Accueil Religions Chrétiens dans l’armée

Chrétiens dans l’armée

0
Chrétiens dans l’armée

Après la remarque selon laquelle le Christ n’a pas quitté la parabole « de la résistance au mal par la force », j’ai commencé à être persuadé que dans le christianisme, il n’y avait pas de soldats martyrs exécutés pour avoir refusé de tuer ou de prendre les armes.

Le P. Jean Bourdin

Je pense que ce mythe est apparu avec l’avènement de la version impériale du christianisme. On dit que les guerriers martyrs furent exécutés uniquement parce qu’ils refusaient d’offrir des sacrifices aux divinités.

En effet, parmi eux se trouvaient ceux qui refusaient complètement de se battre et de tuer, ainsi que ceux qui combattaient avec les païens mais refusaient d’utiliser les armes contre les chrétiens. Il n’est pas acceptable de concentrer l’attention sur les raisons pour lesquelles un mythe aussi persistant surgit.

Heureusement, les actes des martyrs ont été conservés, dans lesquels les procès des premiers chrétiens (y compris contre des soldats) sont décrits de manière suffisamment détaillée.

Malheureusement, peu d’orthodoxes russes les connaissent et encore moins les étudient.

En fait, la vie des saints regorge d’exemples d’objection de conscience au service militaire. Permettez-moi d’en rappeler quelques-uns.

C’est précisément à cause de son refus d’effectuer son service militaire qu’en 295 le saint guerrier Maximilien fut tué. La transcription de son procès est conservée dans son Martyrologie. Au tribunal, il a déclaré :

« Je ne peux pas me battre pour ce monde… Je vous le dis, je suis chrétien. »

En réponse, le proconsul a souligné que les chrétiens servaient dans l’armée romaine. Maximilien répond :

« C’est leur travail. Je suis aussi chrétien et je ne peux pas servir.

De même, saint Martin de Tours quitta l’armée après avoir été baptisé. Il aurait été convoqué à César pour la remise d’une récompense militaire, mais il aurait refusé de l’accepter en disant :

« Jusqu’à présent, je vous ai servi comme soldat. Maintenant, laissez-moi servir Christ. Donnez la récompense aux autres. Ils ont l’intention de se battre, et je suis un soldat du Christ et je n’ai pas le droit de me battre.

Dans une situation similaire se trouvait le centurion nouvellement converti Saint-Markel, qui, lors d’une fête, jeta ses honneurs militaires en disant :

« Je sers Jésus-Christ, le Roi éternel. Je ne servirai plus votre empereur et je méprise le culte de vos dieux de bois et de pierre, qui sont des idoles sourdes-muets.

Les documents du procès contre Saint-Markel ont également été conservés. Il aurait déclaré devant ce tribunal : « … il ne convient pas à un chrétien qui sert le Seigneur Christ de servir dans les armées du monde ».

Pour avoir refusé le service militaire pour des raisons chrétiennes, saint Kibi, saint Cadoc et saint Théagen furent canonisés. Ce dernier souffrit avec saint Jérôme. C’était un paysan exceptionnellement courageux et fort qui fut enrôlé dans l’armée impériale en tant que soldat prometteur. Jérôme refusa de servir, chassa ceux qui venaient le recruter et, avec dix-huit autres chrétiens, également appelés dans l’armée, se cacha dans une grotte. Les soldats impériaux prirent d’assaut la grotte, mais ne parvinrent pas à capturer les chrétiens par la force. Ils les éliminent avec ruse. Ils furent bien tués après avoir refusé d’offrir des sacrifices aux idoles, mais ce fut plutôt le dernier point de leur résistance obstinée au service militaire (au total, trente-deux conscrits chrétiens furent exécutés ce jour-là).

