ReligionsPremière ordination de diaconesse au Zimbabwe

Première ordination de diaconesse au Zimbabwe

-

Publicité

Le 2 mai, Jeudi Saint, dans la paroisse « St. Nectarius » au Zimbabwe, la première ordination de diaconesse de la chrétienne angélique locale a été réalisée par le métropolite Séraphin du Zimbabwe.

L’événement et les photos, dans lesquelles la nouvelle diaconesse donnait la communion aux chrétiens de la paroisse, ont suscité de vifs commentaires selon lesquels il s’agissait de la première ordination d’une femme dans l’Église orthodoxe.

Le métropolite Séraphin a déclaré que les diaconesses de son diocèse aideront dans la liturgie et le travail pastoral : « Elle fera ce que fait le diacre dans la liturgie et dans tous les sacrements de nos services orthodoxes. Ses tâches spécifiques seront orientées vers les besoins spécifiques des paroisses du Zimbabwe. Et plus encore : « L’un des domaines les plus importants de l’activité de la diaconesse est l’exercice des œuvres de charité. Les diaconesses étaient des anges de miséricorde, des sœurs qui visitaient les malades, les « en deuil » et les pauvres femmes, leur enseignant les saints dons de l’amour chrétien. Les diaconesses rendaient visite aux chrétiens emprisonnés, leur apportant des Saints Dons ». Il a souligné qu’aujourd’hui le travail des diaconesses ne serait pas identique à celui exercé à l’époque byzantine. Cependant, « nous devons reconnaître que les femmes peuvent offrir à l’Église orthodoxe un grand travail missionnaire » et donne l’exemple de leurs activités missionnaires, catéchistiques et pédagogiques en Afrique. Le Métropolite a choisi le Jeudi Saint pour cet événement parce que la Divine Liturgie célébrée ce jour-là commémore l’instauration de l’Eucharistie. Ainsi, le ministère de la diaconesse est lié à la Sainte Eucharistie, qui est le centre de la vie chrétienne.

En fait, c’est loin d’être la première ordination de femmes comme diaconesses dans le Patriarcat d’Alexandrie. Comme on le sait, cette tradition a été relancée par saint Nectaire d’Égide au début du XXe siècle et sanctifiée par son autorité de saint et d’évêque. Périodiquement, les ordinations des diaconesses ont lieu sous la juridiction du Patriarcat d’Alexandrie, une pratique imposée par des considérations missionnaires et par les conditions des sociétés patriarcales et conservatrices du continent africain. Par exemple, en 2017, le jour de saint Théodore Tiron, le patriarche Théodore a célébré la Sainte Liturgie festive au Congo, au cours de laquelle il a accompli l’ordination presbytérale, puis il a exécuté la chirothésie (ordination) pour la diaconesse du catéchiste de la métropole du Katanga. – la vieille Théona. Elle fut l’une des premières membres de la mission chrétienne orthodoxe de Kol(o)wezi, au Congo, et reçut le titre de « diaconesse de la mission » de la Métropole du Katanga. En plus d’elle, une prière a été lue sur trois autres religieuses et deux catéchistes « pour entrer dans le ministère de diacre » pour servir l’activité missionnaire de la métropole, notamment dans les sacrements du Baptême et du Mariage des adultes, ainsi que dans le département de catéchisme. du local église.

La manière dont elles ont été élevées au ministère de diacre montre que les évêques d’Alexandrie n’ont pas suivi strictement l’ancien ordre d’ordination des femmes diaconesses conservé dans les sources byzantines, ce qui montre que les femmes étaient ordonnées diaconesses à l’autel ainsi que les diacres masculins. À Byzance, les femmes diaconesses aidaient à accomplir le sacrement du baptême des femmes et administraient la communion aux femmes et aux enfants dans les foyers. Ils étaient également impliqués dans les œuvres caritatives des paroisses. Être diaconesse était prestigieux dans la société. En raison de leur activité sociale, les femmes riches des classes supérieures de la société étaient ordonnées diaconesses, par exemple les épouses veuves de membres du synclit, les filles de hauts fonctionnaires, les membres de familles d’évêques. Cependant, ils ont fait don de tous leurs biens à la communauté ecclésiale dans laquelle ils servaient. La règle 15 du Quatrième Concile œcuménique fixe l’âge minimum de quarante ans pour leur ordination. Par ordre impérial, quarante femmes diaconesses servaient dans le temple « Sainte-Sophie » de Constantinople au VIe siècle. Cette institution a été établie dans la vie de l’Église du IIe au VIe siècle, c’est pourquoi naturellement, du VIe au VIIIe siècle, la soi-disant « prière pour l’ordination des diaconesses » s’est développée dans l’Église, qui rappelle beaucoup le rang de diaconesse. ordination. Cependant, les diacres masculins se voyaient immédiatement confier un ministère à l’autel du temple, contrairement aux diaconesses féminines. Les fonctions les plus importantes des diaconesses résidaient dans le baptême des femmes : elles oignaient le corps des baptisés, tandis que les évêques, respectivement les prêtres, oignaient uniquement le front.

