Accueil Religions Ouranopolitisme et patriotisme | -europeantimes.news-

Ouranopolitisme et patriotisme | -europeantimes.news-

0
Ouranopolitisme et patriotisme |  -europeantimes.news-

Par le prêtre Daniil Sysoev

« L’ouranopolitisme est (du grec Ouranos – ciel, polis – ville) une doctrine qui affirme la primauté des lois divines sur les lois terrestres, la primauté de l’amour pour le Père céleste et son Royaume céleste sur toutes les aspirations naturelles et pécheresses de l’homme. L’ouranopolitisme affirme que la parenté principale n’est pas la parenté par le sang ou le pays d’origine, mais la parenté en Christ. L’ouranopolitisme prétend que les chrétiens n’ont pas ici une citoyenneté éternelle, mais qu’ils recherchent le futur Royaume de Dieu et ne peuvent donc pas donner leur cœur à quoi que ce soit sur Terre. L’ouranopolitisme affirme que dans le monde des mortels, les chrétiens sont des étrangers et des étrangers, et que leur patrie est au paradis.

À propos des sentiments patriotiques et du paradis

« Lorsqu’on parle de notre anopolitisme, l’un des problèmes les plus importants est celui de la langue. Quand je parle de patriotisme, j’entends une idéologie spécifique qui place les intérêts de la patrie terrestre comme la valeur la plus élevée.

Par patriotisme, j’entends ce que dit Wikipédia :

« Le patriotisme (grec πατριώτης – compatriote, πατρίς – patrie) est un principe moral et politique, un sentiment social dont le contenu est l’amour de la patrie et la volonté de subordonner ses intérêts privés à ses intérêts. Le patriotisme présuppose la fierté des réalisations et de la culture de sa patrie, le désir de préserver son caractère et ses caractéristiques culturelles et l’identification avec les autres membres de la nation, la volonté de subordonner ses intérêts à ceux du pays, le désir de protéger la intérêts de la patrie et de son peuple.

La citoyenneté céleste est incompatible avec cette idéologie, car Dieu n’a pas donné le commandement de « l’amour de la patrie » dans l’Écriture et la Tradition, et il est donc inacceptable de considérer le patriotisme comme une vertu religieuse. Ce que Dieu n’a pas commandé n’est pas un commandement.

La «fierté des réalisations et de la culture de la patrie» est également inacceptable pour un chrétien. Après tout, Dieu résiste aux orgueilleux, mais il accorde sa grâce aux humbles. Et l’existence même d’une patrie terrestre ne va pas du tout de soi pour un chrétien. Le consensus du Patrum sera plutôt du côté de ceux qui prétendent qu’un chrétien n’a qu’une seule patrie – la céleste. D’autres opinions n’ont été exprimées que par de rares saints des deux derniers siècles, ce qui contredit le principe de saint Vincent : « La tradition est ce que chacun a cru, toujours et partout ».

Une autre chose est le sentiment d’amour pour la patrie. Pour beaucoup de gens, le patriotisme n’est qu’un sentiment et non un système idéologique. Comment évaluer ce sentiment du point de vue du Ciel ? Mais pas question. Il est neutre en soi. Comme tout autre sentiment, il est en soi dépourvu de valeur indépendante. A titre d’exemple, je vais donner un sentiment plus primitif – le sentiment de faim. L’homme voulait vraiment du jambon. Est-ce bon ou mauvais? Cela n’a pas d’importance. Mais si ce sentiment s’est réveillé le Vendredi Saint, alors c’est une tentation diabolique. Et non pas parce que le jambon est mauvais ou mauvais, mais parce que c’est un jeûne. De même, l’amour (au sens d’attachement) au lieu et au pays de naissance est une chose indifférente en soi. Cela peut conduire au bien lorsque, par exemple, une personne motivée par ce sentiment convertit ses voisins au Christ. Cela peut conduire au mal lorsqu’une personne, sous prétexte de ce sentiment, commence à justifier des crimes commis au nom de la Patrie, et plus encore à y participer. Mais ce sentiment lui-même est neutre.

Faire de ce sentiment une vertu est inutile. Les capacités humaines en elles-mêmes ne sont pas des vertus. Il n’y a aucune justification pour croire que tout le monde devrait l’avoir. Ce sentiment n’est ni initial ni universel. Les peuples nomades et les chasseurs ne l’ont pas, mais les habitants des mégalopoles l’ont naturellement faible. Chez les peuples chrétiens, elle était extrêmement faible tandis que l’Église façonnait la pensée des gens. Et les gens essayaient de s’identifier non pas par l’État ou la composante nationale de leur existence, mais par la religion à laquelle ils appartenaient. Cela ne va pas de soi pour une personne, sinon une éducation patriotique ne serait pas nécessaire. Ce n’est pas requis par Dieu, et donc qui sommes-nous pour l’exiger des autres.

