ReligionsQuel avenir pour la culture chrétienne en Europe ?

Quel avenir pour la culture chrétienne en Europe ?

-

Publicité

Par Martin Hoegger.

Vers quelle Europe allons-nous ? Et plus précisément, où sont les Églises et Les mouvements ecclésiaux se dirigent-ils vers le climat actuel d’incertitude croissante ? Le rétrécissement des Églises est certainement une perte très douloureuse. Mais chaque perte peut créer plus d’espace et plus de liberté pour rencontrer Dieu.

Telles étaient les questions posées par le philosophe allemand Herbert Lauenroth lors du récent «Ensemble pour l’Europe» réunion à Timisoara. Mais pour lui, la question est de savoir si les chrétiens sont des témoins crédibles du vivre ensemble. https://together4europe.org/en/spaces-for-life-a-call-for-unity-from-together-for-europe-in-timisoara/

L’écrivain français Charles Péguy a décrit la « petite sœur espérance » qui porte en elle la foi et l’amour avec une impétuosité enfantine. Elle ouvre de nouveaux horizons et nous amène à dire « et pourtant », nous emmenant en territoire inconnu.

Qu’est-ce que cela signifie pour les Églises ? Le temps des cathédrales semble révolu. La cathédrale Notre-Dame de Paris est en feu… mais la vie chrétienne s’éteint. Cependant, les charismes des mouvements chrétiens peuvent ouvrir de nouvelles voies. C’est par exemple pendant la Seconde Guerre mondiale que plusieurs mouvements naissent, comme un baptême du feu.

Le sort des sociétés dépend des « minorités créatives ».

Joseph Ratzinger, futur pape Benoît XVI, a reconnu l’actualité de cette notion dès 1970. Dès ses débuts, le christianisme a été une minorité, une minorité d’un genre unique. Une prise de conscience renouvelée de ce fait caractéristique de son identité est très prometteuse pour l’avenir.

Les questions de genre et de politique autoritaire, par exemple, excluent, divisent et polarisent. La réciprocité née de la reconnaissance des charismes et une amitié centrée sur le Christ sont les deux contre-poisons essentiels.

Concernant la réciprocité, Helmut Nicklas, l’un des pères d’Ensemble pour l’Europe, a écrit : « Ce n’est que lorsque nous parvenons réellement à recevoir notre propre expérience de Dieu, nos charismes et nos dons d’une manière nouvelle et plus profonde des autres que notre réseau aura vraiment un avenir !

Et sur l’importance de l’amitié, la philosophe Anne Applebaum a noté : « Nous devons choisir nos alliés et nos amis avec le plus grand soin car c’est seulement avec eux qu’il est possible de résister à l’autoritarisme et à la polarisation. Bref, il faut former de nouvelles alliances.

La face cachée du Christ sur le chemin d’Emmaüs

En Christ, les murs de la haine et de la séparation ont été abattus. L’histoire d’Emmaüs nous le fait comprendre : sur leur chemin, les deux disciples sont profondément blessés et divisés, mais par la présence du Christ qui les rejoint, un nouveau présent naît. Ensemble, nous sommes appelés à être porteurs de cette « compétence Emmaüs » porteuse de réconciliation.

La Slovaque Mária Špesová, du Réseau Européen des Communautés, a également médité sur les disciples d’Emmaüs. Récemment, elle a rencontré des jeunes qui se moquaient des chrétiens, affirmant qu’ils se trompaient.

L’expérience des disciples d’Emmaüs lui donne de l’espoir. Jésus a caché son visage pour mettre leur cœur en lumière et les remplir d’amour. Elle espère que ces adolescents vivront la même expérience : découvrir la face cachée de Jésus. Et ce visage transparaît à travers le nôtre !

Ruxandra Lambru, orthodoxe roumaine et membre des Focolari, ressent les divisions en Europe en ce qui concerne la pandémie, les vaccins contre le coronavirus et l’État d’Israël. Où est l’Europe de la solidarité lorsque les arguments excluent les valeurs qui nous sont chères et lorsque nous nions l’existence des autres ou les diabolisons ?

Le chemin d’Emmaüs lui a montré qu’il est essentiel de vivre la foi en petites communautés : c’est ensemble qu’on va vers le Seigneur.

