Accueil Religions L’archidiocèse de Prague fait l’objet d’une enquête pour abus de propriété

L’archidiocèse de Prague fait l’objet d’une enquête pour abus de propriété

0
L’archidiocèse de Prague fait l’objet d’une enquête pour abus de propriété

Une enquête contre des personnalités clés de la gestion de l’archidiocèse de Prague (Église orthodoxe des Terres tchèques et de Slovaquie) a conduit à leur destitution des postes qu’ils occupent depuis des années.

L’enquête des autorités a débuté à la fin de l’année dernière contre l’archevêque de Prague Michel (Dandar) pour transfert de biens religieux à un particulier. Cependant, son secrétaire Igor Strelets, considéré comme son bras droit et « cardinal gris » dans l’archidiocèse, ainsi que le président du Conseil diocésain, le P. Jan Beranek. Il a été officiellement déclaré que leur suppression était due à un « audit » et à la nécessité de « réformes pour améliorer le travail du diocèse ». En plus d’eux, trois prêtres ont été démis de leurs fonctions de vicaires épiscopaux.

Igor Strelets, qui est un laïc, était responsable des « connexions russes » dans l’Église des pays tchèques et slovaques. Selon un article paru dans l’édition locale de « Europe libre », le diocèse de Prague entretient des liens étroits avec Moscou : de nombreux religieux ont étudié en Russie et ont ensuite reçu des cadeaux coûteux du Kremlin et du Patriarcat. Cyril sous forme de villas et financement de divers projets. Par exemple, en 2011, lorsque le bail de la résidence de l’archevêque de Prague a expiré, le patriarche de Moscou a fait don « fraternellement » d’un bâtiment de deux étages, qui abrite toujours l’administration de l’archidiocèse local.

Archevêque. Mikhaïl Dandar et Strelets entretiennent des liens étroits avec la Russie depuis de nombreuses années et étaient autrefois membres des services de sécurité tchécoslovaques, l’équivalent du KGB. Strelets a travaillé dans le département de contre-espionnage et Mikhaïl Dandar a vécu plusieurs années en URSS, après avoir obtenu un diplôme de l’Académie théologique de Leningrad en 1969, et la même année, il a été recruté par les services secrets tchèques sous le pseudonyme de « Misha ». . Il a été ordonné par Mitr. Nikodim (Rotov) de l’Église orthodoxe russe et a été envoyé dans l’une des paroisses russes de Dresde.

Pendant de nombreuses années, le bras droit de l’archevêque. Mikhaïl Dandar était Igor Strelets, un homme sans formation théologique, mais ayant des liens étroits avec la Russie, grâce auxquels il finança les projets de cette église locale très dépendante de Moscou. Il parraine l’activité éditoriale du diocèse, le site Internet de l’Église orthodoxe de la République tchèque et de Slovaquie est enregistré à son nom. Il organise et paie les voyages nationaux et étrangers des hiérarques de l’Église. Ces activités sont menées à travers la société par actions « Fonds culturel national tchèque », dont il est propriétaire et qui est financée par le budget russe. Les médias tchèques l’ont accusé d’avoir une relation d’affaires avec un homme d’affaires sanctionné proche du Kremlin.

En juillet 2023, sur fond de guerre déclenchée par la Russie en Ukraine, l’archevêque de Prague a participé à une réunion avec des représentants du club de motards Night Wolves. Les membres du club de motards et leur dirigeant sont sous le coup de sanctions en raison de leurs liens étroits avec Vladimir Poutine et de leur soutien à la guerre en Ukraine. Lorsqu’on lui a demandé pourquoi le hiérarque orthodoxe tchèque avait assisté à une réunion avec les rockers russes, le chef adjoint du diocèse de Prague Stšelec, organisateur de l’événement, a répondu que la réunion était dédiée à la mémoire de ceux qui sont morts pendant la Première Guerre mondiale. Ces liens du clergé tchèque avec la Russie ont été vivement critiqués par les croyants locaux, ce qui a été largement rapporté dans les médias laïcs tchèques.

Parmi les problèmes de l’Église orthodoxe tchèque et slovaque, qui sont de temps à autre connus du grand public, figurent principalement les questions de propriété.

En mai 2022, on a appris l’énorme dette de l’Église. Il s’est avéré que l’Église n’avait pas cotisé à l’assurance maladie publique pour ses employés depuis dix ans. Pour cette raison, une partie des biens de l’église a été confisquée. Elle est endettée, même si la République tchèque a adopté une loi de restitution en 2013, en vertu de laquelle le budget verse de l’argent aux églises qui ont perdu leurs biens à la suite de la nationalisation pendant le régime communiste en Tchécoslovaquie, en guise de compensation pour la répression. Grâce à cette décision, l’Église orthodoxe tchèque et slovaque a reçu plus de 300 millions de couronnes (environ 16 millions de dollars). Les autorités tchèques chargées de l’application des lois enquêtent actuellement sur deux cas dans lesquels, selon l’enquête, l’archevêque Michael Dandar s’est approprié des biens religieux.

Selon un recensement de 2021, les chrétiens orthodoxes en République tchèque étaient au nombre de 40 000. Leur nombre a considérablement augmenté après le début de la guerre russe en Ukraine en raison des nombreux réfugiés.

Photo d’illustration : Icône orthodoxe des Saints Nouveaux Martyrs de Bohême

Publié à l’origine dans The European Times.