L’histoire de la légion de Thèbes, qui était sous le commandement de Saint-Maurice, est plus mal documentée. Les actes de martyre commis contre eux ne sont pas conservés, car il n’y a pas eu de procès. Seule subsiste la tradition orale, consignée dans l’épître de saint évêque Eucherius. Dix hommes de cette légion sont glorifiés par leur nom. Les autres sont connus sous le nom général de martyrs d’Agaun (pas moins d’un millier de personnes). Ils n’ont pas complètement refusé de prendre les armes lorsqu’ils combattent des ennemis païens. Mais ils se sont rebellés lorsqu’on leur a ordonné de réprimer une rébellion chrétienne.

Ils ont déclaré qu’ils ne pouvaient tuer leurs frères chrétiens sous aucun prétexte et pour quelque raison que ce soit :

« Nous ne pouvons pas tacher nos mains avec le sang de personnes innocentes (chrétiennes). Sommes-nous prêtant serment devant Dieu avant de jurer devant vous. Vous ne pouvez pas avoir confiance en notre deuxième serment si nous brisons l’autre, le premier. Vous nous avez ordonné de tuer des chrétiens – regardez, nous sommes pareils.

Il a été rapporté que la légion était maigre et qu’un soldat sur dix avait été tué. Après chaque nouveau refus, ils tuaient à nouveau un dixième jusqu’à massacrer toute la légion.

Saint Jean le Guerrier ne s’est pas complètement retiré du service, mais dans l’armée, il s’est engagé dans ce que le langage militaire appelle une activité subversive – avertissant les chrétiens du prochain raid, facilitant les évasions, rendant visite aux frères et sœurs jetés en prison (cependant, d’après sa biographie, on peut supposer qu’il n’a pas eu à verser de sang : il était probablement dans les unités gardant la ville).

Je pense qu’il serait exagéré de dire que tous les premiers chrétiens étaient pacifistes (ne serait-ce que parce que nous n’avons pas suffisamment de documents historiques sur la vie de l’Église à cette époque). Cependant, au cours des deux premiers siècles, leur attitude à l’égard de la guerre, des armes et du service militaire était si nettement négative que le critique ardent du christianisme, le philosophe Celse, écrivait : « Si tous les hommes agissaient comme vous, rien n’empêcherait l’empereur de restant complètement seul et avec des troupes qui lui ont été abandonnées. L’empire tomberait entre les mains des barbares les plus anarchiques.

Ce à quoi le théologien chrétien Origène répond :

« Les chrétiens ont appris à ne pas se défendre contre leurs ennemis ; et parce qu’ils ont observé les lois prescrivant la douceur et l’amour à l’homme, ils ont obtenu de Dieu ce qu’ils n’auraient pas pu obtenir s’il leur avait été permis de faire la guerre, bien qu’ils auraient pu le faire.

Nous devons prendre en compte un autre point. Le fait que les objecteurs de conscience ne soient pas devenus un problème majeur pour les premiers chrétiens s’explique en grande partie non pas par leur volonté de servir dans l’armée, mais par le fait que les empereurs n’avaient pas besoin de remplir l’armée régulière de conscrits.

Vasily Bolotov a écrit à ce sujet: « Les légions romaines se sont reconstituées avec de nombreux volontaires venus s’enrôler. » Les chrétiens ne pouvaient donc entreprendre le service militaire que dans des cas exceptionnels.

La situation où les chrétiens dans l’armée sont devenus nombreux, de sorte qu’ils ont déjà servi dans la garde impériale, ne s’est produite qu’à la fin du IIIe siècle.

Il n’est pas nécessaire qu’ils soient entrés dans le service après avoir reçu le baptême chrétien. Dans la plupart des cas que nous connaissons, ils sont devenus chrétiens alors qu’ils étaient déjà militaires. Et ici en effet, un homme comme Maximilien peut se trouver dans l’impossibilité de continuer à servir, tandis qu’un autre sera obligé d’y rester, limitant ainsi les choses qu’il pense pouvoir faire. Par exemple, ne pas utiliser les armes contre les frères en Christ.

