Accueil déclare La souffrance de l’Ukraine ne doit pas devenir une nouvelle norme, déclare le chef des droits de l’ONU

La souffrance de l’Ukraine ne doit pas devenir une nouvelle norme, déclare le chef des droits de l’ONU

0
La souffrance de l’Ukraine ne doit pas devenir une nouvelle norme, déclare le chef des droits de l’ONU

S’exprimant dans la capitale, Kyiv, après une visite officielle de quatre jours dans le pays, Volker Türk a déclaré que l’ampleur des dégâts et des destructions qu’il avait constatés à Izium était « choquante ».

A Bucha, au nord de Kyiv, où des scènes montrant des civils gisant dans la rue ont suscité l’indignation internationale peu après le départ de la zone des forces russes en mars, M. Turk a déclaré que le traumatisme des gens « reste palpable ».

Un avenir « très inquiétant »

Il a ajouté qu’il craignait pour tous ceux qui étaient pris dans le « long et sombre hiver à venir », tout en confirmant que les conséquences de la guerre contre les droits de l’homme en Ukraine avaient été dévastatrices.

« Le pronostic est très inquiétant », a déclaré le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, ajoutant que son bureau continuait de recevoir des informations sur les crimes de guerre « chaque jour ».

« Des informations continuent d’émerger sur les exécutions sommaires, la torture, la détention arbitraire, les disparitions forcées et les violences sexuelles contre les femmes, les filles et les hommes », a-t-il noté.

La visite du Haut Commissaire coïncide avec la publication d’un nouveau rapport sur les meurtres de civils par la Mission de surveillance des droits de l’homme des Nations Unies en Ukraine.

Meurtres « délibérés »

Le rapport devrait documenter le sort de 441 civils dans certaines parties de trois régions du nord – Kyiv, Tchernihiv et Soumy – qui étaient sous contrôle russe jusqu’au début avril.

La Mission de surveillance des droits de l’homme des Nations Unies en Ukraine s’efforce également de corroborer les allégations de meurtres supplémentaires dans ces régions, ainsi que dans des parties des régions de Kharkiv et de Kherson qui ont récemment été reprises par les forces ukrainiennes, a déclaré M. Türk.

Certains ont été tués « en coupant du bois de chauffage ou en achetant des produits d’épicerie », a noté le chef des droits de l’homme de l’ONU, ajoutant qu’il y avait « de fortes indications que les exécutions sommaires documentées dans le rapport constituent le crime de guerre d’homicide volontaire ».

Sur la question des prisonniers de guerre, le chef des droits de l’ONU a insisté sur le fait qu’ils doivent être traités avec humanité « en tout temps ». Le droit international n’autorise leur poursuite que s’ils sont soupçonnés de crimes de guerre, a-t-il poursuivi.

Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Volker Türk, visite Bucha en Ukraine.

Les besoins criants augmentent

En conséquence directe de l’invasion russe du 24 février, 17,7 millions de personnes ont désormais besoin d’une aide humanitaire et 9,3 millions ont besoin d’aide alimentaire et de moyens de subsistance, a déclaré M. Türk.

Il a ajouté qu’un tiers de la population a été contraint de fuir son foyer, 7,9 millions ont quitté le pays – la majorité, des femmes et des enfants – et 6,5 millions de personnes sont déplacées à l’intérieur du pays.

Du 24 février au 4 décembre 2022, le bureau des droits de l’homme de l’ONU, le HCDH, a enregistré 17 181 victimes civiles confirmées en Ukraine : 6 702 tués et 10 479 blessés.

« Permettez-moi de souligner que le moyen le plus efficace d’empêcher le catalogue courant de la cruauté de continuer est de mettre fin à cette guerre insensée – conformément à la Charte des Nations Unies et au droit international », a insisté le Haut-Commissaire. « Mon souhait le plus fervent est que tous les Ukrainiens jouissent du droit à la paix. »

Morts brutales : mission d’observation de l’ONU

Dans un communiqué de presse publié plus tard mercredi, la chef de la mission de surveillance nommée par le Conseil des droits de l’homme de l’ONU, Matilda Bogner, a déclaré que les exécutions sommaires examinées dans le rapport pourraient constituer un crime de guerre, notant que son équipe à Bucha avait documenté le meurtre de 73 civils (54 hommes, 16 femmes, 2 garçons et 1 fille) au cours de la période considérée, et est en train de corroborer 105 autres meurtres présumés.

Les exécutions sommaires ont souvent suivi des contrôles de sécurité par les forces armées russes. « Un simple message texte, un vêtement de camouflage ou un relevé de service militaire antérieur pourraient avoir des conséquences fatales », a-t-elle déclaré.

Le rapport indique que l’ONU a, jusqu’à présent, documenté la mort violente de 441 civils (341 hommes, 72 femmes, 20 garçons et 8 filles) dans les trois régions au cours des six premières semaines de l’invasion russe.

Le rapport prévient que les chiffres réels « sont susceptibles d’être considérablement plus élevés », car des travaux sont toujours en cours pour corroborer 198 meurtres supplémentaires survenus dans les régions de Kyiv, Tchernihiv et Soumy occupées par la Russie au début de l’offensive.

Des civils ont été ciblés sur les routes alors qu’ils se déplaçaient à l’intérieur ou entre les colonies, y compris lorsqu’ils tentaient de fuir les hostilités », a déclaré Mme Bogner.

Le rapport examine plus en détail 100 meurtres. De ce nombre, 57 constituaient des exécutions sommaires (48 hommes, sept femmes et deux garçons). Trente d’entre eux ont eu lieu dans des lieux de détention tandis que les 27 autres victimes « ont été tuées sur place, peu de temps après être passées sous le contrôle des forces russes », indique le communiqué de presse.

« Les soldats russes ont amené des civils dans des lieux de détention de fortune puis les ont exécutés en captivité. De nombreux corps de victimes ont été retrouvés les mains liées derrière le dos et des blessures par balle à la tête », a déclaré le chef de la mission.

Le rapport a révélé que les hommes et les garçons représentaient 88 % de toutes les victimes d’exécutions sommaires, ce qui suggère que les hommes étaient ciblés de manière disproportionnée sur la base de leur sexe.

« Il reste beaucoup à faire pour obliger les responsables à rendre des comptes », selon la mission, ajoutant que le bureau des droits de l’homme de l’ONU, le HCDH, n’a trouvé aucune information indiquant que les autorités russes ont activement enquêté ou poursuivi l’un des cas concernés.

Mme Bogner a appelé les autorités russes à enquêter rapidement sur toutes les violations présumées du droit international et à traduire les responsables en justice.

Lien de Etoile d’Europe