Accueil Afrique Une action plus forte est nécessaire pour faire face à l’évolution de la dynamique de la piraterie dans le golfe de Guinée

Une action plus forte est nécessaire pour faire face à l’évolution de la dynamique de la piraterie dans le golfe de Guinée

0
Une action plus forte est nécessaire pour faire face à l’évolution de la dynamique de la piraterie dans le golfe de Guinée

Présentant le dernier rapport du Secrétaire général sur la question, Martha Pobee, sous-secrétaire générale au Département des affaires politiques et de consolidation de la paix (DPPA), a mis en garde contre une situation changeante qui nécessitera une plus grande réponse.

La baisse des incidents est le résultat d’efforts concertés des autorités nationales, soutenues par des partenaires régionaux et internationaux, tant sur terre qu’en mer.

Des actions telles que des patrouilles accrues, le déploiement de moyens navals, une coordination renforcée, ainsi que des condamnations, ont eu un effet dissuasif sur les activités criminelles.

Dynamique changeante

Cependant, la piraterie dans le golfe de Guinée s’est transformée au cours de cette période, a rapporté Mme Pobee.

« Les groupes de pirates s’adaptent à l’évolution de la dynamique à la fois en mer et dans les zones côtières », a-t-elle déclaré.

« À cet égard, la récente diminution des cas de piratage peut être en partie attribuable à le glissement des réseaux criminels vers d’autres formes de criminalité maritime et fluvialecomme le soutage de pétrole et le vol, qu’ils considèrent probablement à la fois comme moins risqués et plus rentables ».

Elle a souligné qu’il était impératif pour les États et leurs partenaires régionaux et internationaux d’accélérer les efforts visant à établir la sécurité dans le golfe de Guinée, comme indiqué dans le Code de conduite de Yaoundé, signé en juin 2013.

Martha Ama Akyaa Pobee, Sous-Secrétaire générale pour l’Afrique aux Départements des affaires politiques et de consolidation de la paix et des opérations de paix, informe la réunion du Conseil de sécurité sur la paix et la sécurité en Afrique.

Assistance politique et technique

Mme Pobee a souligné certaines des réalisations depuis lors, telles que la signature récente d’un accord pour établir un Centre multinational de coordination maritime (MMCC) pour une zone qui couvre le Cap-Vert, la Gambie, la Guinée-Bissau, le Mali et le Sénégal.

Un exercice maritime impliquant 17 des 19 pays riverains du golfe de Guinée, ainsi que huit partenaires internationaux, a également été mené le mois dernier sur une zone s’étendant du Sénégal à l’Angola.

Elle a également souligné l’assistance politique et technique continue de l’ONU aux États, notamment par le biais d’agences telles que l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) et l’Organisation internationale pour les migrations (OIM).

Traiter les causes sous-jacentes

« À l’heure actuelle, il n’y a aucune preuve solide suggérant des liens potentiels ou possibles entre les groupes terroristes et pirates », a-t-elle déclaré au Conseil.

« Cependant, relever les défis sociaux, économiques et environnementaux sous-jacents auxquels sont confrontées les communautés de la région servira en fin de compte à contenir les deux menaces. »

Mme Pobee a déclaré que l’ONU renforçait également la collaboration avec les institutions financières internationales pour aider les pays à s’attaquer aux causes sous-jacentes de la fragilité et de la sécurité.

Soutenir l’état de droit

À l’approche du 10e anniversaire du cadre de Yaoundé, le chef de l’ONUDC, Ghada Waly, a souligné l’opportunité de consacrer davantage d’attention, de ressources et d’action au soutien de la sécurité maritime et de l’État de droit dans le golfe de Guinée.

Elle a exhorté la communauté internationale à aider les gouvernements à développer leurs capacités et leurs cadres juridiques, avec des lois nationales qui criminalisent le piratage et permettent des poursuites.

« Nous devons améliorer les capacités d’enquête et de poursuites, donner du mordant aux efforts d’application de la loi et parvenir à une « fin légale » pour chaque affaire poursuivie », a-t-elle déclaré.

Ghada Fathi Waly (sur écrans), Directrice exécutive de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime, informe la réunion du Conseil de sécurité sur la paix et la sécurité en Afrique.

Développer la coopération

Mme Waly a souligné la nécessité de réagir rapidement aux tendances changeantes du piratage pour « empêcher la menace de simplement prendre une forme différente ».

Elle a appelé à l’élaboration d’un cadre régional pour élargir la coopération et a appelé à la vigilance contre la possibilité que des groupes terroristes au Sahel s’associent à des entreprises criminelles dans les régions côtières.

Le directeur exécutif de l’ONUDC a également souligné la nécessité cruciale de s’attaquer aux causes profondes de la piraterie dans le golfe de Guinée en travaillant avec les communautés côtières vulnérables.

Ces populations sont également confrontées à des défis tels que la dégradation de l’environnement et la perte de biodiversité, alimentés par le changement climatique et la pêche illégale.

Arrêtez les criminels, engagez les jeunes

« Les criminels en mer doivent être arrêtés et tenus pour responsables, mais pour garantir une réponse véritablement durable, une attention particulière doit être accordée aux personnes susceptibles de devenir de tels criminels, aux facteurs qui les y poussent et aux personnes les plus touchées », a-t-elle déclaré. .

« Nous devons poursuivre des stratégies communautaires de prévention du crime et nous engager auprès des jeunes à risque et marginalisés pour cultiver des compétences personnelles et sociales, prévenir les comportements à risque et leur offrir des opportunités.

Mme Waly a déclaré que l’ONUDC soutenait le développement de stratégies communautaires de prévention du crime dans la région du delta du Niger au Nigeria, qu’elle espère voir reproduites dans d’autres communautés côtières.

Lien de Etoile d’Europe