ReligionsÀ propos d'Abraham | Europeantimes.news

À propos d’Abraham | Europeantimes.news

-

Publicité

Par saint Jean Chrysostome

Puis, après la mort de Térah, l’Éternel dit à Abram : sors de ton pays, de ta famille et de la maison de ton père, et va dans le pays que je te montrerai. Et je ferai de toi une grande langue, et je te bénirai, et je magnifierai ton nom, et tu seras béni. Et je bénirai celui qui te bénira, et je maudirai celui qui te jure : et toutes les familles de la terre seront bénies à cause de toi (Gen. XII, 1, 2, 3). Examinons attentivement chacune de ces paroles afin de voir l’âme du patriarche qui aime Dieu.

N’ignorons pas ces paroles, mais considérons à quel point ce commandement est difficile. Sortez, dit-il, de votre pays, de votre parenté et de la maison de votre père, et allez dans le pays que je vous montrerai. Laissez, dit-il, ce qui est connu et fiable, et préférez l’inconnu et l’inédit. Voyez comment, dès le début, on a appris au juste à préférer l’invisible au visible et l’avenir à ce qui était déjà entre ses mains. On ne lui a pas ordonné de faire quelque chose sans importance ; (ordonné) de quitter la terre où il avait vécu si longtemps, de quitter toute sa parenté et toute la maison de son père, et d’aller là où il ne savait pas ou ne s’en souciait pas. (Dieu) n’a pas dit dans quel pays il voulait le réinstaller, mais avec l’incertitude de son commandement il a testé la piété du patriarche : va, dit-il, au pays, et je te le montrerai. Pensez, bien-aimés, quel esprit exalté, libre de toute passion ou habitude, était nécessaire pour accomplir ce commandement. En effet, si même maintenant, alors que la foi pieuse s’est déjà répandue, beaucoup s’accrochent si fermement à leurs habitudes qu’ils préfèrent tout transférer plutôt que de quitter, même si cela était nécessaire, le lieu dans lequel ils vivaient jusqu’ici, et cela se produit , non seulement avec les gens ordinaires, mais aussi avec ceux qui se sont retirés du bruit de la vie quotidienne et ont choisi la vie monastique – il était alors d’autant plus naturel que cet homme juste soit bouleversé par un tel commandement et hésite à l’exécuter. il. Va-t’en, dit-il, quitte tes parents et la maison de ton père, et va dans le pays que je te montrerai. Qui ne serait pas dérouté par de tels mots ? Sans lui déclarer ni lieu ni pays, (Dieu) teste l’âme du juste avec une telle incertitude. Si un tel ordre avait été donné à quelqu’un d’autre, à une personne ordinaire, il aurait dit : qu’il en soit ainsi ; tu m’ordonnes de quitter le pays où je vis actuellement, ma parenté, la maison de mon père ; mais pourquoi ne me dis-tu pas où je dois aller, afin que je sache au moins quelle est la distance ? Comment puis-je savoir que cette terre sera bien meilleure et plus féconde que celle que je quitterai ? Mais le juste ne disait ni ne pensait rien de tel et, considérant l’importance du commandement, il préférait l’inconnu à ce qu’il avait entre les mains. De plus, s’il n’avait pas un esprit exalté et un esprit sage, s’il n’avait pas la capacité d’obéir à Dieu en tout, il aurait rencontré un autre obstacle important : la mort de son père. Vous savez combien de fois, à cause des cercueils de leurs proches, ont voulu mourir dans les lieux où leurs parents ont mis fin à leurs jours.

4. Ainsi, pour ce juste, s’il n’aimait pas beaucoup Dieu, il serait naturel de penser aussi à cela, que mon père, par amour pour moi, a quitté sa patrie, a abandonné ses vieilles habitudes et, après avoir vaincu tous (les obstacles), même sont venus ici, et on peut presque dire, à cause de moi, il est mort dans un pays étranger ; et même après sa mort, je n’essaie pas de le rembourser en nature, mais je me retire, laissant, avec la famille de mon père, son cercueil ? Cependant, rien ne pouvait arrêter sa détermination ; l’amour pour Dieu faisait que tout lui paraissait facile et confortable.

Alors, bien-aimés, la faveur de Dieu envers le patriarche est très grande ! Ceux-là, dit-il, je bénirai qui vous bénira ; Et je maudirai ceux qui vous maudiront, et grâce à vous toutes les familles de la terre seront bénies. Voici un autre cadeau ! Toutes, dit-il, les tribus de la terre s’efforceront d’être bénies par ton nom, et elles mettront leur plus grande gloire à porter ton nom.

Vous voyez comment ni l’âge ni rien d’autre qui pouvait le lier à la vie familiale ne lui ont constitué un obstacle ; au contraire, l’amour pour Dieu a tout vaincu. Ainsi, quand l’âme est gaie et attentive, elle surmonte tous les obstacles, tout se précipite vers son objet favori, et quelles que soient les difficultés qui se présentent à elle, elle ne s’y laisse pas retarder, mais tout passe et ne s’arrête qu’après avoir atteint ce qu’elle veut. veut. C’est pourquoi ce juste, bien qu’il ait pu être retenu par la vieillesse et bien d’autres obstacles, a néanmoins rompu tous ses liens, et, comme un jeune homme, vigoureux et libre de tout, il s’est empressé et s’est empressé d’accomplir l’ordre du Seigneur. Et il est impossible à quiconque décide de faire quelque chose de glorieux et de vaillant de le faire sans s’armer d’avance contre tout ce qui pourrait entraver une telle entreprise. L’homme juste le savait bien, et laissant tout sans attention, sans penser aux habitudes, ni à la parenté, ni à la maison de son père, ni au cercueil de son père, ni même à sa vieillesse, il dirigeait toutes ses pensées vers cela seulement, comme si lui pour accomplir le commandement du Seigneur. Et puis un spectacle merveilleux se présenta : un homme extrêmement âgé, avec sa femme, également âgée, et avec de nombreux esclaves, se déplaçait, ne sachant même pas où finirait son errance. Et si l’on pense aussi à la difficulté des routes à cette époque (alors il était impossible, comme aujourd’hui, de harceler librement qui que ce soit, et ainsi de faire le voyage avec commodité, car partout il y avait des autorités différentes, et les voyageurs devaient être envoyés d’un propriétaire à un autre et se déplaçait presque chaque jour de royaume en royaume), alors cette circonstance aurait été un obstacle suffisant pour le juste s’il n’avait pas eu un grand amour (pour Dieu) et une volonté d’accomplir son commandement. Mais il déchira tous ces obstacles comme une toile d’araignée, et… ayant fortifié son esprit par la foi et soumis à la grandeur de Celui qui avait promis, il se mit en route.

