ACTUALITELe HCDH et l'OMS lancent des lignes directrices pour...

Le HCDH et l’OMS lancent des lignes directrices pour mettre fin aux mauvais traitements dans les services de santé mentale

-

Publicité

En prévision de la Journée mondiale de la santé mentale, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et le Haut-Commissariat aux droits de l’homme (HCDH) ont présenté conjointement aujourd’hui un guide intitulé «Conseils et pratiques en matière de santé mentale, de droits de la personne et de législation.» L’objectif est de soutenir les pays en réformer leurs lois pour éliminer les violations des droits de l’homme et améliorer l’accès à des soins de santé mentale de qualité.

Violations des droits humains et pratiques coercitives en psychiatrie

Des cas de violations des droits humains et de pratiques coercitives dans le domaine des soins de santé persistent à travers le monde, souvent soutenus par les lois et politiques existantes. Il s’agit notamment de l’hospitalisation et traitement des conditions de vie insalubresainsi que physique, la maltraitance psychologique et émotionnelle est répandue dans de nombreux services de santé mentale.

Bien que plusieurs pays se soient efforcés de réviser leurs lois, politiques et services depuis l’adoption de la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées en 2006, seul un nombre limité d’entre eux ont pris des mesures pour modifier la législation pertinente à une échelle significative. Cela est nécessaire pour mettre fin à ces abus et promouvoir les droits dans le cadre des soins de santé mentale.

Le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’OMS souligne que «La santé mentale est une composante indissociable du droit à la santé

Il soutient également que cela conseils mis à jour permettra aux pays d’opérer les changements nécessaires pour fournir des soins de santé mentale de haute qualité qui favorisent le rétablissement des individus et respectent leur dignité. Cela permet aux personnes souffrant de problèmes de santé et de handicaps psychosociaux de mener une vie épanouissante et saine au sein de leurs communautés.

Volker Türk, le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme souligne l’importance de transformer les services de santé mentale non seulement en termes de portée mais également de leurs valeurs fondamentales, en veillant à ce qu’ils correspondent véritablement aux besoins et à la dignité de chaque personne. Il déclare que cette publication offre des conseils sur la manière dont une approche fondée sur les droits peut faciliter la transformation nécessaire au sein des systèmes de santé.

Encourager des soins de santé mentale efficaces au sein des communautés

La majorité des dépenses publiques en matière de santé mentale est allouée aux hôpitaux psychiatriques, en particulier dans les pays à revenu élevé, qui représentent 43 % du budget. Cependant, les données montrent que les services de soins communautaires sont non seulement plus accessibles, mais également plus rentables et plus efficaces que les modèles institutionnels de soins de santé mentale.

Les orientations décrivent les étapes visant à accélérer le processus de désinstitutionnalisation et à établir une approche communautaire des soins de santé mentale fondée sur les principes des droits de l’homme. Cela implique la mise en œuvre d’une législation qui remplace progressivement les institutions par des systèmes de soutien communautaire inclusifs et des services généraux, comme l’aide au revenu, l’aide au logement et les réseaux de soutien par les pairs.

Mettre fin aux pratiques abusives

Selon les participants à l’événement de lancement et tous ceux qui ont participé aux lignes directrices, il est crucial de mettre un terme à pratiques coercitives en santé mentale. Ces pratiques, comme la détention et les traitements forcés, l’isolement et les contentions, violent le droit des individus à prendre des décisions éclairées concernant leurs propres options de soins de santé et de traitement.

De plus, de plus en plus de preuves démontrent les effets de ces pratiques coercitives sur le bien-être physique et mental. Ils aggravent les conditions existantes et isoler les individus de leurs réseaux de soutien.

Les orientations suggèrent d’incorporer des dispositions qui éliminent la coercition dans les services de santé mentale. Il souligne l’importance d’établir le consentement éclairé comme pierre angulaire de toutes les interventions en santé mentale. En outre, il fournit des recommandations sur la manière de traiter les cas dans le cadre des cadres juridiques et des politiques sans recourir à des mesures coercitives.