Les limites de ce qui est permis au soldat converti au christianisme ont été clairement décrites au début du IIIe siècle par saint Hippolyte de Rome dans ses canons (règles 10-15) : « Concernant le magistrat et le soldat : ​​ne tuez jamais. , même si vous avez reçu un ordre… Un soldat en service ne doit pas tuer un homme. S’il reçoit un ordre, il ne doit pas exécuter l’ordre et ne doit pas prêter serment. S’il ne le veut pas, qu’il soit rejeté. Que celui qui possède le pouvoir de l’épée, ou qui est le magistrat de la ville qui porte l’indigo, cesse d’exister ou soit rejeté. Les annonceurs ou les croyants qui veulent devenir soldats doivent être rejetés parce qu’ils ont méprisé Dieu. Un chrétien ne devrait pas devenir soldat à moins d’y être contraint par un chef armé d’une épée. Il ne doit pas s’encombrer de péchés sanglants. Mais s’il a versé du sang, il ne doit prendre part aux sacrements que s’il est purifié par la pénitence, les larmes et les pleurs. Il ne doit pas agir avec ruse, mais avec crainte de Dieu.

Ce n’est qu’au fil du temps que l’Église chrétienne a commencé à changer, à s’éloigner de la pureté de l’idéal évangélique, pour s’adapter aux exigences du monde, étranger au Christ.

Et les monuments chrétiens décrivent comment ces changements se produisent. En particulier, dans les documents du premier concile œcuménique (Nicée), nous voyons comment, avec l’adoption du christianisme comme religion d’État, les chrétiens qui s’étaient auparavant retirés du service militaire se sont précipités dans l’armée. Désormais, ils paient des pots-de-vin pour revenir (je vous rappelle que le service militaire était un travail prestigieux et bien payé – outre un bon salaire, le légionnaire avait également droit à une excellente pension).

À cette époque, l’Église en ressentait encore du ressentiment. La Règle 12 du premier Concile œcuménique qualifie ces « apostats » : « Ceux qui sont appelés par la grâce à la profession de foi et qui ont manifesté un premier élan de jalousie en ôtant leurs ceintures militaires, mais qui ensuite, comme un chien, sont revenus à leur vomi, de sorte que certains ont même utilisé de l’argent et des cadeaux pour être réintégrés dans le grade militaire : qu’ils, après avoir passé trois ans à écouter l’Écriture sous le portique, puis dix ans se prosternent dans l’église, implorant pardon ». Zonara, dans son interprétation de cette règle, ajoute que nul ne peut rester au service militaire s’il n’a pas auparavant renoncé à la foi chrétienne.

Quelques décennies plus tard, cependant, saint Basile le Grand écrivait avec hésitation à propos des soldats chrétiens revenant de la guerre : « Nos pères ne considéraient pas tuer au combat comme un meurtre, excusant, me semble-t-il, les champions de la chasteté et de la piété. Mais peut-être serait-il bon de leur conseiller, comme ils ont les mains impures, de s’abstenir pendant trois ans de la communion avec les saints Mystères.

L’Église entre dans une période où elle doit équilibrer le Christ et César, en essayant de servir l’un et de ne pas offenser l’autre.

C’est ainsi qu’est né le mythe selon lequel les premiers chrétiens s’abstenaient de servir dans l’armée uniquement parce qu’ils ne voulaient pas offrir de sacrifices aux dieux.

Nous arrivons ainsi au mythe actuel selon lequel tout soldat (pas même un chrétien) combattant pour la « bonne cause » peut être vénéré comme un martyr et un saint.

Source : Page Facebook personnelle de l’auteur, publiée le 23.08.2023.

https://www.facebook.com/people/%D0%98%D0%BE%D0%B0%D0%BD%D0%BD-%D0%91%D1%83%D1%80%D0%B4% D0%B8%D0%BD/pfbid02ngxCXRRBRTQPmpdjfefxcY1VKUAAfVevhpM9RUQbU7aJpWp46Esp2nvEXAcmzD7Gl/

Publié à l’origine dans The European Times.