Accueil Religions L’Église en Grèce s’oppose à l’extension de la loi sur la maternité de substitution

L’Église en Grèce s’oppose à l’extension de la loi sur la maternité de substitution

0
L’Église en Grèce s’oppose à l’extension de la loi sur la maternité de substitution

Des projets de loi visant à modifier la loi sur le mariage sont en cours de discussion en Grèce. Ils sont liés à l’institutionnalisation du mariage entre partenaires homosexuels, ainsi qu’aux modifications de la loi sur l’adoption d’enfants et la maternité de substitution. L’une des propositions sera bientôt examinée au parlement grec, selon laquelle les couples homosexuels peuvent également avoir recours à des mères porteuses pour avoir des enfants.

Le Premier ministre Kyriakos Mitsotakis a annoncé que le gouvernement était déterminé à légaliser les unions homosexuelles comme mariage, mais s’opposait à toute modification de la législation sur les enfants. Selon les projets du gouvernement, « le mariage homosexuel sera institutionnalisé », mais le gouvernement continuera de refuser aux couples homosexuels et aux hommes célibataires le droit de devenir parent de substitution. De plus, les couples de même sexe ne seront pas autorisés à adopter des enfants. Il a ajouté qu’en Grèce, depuis 1946, les familles hétérosexuelles, ainsi que les femmes et les hommes célibataires, ont le droit d’adopter des enfants.

K. Mitsotakis a déclaré qu’il respecte beaucoup l’opinion de l’Église et qu’il sait qu’elle protège l’amour, mais que l’État ne crée pas les lois avec l’Église, comme c’était le cas dans le passé. Selon lui, ces couples existent, certains d’entre eux ont des enfants, mais ils n’ont pas de statut légal. L’État doit réguler ces relations, qui sont déjà une réalité dans la société grecque.

Le métropolite de Larisa et Tirnovo Hieronymus a noté que les projets de modifications de la loi sur la maternité de substitution sont infondés, il n’est pas clair s’ils sont nécessaires, quelles seront leurs conséquences, etc. La mère porteuse ne peut être qu’une femme liée à la femme ayant des problèmes de reproduction. Elle ne peut être réalisée que sur une base volontaire, c’est-à-dire que la mère porteuse ne reçoit pas d’argent en échange. Et cela n’est autorisé que s’il existe des raisons médicales et biologiques qui ne permettent pas à la mère de porter l’enfant. Il semble qu’à l’avenir, cela sera contourné et nous aurons une grossesse rémunérée. Ainsi est créée une condition préalable à la commercialisation, ce qui est inacceptable pour l’Église en Grèce ». Selon la métropole, le gouvernement utilise une « astuce » : il semble accepter le « moindre mal », c’est-à-dire qu’il légalise les mariages homosexuels, mais sans le droit d’avoir des enfants. Cependant, selon le hiérarque, cela ouvre la porte à de futurs conflits et procès, après quoi le cadre législatif changera et les « familles » de même sexe pourront avoir des enfants – adoptés ou issus d’une mère porteuse.

Une opinion similaire a été exprimée ces jours-ci par le métropolite Ignace de Dimitriade, qui a déclaré que les « explications » de Mitsotakis sur le projet de loi sur la maternité de substitution ne satisfaisaient pas l’Église.

À la fin de l’année dernière, le Synode de l’Église grecque a publié une déclaration ferme, exprimant son désaccord avec la légalisation des relations homosexuelles comme mariage, mais surtout avec les changements affectant les enfants. Le synode a déclaré que l’union civile entre homosexuels ne relève pas de la compétence de l’Église, mais qu’elle ne la reconnaîtra pas comme mariage sacramentel. Cependant, l’Église s’opposera par tous les moyens légaux à la possibilité que ces couples adoptent des enfants ou aient recours à des mères porteuses afin de protéger les droits des enfants.

La Grèce est l’un des rares pays de l’Union européenne où la maternité de substitution est autorisée. Actuellement, seules les femmes proches du couple sans enfant peuvent devenir mères porteuses, et il n’y a pas de caractère commercial, mais « altruiste ». La loi à cet effet a été adoptée en Grèce en 2002, permettant aux couples hétérosexuels qui ne peuvent pas avoir d’enfants, ainsi qu’aux mères célibataires, d’avoir recours à une mère porteuse.

La maternité de substitution est interdite en Bulgarie, en Allemagne, en Autriche, en France, en Italie, en Espagne, au Portugal, en Norvège, en Suède et en Hongrie, ainsi qu’en Suisse.

La législation la plus libérale se trouve en Thaïlande, en Ukraine, en Russie, en Pologne, en Géorgie, en Biélorussie, au Mexique et en Afrique du Sud, où les mères porteuses sont autorisées à proposer leurs services en ligne, par l’intermédiaire d’agences ou via tout type de publicité, et à être payées pour la maternité de substitution. .

Les experts notent que la maternité de substitution commerciale est en augmentation dans le monde entier, l’Ukraine, la Géorgie et le Mexique étant les pays où l’offre est la plus importante. Les femmes pauvres sont particulièrement vulnérables à l’exploitation, pour qui élever leurs propres enfants devient la seule source de revenus possible.

Selon le cabinet de conseil Global Market Insights, la valeur de l’industrie mondiale de la maternité de substitution commerciale est estimée à 14 milliards de dollars en 2022. D’ici 2032, ce chiffre devrait grimper à 129 milliards de dollars à mesure que les problèmes de reproduction en général s’aggravent et deviennent beaucoup plus nombreux. -Les couples sexuels chercheront des moyens d’avoir un enfant.

Photo d’illustration par Julia Volk httpswww.pexels.comphotoburning-candles-at-praying-place-in-church-5273034

Publié à l’origine dans The European Times.