Adopter une approche de la santé mentale fondée sur les droits

Reconnaissant que la promotion de la santé s’étend au-delà du seul secteur de la santé, ces nouvelles orientations s’adressent aux législateurs et aux décideurs politiques impliqués dans la rédaction, la modification et la mise en œuvre des lois liées à la santé mentale. Cela inclut une législation traitant de questions telles que la pauvreté, les inégalités et la discrimination.

Les orientations comprennent également une liste de contrôle permettant aux pays d’évaluer si leur législation relative à la santé est conforme aux obligations internationales en matière de droits de l’homme. En outre, il souligne l’importance de demander conseil à des personnes qui ont de l’expérience et aux organisations qui les représentent, en tant qu’élément essentiel de ce processus. Il souligne également l’importance de l’éducation et de la sensibilisation aux questions liées aux droits.

Même si les orientations suggèrent un ensemble de principes et de dispositions pouvant servir de cadre à la législation, elles reconnaissent que les pays ont la possibilité de les adapter et de les adapter en fonction de leur situation particulière. Cela implique de prendre en compte des facteurs tels que le contexte, les langues, les sensibilités culturelles, les systèmes juridiques et bien d’autres encore, tout en respectant les normes en matière de droits de l’homme.

Le 10 octobre, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) s’est jointe aux communautés pour célébrer la Journée mondiale de la santé mentale 2023 sous le thème « La santé mentale est un droit fondamental pour tous ».


