Accueil ACTUALITE Politique Maxette Pirbakas demande la réintégration sans délai de Barbara OLIVIER-ZANDRONIS

Maxette Pirbakas demande la réintégration sans délai de Barbara OLIVIER-ZANDRONIS

0
Maxette Pirbakas demande la réintégration sans délai de Barbara OLIVIER-ZANDRONIS

La députée européenne Maxette Pirbakas dénonce le traitement d’une journaliste par RCI Guadeloupe. Dans un communiqué publié le 11 décembre, la députée européenne Maxette Pirbakas s’est indignée de la mise à l’écart de la journaliste Barbara OLIVIER-ZANDRONIS de l’antenne de RCI Guadeloupe.

Selon Madame Pirbakas, cette décision fait suite à une interview menée le 8 décembre par la journaliste avec un candidat en campagne électorale. Elle estime que Barbara OLIVIER-ZANDRONIS a été écartée par sa hiérarchie « pour son professionnalisme et la qualité de ses interventions » lors de cet entretien.

La députée fustige un « traitement brutal » infligé à la journaliste ainsi qu’un « acte d’autorité arbitraire qui défie la liberté de la presse » de la part de RCI Guadeloupe. Elle juge aussi « maladroite » et « sans fondement » la justification apportée par la radio pour écarter la journaliste de l’antenne.

En tant que députée européenne des Outre-mer et présidente nationale du RPFOM, Pirbakas condenne « la mise à l’écart sans raison sérieuse » de Barbara OLIVIER-ZANDRONIS. Elle appelle à sa « réintégration sans délai » sur l’antenne de RCI Guadeloupe.

La direction de la radio publique n’a pour l’heure pas réagi officiellement à cette déclaration cinglante d’une personnalité politique de premier plan.

Déclaration intégrale de Maxette Pirbakas:

Je suis stupéfaite du traitement brutal infligé à la journaliste Barbara OLIVIER-ZANDRONIS, à l’antenne de RCI Guadeloupe, suite à l’interview d’un candidat en campagne électorale le 8 décembre dernier. Face à la pugnacité de la journaliste qui semble avoir pris en défaut son interlocuteur, la direction de RCI a choisi hélas, la voie de la « répression gratuite » en écartant de l’antenne une présentatrice du 13h de RCI appréciée du public et de ses collègues pour son professionnalisme et la qualité de ses interventions.

La réponse maladroite, injustifiée et sans fondement de la direction du média pour justifier un acte d’autorité arbitraire qui défie la liberté de la presse, semble faire de RCI, contrairement à ce que prétend son directeur délégué Hervé de Haro à l’AFP, non pas une « radio d’opinion », mais une « radio politisée et partiale » qui défie la déontologie journalistique.

En ma qualité de députée européenne des Outre-mer et présidente nationale du RPFOM, Je dénonce la mise à l’écart sans raison sérieuse de Madame Barbara OLIVIER-ZANDRONIS et je joins ma voix à toutes celles qui se sont exprimées pour exiger sa réintégration sans délai.

Fait à Strasbourg le 11 décembre 2023