Voyez-vous que la vertu et le vice ne dépendent pas de la nature, mais de notre libre arbitre ?

Puis, pour que nous sachions dans quelle situation se trouvait ce pays, il dit : Les Cananéens vivaient alors sur la terre. Le bienheureux Moïse a fait cette remarque non sans but, mais pour que vous reconnaissiez l’âme sage du patriarche et du fait que lui, puisque ces lieux étaient encore occupés par les Cananéens, devait vivre comme un vagabond et un vagabond, comme certains pauvre homme paria, comme il le fallait, n’ayant peut-être pas d’abri. Et pourtant, il ne s’en plaignit pas non plus et ne dit pas : qu’est-ce que c’est ? Moi qui ai vécu avec tant d’honneur et de respect à Harran, je dois maintenant, comme un déraciné, comme un vagabond et un étranger, vivre ici et ici par miséricorde, chercher la paix pour moi-même dans un pauvre refuge – et cela non plus, je ne peux pas l’obtenir, mais je suis obligé de vivre dans des tentes et des huttes et d’endurer toutes les autres catastrophes !

7. Mais pour ne pas trop continuer l’enseignement, arrêtons-nous ici et terminons la parole, en demandant à votre amour d’imiter le tempérament spirituel de ce juste. En vérité, il serait extrêmement étrange si, alors que ce juste, appelé de (son) pays vers le pays (d’un autre), faisait preuve d’une telle obéissance que ni la vieillesse, ni les autres obstacles que nous avons comptés, ni les inconvénients de (alors) le temps, ni d’autres difficultés qui pourraient l’arrêter ne purent l’empêcher d’obéir, mais, rompant tous les liens, lui, le vieil homme, s’enfuit et se précipita, comme un jeune joyeux, avec sa femme, son neveu et ses esclaves, pour accomplir le commandement de Dieu, nous, au contraire, ne sommes pas appelés de la terre à la terre, mais de la terre au ciel, nous ne montrerons pas le même zèle dans l’obéissance que les justes, mais nous présenterons des raisons vides et insignifiantes, et nous le ferons ne nous laissons pas emporter ni par la grandeur des promesses (de Dieu), ni par l’inimportance de ce qui est visible, comme terrestre et temporaire, ni par la dignité de celui qui appelle, – au contraire, nous découvrirons une telle inattention que nous préférerons le temporaire au le toujours permanent, la terre vers le ciel, et nous placerons la chose qui ne peut jamais finir plus bas que celle qui s’envole avant d’apparaître.

Source : Saint Jean Chrysostome. Conversations sur le livre de la Genèse.

Conversation XXXI. Et Térah donna de l’eau à Abram et à Nahor, ses fils, et à Lot, fils d’Arran, son fils, et à Saraï, sa belle-fille, la femme d’Abram, son fils. Je le fis sortir du pays des Chaldéens, et est allé au pays de Canaan, et est venu même à Haran, et y a habité (Gen. XI, 31)

Photo d’illustration : hébreu de l’Ancien Testament.

Publié à l’origine dans The European Times.

Publicitéspot_img
Publicité

Dernières nouvelles

Lois clés auxquelles le nouveau Parlement européen devra s’attaquer

Maintenant que les élections au Parlement européen se sont terminées du 6 au 9 juin 2024, les députés européens...

Une vision pour l’avenir de l’Europe : l’appel du président Metsola à l’unité et à la résilience

Dans un discours émouvant devant les députés européens, le président Metsola a présenté une vision globale de l'avenir de...

Le SPF Justice dévoile son rapport annuel 2023 : Une approche humaine pour un impact réel

Le Service public fédéral Justice publie son rapport annuel 2023. Ce rapport offre un aperçu de quelques-uns des projets...

Résultats de l’adjudication OLO du 17 juin 2024

L’Agence fédérale de la Dette communique qu’elle a accepté les offres à l’adjudication de ce jour pour un montant...
- Advertisement -spot_img

Consultation publique – Projets d’arrêtés modificatifs 2024 de couverture ciblée

Le « New Deal mobile » conclu en 2018 entre le Gouvernement, l'Arcep et les opérateurs de radiocommunications mobiles prévoit des...

Une famille humaine. De nouvelles voies de dialogue

Par Martin Hoegger. www.hoegger.org Juifs, chrétiens, musulmans, hindous, bouddhistes, sikhs, bahaïs se sont réunis sur les hauteurs de Rome, pour...

Must read

Lois clés auxquelles le nouveau Parlement européen devra s’attaquer

Maintenant que les élections au Parlement européen se sont...

Une vision pour l’avenir de l’Europe : l’appel du président Metsola à l’unité et à la résilience

Dans un discours émouvant devant les députés européens, le...
- Advertisement -spot_img

You might also likeRELATED
Recommended to you