ACTUALITEUn nouveau nom pour un avenir durable

Un nouveau nom pour un avenir durable

-

Publicité
Comprendre et gérer le changement global est une tâche dans laquelle la Société Max Planck s’engage. Cela se reflète également dans la réorientation du Max-Planck-Institut für Eisenforschung. L’institut basé à Düsseldorf étudie depuis quelques décennies comment optimiser l’acier et d’autres métaux pour des applications dans les domaines de l’énergie, de la mobilité, des infrastructures, de la production et de la médecine. Ces dernières années, les chercheurs se sont de plus en plus concentrés sur la façon dont l’acier et d’autres matériaux métalliques peuvent être produits avec un minimum de coûts. les émissions de gaz à effet de serre, ainsi que sur la maximisation de l’efficacité de matières premières limitées pour les appareils électroniques, les moteurs électriques et les générateurs. Pour refléter ce changement d’orientation de la recherche, l’Institut a changé de nom : il s’appellera désormais Institut Max Planck pour les matériaux durables.

Le Max-Planck-Institut für Eisenforschung devient l'Institut Max Planck pour les matériaux durables.  © MPI pour les matériaux durables

Le Max-Planck-Institut für Eisenforschung devient l’Institut Max Planck pour les matériaux durables. Crédit image : Matériaux durables

Environ vingt pour cent des émissions mondiales de gaz à effet de serre sont causées par la production de matériaux dont les gens ont besoin pour les bâtiments, les infrastructures et divers produits. L’industrie sidérurgique représente à elle seule huit pour cent des émissions de CO2. Dans le même temps, de nombreuses matières premières nécessaires aux sociétés modernes et à une économie respectueuse du climat sont en quantité limitée ou sont extraites dans des conditions environnementales et socialement discutables. Citons par exemple l’aluminium, utilisé pour les carrosseries légères, dont la production produit de la boue rouge toxique : du lithium, essentiel aux batteries, et provenant d’un nombre limité d’endroits dans le monde ; et les métaux des terres rares, vitaux pour les smartphones, les moteurs électriques et les éoliennes, mais également confrontés à des problèmes de pénurie.

Solutions pour une industrie métallurgique durable

« Les métaux, les semi-conducteurs et de nombreux autres matériaux constituent le fondement de la société mondiale. Sans eux, il n’y aurait pas de logements, de téléphones portables, de moyens de transport et d’infrastructures – bref, la société telle que nous la connaissons aujourd’hui cesserait d’exister. Cependant, la production et l’utilisation de tels matériaux contribuent de manière significative aux émissions de gaz à effet de serre et à la détérioration de l’environnement », explique Dierk Raabe, directeur général de l’Institut Max Planck pour les matériaux durables. « Dans notre Institut, nous relevons précisément ce défi : comment pouvons-nous établir une nouvelle base industrielle dans un court laps de temps ? La réorientation en cours reflète le changement dans nos domaines d’intervention. Nous travaillons sur des questions fondamentales sur la manière dont notre société industrielle moderne peut devenir globalement plus durable. « 

Des chercheurs de l’Institut Max Planck de Düsseldorf étudient des moyens de produire du fer et de l’acier à partir de minerais utilisant de l’hydrogène, dans le but de remplacer le charbon dans le processus. Ils étudient comment améliorer les techniques de recyclage des métaux, en particulier pour les métaux rares et énergivores. De plus, ils visent à réduire l’impact environnemental de l’industrie métallurgique en général, comme le développement d’acier à faible teneur en CO2 dérivé de boues rouges, un déchet toxique issu de la production d’aluminium. Dans le développement de nouveaux matériaux, ils utilisent de plus en plus l’intelligence artificielle pour développer de nouveaux matériaux.

«Le changement climatique et la garantie de nos moyens de subsistance comptent aujourd’hui parmi les plus grands défis auxquels l’humanité est confrontée», déclare Patrick Cramer, président de Max Planck. « La Société Max Planck s’engage à contribuer à trouver des solutions à ces défis. La réorientation actuelle du Max-Planck-Institut für Eisenforschung vers la recherche sur les matériaux durables souligne cet engagement et réaffirme son engagement en faveur du progrès scientifique et social.

Source: MPG

Publié à l’origine dans The European Times.

Publicitéspot_img
Publicité

Dernières nouvelles

Le pape célèbre la paix avec les enfants réunis à Rome pour la première JMB

Le pape François demande aux enfants rassemblés au stade de Rome pour la première Journée mondiale de l'enfance (JMB)...

La nouvelle technologie change la façon dont les protéines des cellules individuelles sont étudiées

Auparavant, les chercheurs ne pouvaient étudier qu’un nombre limité de protéines dans des cellules individuelles par cytométrie en flux....

Le pape célèbre la paix avec les enfants réunis à Rome pour la première JMB

Le pape François demande aux enfants rassemblés au stade de Rome pour la première Journée mondiale de l'enfance (JMB)...

Nulla Accade per Caso : Le docufilm sur Fabrizio Zampetti présenté en première au Musée des sciences et technologies Leonardo Da Vinci

Dans la soirée du mardi 14 mai, le Musée national des sciences et technologies Leonardo da Vinci de Milan...
- Advertisement -spot_img

NSF s’associe à Micron et GlobalFoundries pour investir dans le développement de la main-d’œuvre dans le secteur des semi-conducteurs dans les institutions au service...

Aujourd'hui, la National Science Foundation des États-Unis a annoncé un nouveau partenariat avec Micron Technology, Inc. et GlobalFoundries (GF)...

Le patriarche œcuménique Bartholomée participera au sommet en Suisse

Le patriarche œcuménique Bartholomée participera au sommet, qui se tiendra en Suisse les 15 et 16 juin et sera...

Must read

Le pape célèbre la paix avec les enfants réunis à Rome pour la première JMB

Le pape François demande aux enfants rassemblés au stade...

La nouvelle technologie change la façon dont les protéines des cellules individuelles sont étudiées

Auparavant, les chercheurs ne pouvaient étudier qu’un nombre limité...
- Advertisement -spot_img

You might also likeRELATED
Recommended to you