diffamation ». Il a finalement accepté de parler aux journalistes à condition que ceux-ci n’enregistrent pas la conversation. Il admet qu’il connaissait l’une des femmes et qu’il lui avait appris à nager lors d’un camp d’été il y a dix ans. Il souligne que son engagement dans ce camp de jeunes se fait avec la « bénédiction du Patriarche de Géorgie » : « Avec la bénédiction du Catholicos-Patriarche de Géorgie, Sa Sainteté Ilia II, depuis 2001, des expéditions d’étudiants ont eu lieu à Javakheti, au cours desquelles plusieurs milliers de jeunes. Beaucoup d’entre eux sont aujourd’hui des personnes célèbres et à succès. Je me souviens encore de beaucoup d’entre eux, notamment de ceux qui ont participé au cours des dix à quinze premières années, lorsque je dirigeais directement les expéditions.

Le métropolite Nicolas déclare qu’il aide de nombreuses personnes de manière désintéressée et que c’est son devoir en tant qu’ecclésiastique, et qu’il laissera ses actions parler pour ses paroles. En effet, plusieurs personnes, dont l’une de ses victimes, ont confirmé aux journalistes que le haut dignitaire religieux en question aidait les personnes à l’intérieur et à l’extérieur du pays à se former et à se soigner. « Cependant, cela ne peut pas être une indulgence pour le mal qu’il a également infligé à des dizaines de femmes et de jeunes filles », a déclaré l’une des femmes.

La veille de la publication de l’article, le métropolite Nikolaï a également déclaré que les journalistes « participent à quelque chose de mauvais et qu’il semble qu’une vague s’élève à nouveau contre l’Église, mais que Dieu juge les menteurs et les injustes ».

Des spécialistes du droit pénal et des canonistes de l’Église ont déclaré aux médias qu’il n’y aurait aucune sanction de l’Église contre le hiérarque accusé. L’Église géorgienne dispose depuis 2011 d’une commission chargée d’enquêter sur ces questions morales, mais celle-ci ne se réunit pas réellement. En 2021, un grand nombre de documents collectés par les services et compromettant un certain nombre de hauts clercs ont été divulgués, mais ils sont restés sans conséquences et aucune plainte de l’Église n’a été déposée pour des informations divulguées.

Publié à l’origine dans The European Times.