Accueil ACTUALITE Le gouvernement hongrois menace les valeurs, les institutions et les fonds de l’UE, affirment les députés | Nouvelles

Le gouvernement hongrois menace les valeurs, les institutions et les fonds de l’UE, affirment les députés | Nouvelles

0
Le gouvernement hongrois menace les valeurs, les institutions et les fonds de l’UE, affirment les députés |  Nouvelles

Dans une résolution adoptée jeudi par 345 voix pour, 104 contre et 29 abstentions, les députés expriment leur vive inquiétude face à une nouvelle érosion de la la démocratie, l’État de droit et les droits fondamentaux en Hongrie, en particulier à travers le paquet récemment adopté sur la « protection de la souveraineté nationale » – qui a été comparé à la tristement célèbre « loi sur les agents étrangers » de la Russie.

Violations des traités de l’UE

Regrettant que le Conseil n’ait pas appliqué les Article 7 (1) procédure (suivant la décision du Parlement activation du mécanisme en 2018), le Parlement demande au Conseil européen de déterminer si la Hongrie a commis des « violations graves et persistantes des valeurs de l’UE » selon la procédure plus directe de l’article 7, paragraphe 2. Les députés condamnent également les actions du Premier ministre Viktor Orbán, qui a bloqué en décembre dernier la décision essentielle de réviser le budget à long terme de l’UE, y compris l’aide à l’Ukraine, « au mépris total et en violation des intérêts stratégiques de l’UE et en violation du principe de coopération sincère ». L’UE ne doit pas céder au chantage, soulignent-ils.

Protéger les fonds européens

Le Parlement regrette la décision de la Commission de débloquer jusqu’à 10,2 milliards d’euros des fonds précédemment gelés, bien que la Hongrie n’ait pas mis en œuvre les réformes exigées pour l’indépendance judiciaire et que la Commission ait récemment prolongé l’application de Règlement sur la conditionnalité mesures.

En outre, les députés condamnent les pratiques discriminatoires systémiques signalées à l’encontre des universitaires, des journalistes, des partis politiques et de la société civile lors de l’attribution de fonds. Ils regrettent le recours à des procédures de marchés publics manipulées, les offres publiques d’achat du gouvernement et d’entités liées au Premier ministre, ainsi que l’utilisation des fonds européens pour enrichir les alliés politiques du gouvernement.

Les mesures requises pour débloquer les fonds de l’UE en vertu de différentes règles doivent être traitées comme un tout, et aucun paiement ne doit être effectué si des déficits persistent dans un domaine quelconque. Le Parlement examinera s’il convient d’engager une action en justice pour annuler la décision de dégeler partiellement les fonds et note qu’il peut recourir à toute une série de mesures juridiques et politiques si la Commission manque à ses obligations de gardienne des traités et de protection les intérêts financiers de l’UE.

La prochaine présidence hongroise du Conseil

À la lumière de ces questions, le Parlement se demande si le gouvernement hongrois sera en mesure de remplir ses fonctions au cours du second semestre 2024, avertissant que si le poste de président du Conseil européen était vacant, ces fonctions reviendraient au Premier ministre hongrois. au cours de la présidence semestrielle du Conseil du pays. Les députés demandent au Conseil de trouver des solutions appropriées pour atténuer ces risques et appellent à des réformes du processus décisionnel du Conseil, afin de mettre fin à l’abus du droit de veto et au chantage.

Publié à l’origine dans The European Times.