Liste longue et importante de remerciements

L’élaboration et la coordination de ce guide ont été dirigées par Michelle Funk et Natalie Drew Bold sous la supervision générale de Dévora Kestel du Département de la santé mentale et de l’usage de substances de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), conjointement avec la Section des droits économiques, sociaux et culturels. du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH). Équipe de rédaction Cette publication a été rédigée conjointement par l’OMS et le HCDH. Au nom de l’OMS Alberto Vásquez Encalada (Consultant, Suisse), Michelle Funk (Département de la santé mentale et de l’usage de substances, OMS) et Natalie Drew Bold (Département de la santé mentale et de l’usage de substances, OMS). Au nom des membres du personnel du HCDH de la Section des droits économiques, sociaux et culturels. L’OMS et le HCDH souhaitent remercier les personnes et organisations suivantes pour leurs précieuses contributions, commentaires et contributions : Contributeurs et réviseurs externes Natalie Abrokwa (Université de Groningen, Royaume des Pays-Bas), Nazish Arman (Fondation Shuchona, Bangladesh), Peter Bartlett ( Centre pour la santé mentale et les droits de l’homme, Institut de santé mentale, Centre collaborateur de l’Université de Nottingham/OMS sur la santé mentale, le handicap et les droits de l’homme, Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord), Shreya Bhardwaj (Université Charles, République tchèque), Valerie Bichelmeier (Make Mothers Matter, France), Joann Bond (Chambre du Procureur général et ministère des Affaires juridiques, Guyane), Mauro Giovanni Carta (Université de Cagliari, Italie), Francesca Centola (Santé mentale Europe, Belgique), Pyali Chatterjee (Université ICFAI , Inde), Dixon Chibanda, (Friendship Bench et Université du Zimbabwe, Zimbabwe), María Soledad Cisternas (ancienne Envoyée spéciale du Secrétaire général des Nations Unies pour les personnes handicapées et l’accessibilité, Chili), Lee Allison Clark (Association des femmes autochtones du Canada, Canada), Jarrod Clyne (International Disability Alliance, Suisse), Ria Mohammed-Davidson (avocate, droits de l’homme et santé mentale, Trinité-et-Tobago), Maria de Lourdes Beldi de Alcântara (Université de São Paulo, Brésil), Eric Diaz Mella (Centro de Reorganimación Regional y Observatorio Social, Chili), Robert Dinerstein (American University Washington College of Law, États-Unis d’Amérique), Zuzana Durajová (Charles University, République tchèque), Julian Eaton (CBM Global, Royaume-Uni) , Elisabetta Pascolo Fabrici (Azienda Sanitaria Universitaria Giuliano Isontina (ASUGI)/Centre collaborateur OMS pour la recherche et la formation en santé mentale, Italie), Alexandra Finch (Université de Georgetown, États-Unis), Leon Garcia (Centro et Hospital das Clínicas, Brésil) , Neeraj Gill (Griffith University, Australie), Guilherme Gonçalves Duarte (Mission permanente du Portugal à Genève, Ministère des Affaires étrangères, Portugal), Piers Gooding (La Trobe Law School, Australie), Lawrence Gostin (O’Neill Institute for National and Global Health Law au Georgetown University Law Center, Georgetown University/WHO Collaborating Center for National and Global Health Law, États-Unis), Kristijan Grđan (Association pour le soutien psychologique en Croatie, Croatie et Mental Health Europe, Belgique), Vivian Hemmelder (Association pour le soutien psychologique en Croatie, Croatie et Mental Health Europe, Belgique), Vivian Hemmelder (Association pour le soutien psychologique en Croatie, Croatie et Mental Health Europe, Belgique), Health Europe, Belgique), Edgar Hilario (Département de la Santé, Philippines), Torsten Hjelmar (Commission des citoyens pour les droits de l’homme en Europe, Danemark), Mushegh Hovsepyan (Agenda pour les droits des personnes handicapées, Arménie), Dr Irmansyah (Agence nationale de recherche et d’innovation, Indonésie ), Simon Njuguna Kahonge (Ministère de la Santé, Kenya), Olga Kalina (Réseau géorgien des (ex)utilisateurs et survivants de psychiatrie, Géorgie, et Réseau européen des (ex)utilisateurs et survivants de psychiatrie (ENUSP), Danemark), Elizabeth Kamundia (Commission nationale des droits de l’homme du Kenya, Kenya), Sylvester Katontoka (Réseau des utilisateurs de santé mentale de Zambie, Zambie), Brendan Kelly (Trinity College de Dublin, Irlande), Hansuk Kim (Ministère de la Santé et du Bien-être social, République de Corée), Seongsu Kim (Dawon Mental Health Clinic, République de Corée), Bernard Kuria (Ministère de la Santé, Kenya), Karilė Levickaitė (ONG Mental Health Perspectives, Lituanie et Mental Health Europe, Belgique), Carlos Augusto de Mendonça Lima (Association mondiale de psychiatrie Section de psychiatrie de la vieillesse, Suisse), Laura Marchetti (Santé Mentale Europe, Belgique), Claudia Marinetti (Santé Mentale Europe, Belgique), Nemache Mawere (Hôpital Central Ingutsheni, Zimbabwe), Felicia Mburu (Initiative Article 48, Kenya), Roberto Mezzina (Réseau international de collaboration en santé mentale et Fédération mondiale pour la santé mentale, Italie), Kendra Milne (Health Justice, Canada), Angelica Chiketa Mkorongo (Zimbabwe Obsessive Compulsive Disorder Trust, Zimbabwe), Guadalupe Morales Cano (Fundación Mundo Bipolar et European Network of (Ex)Utilisateurs et survivants de la psychiatrie, Espagne), Fabian Musoro (Ministère de la Santé, Zimbabwe), Macharia Njoroge (Défense de l’inclusion communautaire au Kenya, Kenya), Nasri Omar (Ministère de la Santé, Kenya), Cheluchi Onyemelukwe-Onuobia ( Babcock University, Nigeria), Hazel Othello (Ministère de la Santé, Trinité-et-Tobago), Gemma Parojinog (Commission des droits de l’homme, Philippines), Soumitra Pathare (Indian Law Society, Inde), Eduardo Pinto da Silva (Ministère des Affaires étrangères, Portugal ), Gerard Quinn (Rapporteur spécial des Nations Unies sur les droits des personnes handicapées, Irlande), Carlos Rios-Espinosa (Human Rights Watch, États-Unis), Gabriele Rocca (Association mondiale pour la réadaptation psychosociale et Comité des droits de l’homme de la WAPR, Italie), Jean-Luc Roelandt (Service de recherche et de formation en santé mentale, Établissement Public de Santé Mentale (EPSM) Lille Métropole/Centre collaborateur de l’OMS pour la Recherche et la Formation en Santé mentale, France), Marta Rondon (Instituto Nacional Materno Perinatal, Pérou), Artur Sakunts (Assemblée des citoyens d’Helsinki – HCA Vanadzor, Arménie), San San Oo (Initiative pour la santé mentale de la clinique Aung, Myanmar), Liuska Sanna (Santé mentale Europe, Belgique), Josep Maria Solé Chavero (Soutien- Gérone Catalogne, Espagne), Slađana Štrkalj Ivezić (Hôpital psychiatrique universitaire de Vrapče, Croatie), Charlene Sunkel (Réseau mondial de pairs en santé mentale, Afrique du Sud), Kate Swaffer (Dementia Alliance International, Australie), Bliss Christian Takyi (St. Joseph Catholic Hospital, Ghana), Murali Thyloth (Ramaiah Medical College et World Association for Psychosocial Rehabilitation, Inde), Emanuela Tollozhina (Ministère de la Santé et de la Protection sociale, Albanie), Helal Uddin Ahmed (Ministère de la Santé et du Bien-être familial, Bangladesh), Yannis Vardakastanis (International Disability Alliance, Suisse), Javier Vasquez (American University Washington College of Law, États-Unis), Simon Vasseur-Bacle (Ministère de la Santé et de la Prévention, France ; Service de recherche et de formation en santé mentale , Etablissement Public de Santé Mentale (EPSM) Lille Métropole/Centre collaborateur de l’OMS pour la Recherche et la Formation en Santé mentale, France), Alan Woodward (Lifeline International, Australie), Stephanie Wooley (European Network of (Ex-) Utilisateurs et survivants de la psychiatrie, France), Miguel Xavier (Ministère de la Santé, Portugal), Peter Badimak Yaro (BasicNeeds Ghana, Ghana) et Martin Zinkler (Gesundheit Nord gGmbH – Klinikverbund Bremen, Allemagne).

