Accueil Droits Humains Au milieu de défis insurmontables, des solutions sont « à portée de vue », selon le chef des droits de l’ONU

Au milieu de défis insurmontables, des solutions sont « à portée de vue », selon le chef des droits de l’ONU

0
Au milieu de défis insurmontables, des solutions sont « à portée de vue », selon le chef des droits de l’ONU

S’exprimant à Genève, après son retour d’une tournée de quatre jours en Ukraine ravagée par la guerre cette semaine, Volker Türk a confirmé qu’il avait été contraint de se réfugier dans un bunker lors d’un bombardement.

Son expérience est ce que les Ukrainiens et les collègues de l’ONU ont rencontré « régulièrement », a déclaré le Haut-Commissaire, avant d’insister sur le fait qu’il ne lisait rien de plus sur l’incident, à part le fait que « c’est une guerre qui doit s’arrêter ».

Message d’espoir

Citant la Déclaration universelle des droits de l’homme, qui a été adoptée par l’Assemblée générale des Nations unies il y a 74 ans pour empêcher que l’horreur de deux guerres mondiales ne se reproduise, M. Türk a insisté sur le fait que c’était « le mépris et le mépris des droits de l’homme » qui  » ont abouti à des actes de barbarie qui ont outragé la conscience de l’humanité ».

Dans un message d’espoir, il a poursuivi que « même là où les défis semblent insolubles, si les dirigeants de la politique et de la société ne centrent leurs réponses que sur les droits de l’homme, les solutions seront toujours à portée de vue ».

Le Soudan et Haïti à l’honneur

C’était le cas au Soudan, a déclaré le chef du HCDH, « où la société civile, dirigée en particulier par des femmes et des jeunes – a changé l’équation sur le terrain, a mis la société au défi de bouger et d’évoluer pour le mieux, avec plus de libertés ».

Soulignant la nécessité de se concentrer sur d’autres crises que celles qui font la une des journaux, M. Türk a expliqué que la situation désespérée en Haïti « ne peut être ignorée ».

Des gangs armés, « apparemment soutenus par les élites économiques et politiques, contrôlent plus de 60% de la capitale », a déclaré Port-au-Prince, le chef des droits de l’ONU.

Ce statu quo catastrophique se poursuit, malgré le fait que 4,7 millions de personnes sont confrontées à la faim aiguë, et que 1 448 personnes ont été tuées, 1 145 blessées et 1 005 kidnappées par des gangs depuis le début de l’année.

« Rappelez-vous que derrière chacun de ces chiffres se cachent des familles et des communautés entières déchirées par la violence», a déclaré M. Türk, qui a ajouté que les violences sexuelles sont également utilisées par les gangs « pour semer la peur et exercer un contrôle sur la population » selon le Service des droits humains du Bureau intégré des Nations Unies en Haïti (BINUH).

« Les causes profondes de la crise, en particulier les inégalités sociales, la corruption endémique, la collusion entre les élites puissantes et les chefs de gangs, et l’impunité endémique, doivent être traitées », a-t-il déclaré, ajoutant qu’il était « inadmissible » que des gens aient bénéficié de la souffrance des Haïtiens.

À tous ceux qui menaceraient la paix, la sécurité et la stabilité d’Haïti, le Haut-Commissaire a soutenu que les sanctions du Conseil de sécurité et l’embargo sur les armes contre les « élites » d’Haïti qui soutiendraient ses gangs, « leur envoient un message très fort » que de telles actions doivent cesser. .

© UNICEF/Roger LeMoyne et CDC américain

Les gens manifestent dans les rues de Port-au-Prince en Haïti déchirée par la crise.

Plaidoyer du Yémen

Sur Yémenoù la violence entre le gouvernement et les forces soutenues par les Houthis a éclaté il y a plus de sept ans, M. Türk a expliqué que bien que les hostilités et les frappes aériennes à grande échelle aient « généralement cessé », les rapports de victimes civiles n’avaient pas, « en particulier des enfants près des lignes de front à cause des mines terrestres et autres restes explosifs de guerre ».