Ainsi, comme l’a si bien souligné l’un de mes adversaires, le patriotisme à cet égard a un sens similaire au désir de bien et joliment mettre la table. Ce sentiment n’est ni un péché ni un bien. Mais si ce sentiment vous empêche d’aller au paradis, alors dans ce cas vous devrez le surmonter. »

Ouranopolitisme : pourquoi avons-nous besoin d’un nouveau terme ?

« Cette question m’est posée par beaucoup de mes amis, qui notent à juste titre que ce que j’écris est le christianisme le plus ordinaire tel qu’il est exposé dans la Bible et dans les Pères de l’Église. Je vais essayer d’expliquer ma position. À mon avis, tant de mythologie pseudo-chrétienne s’est glissée dans la vision du monde de nombreux chrétiens orthodoxes modernes que si nous disons « juste christianisme », nous serons accusés de protestantisme, et le mot « orthodoxie » dans l’esprit d’un grand nombre de les gens signifient quelque chose de complètement vague et abstrait. Aujourd’hui, Karpets se dit orthodoxe (selon la classification normale, il est un gnostique ordinaire), tsarébojnik (selon la classification traditionnelle, un païen), athée comme Loukachenko, etc. Et nous sommes aussi terriblement gênés par la « théorie de la theologumens », alors que chacun estime avoir le droit d’attribuer un sens quelconque au mot « Orthodoxie ». En réalisant que l’Église opère dans ce monde, nous avons rencontré le même problème auquel les Pères du 1er Concile œcuménique ont été confrontés lorsqu’ils parlaient avec les ariens. Les mêmes mots ont souvent des significations mutuellement exclusives dans l’esprit de différentes personnes. Et en même temps, les gens ne sont pas offensés par des expressions comme celles que j’ai vues récemment sur une banderole dans la région de Moscou : « L’Église a toujours servi la Russie ». Bien que le 1er commandement habituel du Décalogue interdit de servir quelqu’un d’autre que Dieu.

Et je crois qu’il est nécessaire d’introduire un nouveau terme avec lequel les partisans des « orthodoxies hybrides » ne pourraient pas être d’accord. — Le mot « uranopolisme » est nouveau et ne peut donc pas encore être mal interprété. Il trace très clairement une frontière entre le christianisme orthodoxe et le « christianisme » patriotique et sépare la foi orthodoxe du nationalisme, du cosmopolitisme et du libéralisme. Ce terme est encore plus ancré dans les Écritures que le mot nicéen « homosios ». La cité céleste est mentionnée à plusieurs reprises dans l’Écriture (Apoc. 21-22, Héb. 11, 10-16 ; 12.22 ; 13.14) et donc l’expression « ouranopolitisme » ou « citoyenneté céleste » est simplement biblique.

Quant au fait que la sonorité de ce terme puisse provoquer de fausses associations, il me semble qu’un cochon trouvera de la saleté. Je pense que même un autre mot peut avoir une mauvaise association. Et il y aura toujours beaucoup de gens sans scrupules et qui ne craignent pas Dieu. On peut appeler cette ligne de pensée en russe « citoyenneté céleste », mais ce ne sont que deux mots, et non un seul. Cependant, c’est une question de goût. Je ne sais pas quelle version de ce mot restera. Oui, cela ne m’importe pas non plus. L’essentiel est que l’Église conserve sa vision surnaturelle de ce qui se passe.

Quant aux associations avec la politique, elles sont tout à fait justifiées. L’ouranopolitisme est le programme du Christ pour la vie dans ce monde. Cela inclut, entre autres, des relations très spécifiques avec toute forme de gouvernement. Contrairement à la croyance populaire, je suis convaincu que le christianisme n’est compatible avec pratiquement aucune idéologie mondiale existante dans sa forme pure, mais en même temps il a une vision tout à fait claire de tous les processus de ce monde. C’est cette vision céleste des processus terrestres que j’appelle notre anopolisme.

Source : prêtre Daniil Sysoev † 2. Publié par ouranios en 2011, https://uranopolitism.wordpress.com/.

Publié à l’origine dans The European Times.