Accueil ACTUALITE Les femmes de la DGE, portrait #5 : Muriel Grisot

Les femmes de la DGE, portrait #5 : Muriel Grisot

0
Les femmes de la DGE, portrait #5 : Muriel Grisot

Si vous deviez résumer votre parcours en quelques mots…

Après l’École normale et un bref passage par l’Éducation nationale, je suis restée dans la fonction publique par choix, mais par hasard au ministère de l’Économie et des Finances, il y a plus de 40 ans. Mon expérience en tant qu’Attachée d’administration à l’Imprimerie nationale, alors direction du ministère, a été déterminante dans ma carrière. 11 années à des postes variés m’ont fait connaître et apprécier le monde de l’entreprise, du développement économique, ce qui m’a conduite à passer un Master Management et Administration des Entreprises à l’IAE Paris-Sorbonne.

Par la suite, j’ai souhaité rejoindre les services du ministère en charge de l’industrie, pour sa mission d’accompagnement des entreprises. Sur ce sujet, j’estimais pouvoir apporter mes compétences et une plus-value de terrain. Chargée d’études prospectives puis chargée de mission sectorielle industries graphiques et sportives (le grand écart !), j’ai intégré la sous-direction du Tourisme il y a trois ans.

Quelles sont vos missions au pôle « tourisme durable » ? Qu’appréciez-vous le plus dans ce poste ?

Je travaille sur la structuration des filières touristiques autour des nouvelles tendances de marché, comme les itinérances douces (marche, vélo, équitation, plaisance…), ou le tourisme de savoir-faire, qui peuvent devenir un atout concurrentiel pour la France. Par ailleurs, le défi aujourd’hui est la transition durable des filières touristiques plus classiques (sports d’hiver, croisières, événementiel…) auquel nous nous employons au travers des différents plans de relance portés par le Gouvernement.

Dans ce poste et tous ceux que j’ai occupés, j’ai souhaité ne pas en rester à un travail procédural et répétitif, même si, en tant qu’agent public, mes missions restent encadrées par des fondamentaux juridiques et budgétaires. Les fonctions de chargée de mission m’ont permis de travailler sur des sujets et des projets variés, en lien avec des opérateurs extérieurs, d’être force de réflexion et de proposition, bref, de rester créative, ce qui est au fond mon moteur principal dans le travail et au-delà.

Lien de la source