Exclusion afghane

Sur Afghanistanle Haut-Commissaire a confirmé la décision des autorités de facto de procéder à des coups de fouet et des exécutions en public, et la « exclusion systématique » des femmes et des filles de pratiquement tous les aspects de la vie (ce qui) est sans précédent dans ce monde ».

De telles actions sont « en violation flagrante » des obligations internationales de l’Afghanistan en matière de droits humains, a poursuivi M. Türk, avant d’exhorter les talibans à établir un moratoire immédiat sur les futures exécutions et à abolir la peine de mort.

Les plus vulnérables du Mozambique

Au Mozambique, où des civils continuent d’être déplacés, tués et victimes d’agressions sexuelles par des milices extrémistes, cinq ans après le début du conflit à Cabo Delgado, M. Türk a insisté sur le fait que le conflit ne pouvait être résolu qu’en s’attaquant à ses causes profondes.

Cela nécessitera « de protéger les droits économiques et sociaux, de préserver l’espace civique, d’assurer l’accès à la justice et de donner la priorité aux jeunes et aux femmes dans le développement socio-économique et la prise de décision, y compris – et c’est très important dans ce contexte – sur l’utilisation des ressources naturelles qui affectent directement leur vie« , a déclaré le chef des droits de l’homme de l’ONU.

Des personnes déplacées de Cabo Delgado reçoivent une aide alimentaire dans la province de Nampula, au Mozambique.

Conflit en Somalie

La situation en Somalie est une autre urgence affligeante en matière de droits de l’homme qui requiert toute l’attention du monde, a poursuivi M. Türk.

Après la pire sécheresse depuis des décennies et les attaques extrémistes, le pays «fait face à une catastrophe humanitaire« , il a dit. Dans le même temps, les spécialistes des droits de l’homme de l’ONU ont documenté une forte augmentation du nombre de victimes civiles – « dont 76% sont attribuées à la milice extrémiste Al-Shabab », a déclaré le Haut-Commissaire.

Selon les données du bureau des droits de l’homme de l’ONU, 672 personnes ont été tuées en Somalie et 1 082 blessées de janvier à novembre, soit une augmentation inquiétante de 51 % par rapport à la même période l’an dernier.

« Les graves préoccupations en matière de droits de l’homme incluent également l’arrestation et la détention de journalistes, l’entrave à la liberté d’expression, la promotion de l’autocensure et l’aggravation des vulnérabilités préexistantes en matière de droits de l’homme », a déclaré le chef des droits de l’ONU. « La protection des droits de l’homme est un élément clé de l’action humanitaire. »

Le conflit et la sécheresse ont entraîné des pénuries alimentaires dans de nombreuses régions de la Somalie.

Le conflit et la sécheresse ont entraîné des pénuries alimentaires dans de nombreuses régions de la Somalie.

Engagement personnel avec la Chine

Questionné à propos Chinequi a rejeté les conclusions d’un rapport percutant du bureau des droits de l’homme de l’ONU sur le traitement des minorités au Xinjiang cet été, le Haut-Commissaire a insisté sur le fait qu’il avait mis en évidence « de très graves préoccupations en matière de droits de l’homme ».

« Je me concentre sur le suivi des recommandations contenues dans le rapport et pour moi, c’est également très important ; bien sûr que nous le ferons – et je continuerai personnellement à dialoguer avec les autorités », a déclaré M. Türk, ajoutant que « l’espoir est éternel pour les changements ».

A l’occasion du 75e année de l’adoption de la Déclaration universelle des droits de l’homme (DUDH), M. Türk a annoncé une campagne d’un an « pour rappeler le consensus envisagé par cette Déclaration ».

L’initiative sera coordonnée par le Haut-Commissariat avec des partenaires et impliquera des activités, des actions et « des moyens de renouveler la prise de conscience et l’engagement des gens envers les droits de l’homme, en particulier chez les jeunes ».

L’un des objectifs est de « raviver l’esprit, l’impulsion et la vitalité qui ont forgé la DUDH il y a 75 ans et de rajeunir un consensus mondial sur les droits de l’homme – un consensus qui nous unifie face à tant de défis », a expliqué M. Türk.

Lien de Etoile d’Europe