Influencer la vie sociale et politique à travers les valeurs chrétiennes

Selon Valerian Grupp, membre de l’Association chrétienne des jeunes gens, seul un quart de la population allemande appartiendra aux Églises catholique et protestante en 2060. Aujourd’hui déjà, la « grande Église » n’existe plus ; moins de la moitié de la population en appartient et les convictions communes disparaissent.

Mais l’Europe a besoin de notre foi. Nous devons la reconquérir en rencontrant les gens et en les invitant à entrer en relation avec Dieu. La situation actuelle des Églises n’est pas sans rappeler celle des premiers disciples de Jésus, avec leurs « Églises mobiles ».

Quant à Kostas Mygdalis, conseiller de l’Assemblée interparlementaire sur l’orthodoxie, mouvement orthodoxe qui rassemble des parlementaires de 25 pays, il constate que certains milieux politiques mystifient l’histoire de l’Europe en tentant d’effacer l’héritage de la foi chrétienne. Par exemple, les 336 pages d’un livre publié par le Conseil de l’Europe sur les valeurs de l’Europe ne mentionnent nulle part les valeurs chrétiennes !

Pourtant, notre devoir en tant que chrétiens est de parler et d’avoir un impact sur la société… même si les Églises regardent parfois avec méfiance les personnes impliquées dans la politique.

Edouard Heger, ancien Président et Premier ministre de Slovaquie, appelle également les chrétiens à sortir et à s’exprimer avec courage et amour. Leur vocation est d’être des gens de réconciliation.

« Je suis venu ici avec une seule demande, dit-il. Nous avons besoin de vous en tant que politiciens. Nous avons aussi besoin de chrétiens en politique : ils apportent la paix et ils servent. L’Europe a des racines chrétiennes, mais elle a besoin d’entendre l’Évangile parce qu’elle ne le connaît plus ».

L’appel au courage et à la confiance que j’ai reçu de Timisoara est résumé dans ces paroles de saint Paul : « Nous sommes des ambassadeurs envoyés par le Christ, et c’est comme si Dieu lui-même lançait son appel à travers nous : nous vous en supplions, au nom du Christ, réconciliez-vous avec Dieu » (2 Co 5,20).

Photo : Des jeunes en costume traditionnel venus de Roumanie, Hongrie, Croatie, Bulgarie, Allemagne, Slovaquie et Serbie, tous présents à Timisoara, nous ont rappelé que nous sommes au cœur de l’Europe.

Publié à l’origine dans The European Times.

Publicitéspot_img
Publicité

Dernières nouvelles

La nouvelle église de Scientologie illumine l’horizon de Mexico

KingNewswire.com – Le 1er mars 2024 a eu lieu l'inauguration de l'Église idéale de Scientologie à Del Valle, à...

Comment réussir à présenter votre chien à d’autres animaux de compagnie

Animaux domestiques peut apporter tellement de joie dans nos vies, mais présenter un nouvel ami à quatre pattes aux...

Comment les artistes et les designers peuvent adopter les images générées par l’IA dans leur travail en 2024

La créativité à l’ère numérique a pris un tournant révolutionnaire avec l’avènement des images générées par l’IA. Les artistes...

Marchez vers la créativité – 10 artistes nés ce mois-ci qui nous inspirent

Artistes ont toujours joué un rôle important dans le façonnement de notre monde et dans l’inspiration des générations grâce...
- Advertisement -spot_img

Une nouvelle étoile de Scientologie se lève à Austin, la capitale des étoiles du Texas

KingNewswire. Austin, Texas (États-Unis) L'ouverture officielle de l'Église Idéale de Scientologie à Austin, Texas, le 24 février dernier,...

La nouvelle église de Scientologie illumine l’horizon de Mexico

KingNewswire.com – Le 1er mars 2024 a eu lieu l'inauguration de l'Église idéale de Scientologie à Del Valle, à...

Must read

La nouvelle église de Scientologie illumine l’horizon de Mexico

KingNewswire.com – Le 1er mars 2024 a eu lieu...

Comment réussir à présenter votre chien à d’autres animaux de compagnie

Animaux domestiques peut apporter tellement de joie dans nos...
- Advertisement -spot_img

You might also likeRELATED
Recommended to you