Publié primier a The European Times news

Publicitéspot_img
Publicité

Dernières nouvelles

Visages du dialogue interreligieux aujourd’hui

Par Martin Hoegger. www.hoegger.org La spiritualité des Focolari, mouvement reconnu par l'Église catholique, est également vécue, dans une certaine mesure,...

Ukraine : la Russie lance une attaque « massive » contre les infrastructures énergétiques

Les forces armées russes ont lancé vendredi soir une huitième attaque « massive » contre des infrastructures énergétiques dans...

UEFA : Pays-Bas 0-0 France : les défenses en tête lors d’un match nul et vierge

UEFA – Pays-Bas et France se sont annulés à Leipzig, les deux étant à égalité avec quatre points en...

La reprise économique réduit l’écart salarial

Depuis le 1er janvier 2022, un nouveau régime de sécurité sociale est entré en vigueur pour les sportif·ve·s rémunéré·e·s....
- Advertisement -spot_img

RUSSIE : Lourdes peines de prison pour 9 Témoins de Jéhovah dans le territoire occupé de Crimée

Neuf Témoins de Jéhovah vivant dans le territoire occupé de Crimée purgent actuellement de lourdes peines de prison, allant...

Contributions aux organisations internationales en matière de sécurité nucléaire et de consolidation de la paix

Plus concrètement, il s’agit de contributions octroyées aux programmes suivants de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) dans les...

Must read

Visages du dialogue interreligieux aujourd’hui

Par Martin Hoegger. www.hoegger.org La spiritualité des Focolari, mouvement reconnu...

Ukraine : la Russie lance une attaque « massive » contre les infrastructures énergétiques

Les forces armées russes ont lancé vendredi soir une...
- Advertisement -spot_img

You might also likeRELATED
Recommended to you