Cela n’a pas donné lieu à des controverses sur le « sacerdoce des femmes » dans l’Église, car les gens avaient une idée différente de la nature du ministère sacerdotal – son centre et sa source étaient l’évêque, qui déléguait par ordination ses pouvoirs et devoirs aux prêtres. seulement. Le ministère du diacre n’était pas considéré comme le « premier degré du sacerdoce », mais comme un autre type de ministère auxiliaire au saint autel, qui n’était pas lié à l’administration des sacrements. Saint Épiphane de Chypre souligne que « les diaconesses occupent un rang dans l’Église, mais pas dans le sacerdoce ».

La réduction du ministère diaconal des hommes au début de la carrière de « développement sacerdotal » dans l’Église le limite en réalité et le prive de son sens originel, qui est lié (même dès les premières années de l’Église du Christ à Jérusalem – voir : Actes. ch. 6) avant tout à l’activité caritative au profit des chrétiens.

Ce n’est pas un hasard si le Saint-Synode du Patriarcat œcuménique, dans son document adopté lors de la Conférence panorthodoxe de 1988 sur l’île de Rhodes (il s’agit de la Conférence théologique interorthodoxe « La place des femmes dans l’Église orthodoxe et la question de l’Ordination des Femmes » recommande : « que l’ordre général des diacres (hommes et femmes) soit restauré partout dans son ministère originel et varié, s’étendant dans le domaine social, dans l’esprit de l’ancienne tradition et en réponse aux besoins spécifiques croissants. besoins du monde moderne. Elle ne doit pas se limiter à un rôle purement liturgique ni être considérée comme un diplôme permettant d’accéder aux rangs supérieurs du clergé.

Cependant, dans l’Église orthodoxe, le ministère des femmes diaconesses n’a pas été relancé, car le ministère des diacres était perçu en permanence comme le « premier degré du sacerdoce », et les diacres n’exerçaient pas d’autres fonctions dans l’Église que des fonctions liturgiques pendant la période. Sainte Liturgie.

Ce n’est pas un hasard si le ministère des diaconesses est relancé, quoique très limité, dans le Patriarcat d’Alexandrie, où il existe un besoin objectif. Dans les sociétés locales, les activités des femmes et des hommes sont strictement réglementées et la communication entre les deux sexes est soumise à de strictes restrictions, ce qui constitue un obstacle à la vie ecclésiale des femmes.

L’Église compte de nombreuses femmes diaconesses dans son calendrier festif, surtout au IVe siècle – comme sainte Théosevie, sœur de saint Grégoire de Nysse, sainte Suzanne, diaconesse de Jérusalem, et bien d’autres. etc.

Illustration : Icône de la fête de l’entrée dans le temple de Notre-Dame de la Vierge Marie et de la Vierge Marie.

Publié à l’origine dans The European Times.

Publicitéspot_img
Publicité

Dernières nouvelles

Un an après le bombardement russe d’Odessa et de sa cathédrale, toujours aucune aide financière de l’UNESCO -europeantis.news-

La communauté internationale a fermement condamné les bombardements russes sur le centre historique d'Odessa qui a endommagé et...

La BEI appelle à davantage d’investissements en faveur des innovateurs technologiques -europeantimes.news-

Les entreprises technologiques européennes se heurtent à un obstacle, selon un rapport de la Banque européenne d'investissement (BEI). ...

La responsabilité de ce qui se passe n’incombe pas seulement aux dirigeants politiques -europeantis.news-

La Conférence des Églises européennes (KEK) a publié une déclaration condamnant l'attaque russe contre l'hôpital pour enfants Ohmatdet à...

La Commission européenne enquête sur Delivery Hero et Glovo pour d’éventuelles pratiques anticoncurrentielles -europeantis.news-

Dans une démarche audacieuse visant à sauvegarder la concurrence sur le marché en plein essor de la livraison de...
- Advertisement -spot_img

Paix du cœur dans la tradition chrétienne -europeantimes.news-

Les Églises ont une riche tradition de paix. Tous nous rappellent que la paix n’est pas d’abord un...

Prolongation de six mois des sanctions contre la Russie -europeantis.news-

Bruxelles, – Le Conseil européen a choisi de prolonger de six mois ses sanctions contre la Russie en...

Must read

Un an après le bombardement russe d’Odessa et de sa cathédrale, toujours aucune aide financière de l’UNESCO -europeantis.news-

La communauté internationale a fermement condamné les bombardements russes...

La BEI appelle à davantage d’investissements en faveur des innovateurs technologiques -europeantimes.news-

Les entreprises technologiques européennes se heurtent à un obstacle,...
- Advertisement -spot_img

You might also likeRELATED
Recommended to you