ACTUALITEGaza : Nulle part où aller, alors que la...

Gaza : Nulle part où aller, alors que la situation humanitaire atteint un « niveau mortel »

-

Publicité
La situation humanitaire à Gaza a atteint un « niveau mortel » alors que l’armée israélienne ordonne la relocalisation de plus de 1,1 million de personnes de la région nord de Wadi Gaza vers la zone sud, dans un délai de 24 heures. Cette annonce, faite par le porte-parole de l’ONU, Stéphane Dujarric, a suscité des inquiétudes quant aux conséquences dévastatrices pour une population déjà vulnérable. L’Organisation des Nations Unies (ONU) et ses agences ont demandé l’annulation de cet ordre, soulignant l’impossibilité d’un tel mouvement et les terribles répercussions humanitaires qu’il entraînerait.

« Condamnation à mort » pour beaucoup

Les représentants de l’ONU à Gaza ont qualifié l’ordre de réinstallation de « condamnation à mort » pour de nombreuses personnes concernées. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) s’est jointe à l’appel lancé à Israël pour qu’il retire cet ordre, soulignant l’impossibilité d’évacuer les patients vulnérables des hôpitaux du nord de Gaza. L’ONU a réitéré ses appels à la libération immédiate des otages détenus à Gaza et à la protection des civils, ainsi qu’à l’accès urgent de l’aide à l’enclave bouclée.

« Pousser les gens dans l’abîme »

Les humanitaires de l’ONU ont également exprimé leur inquiétude face à la détérioration de la situation à Gaza et aux pertes potentielles de vies civiles. Le chef de l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine (UNRWA) a averti que l’ordre de relocalisation entraînerait des niveaux de misère sans précédent et pousserait davantage la population de Gaza dans un abîme. L’UNRWA a déclaré que Gaza était au bord de l’effondrement, soulignant la nécessité pour toutes les parties de faire respecter les lois de la guerre.

L’aide est « bloquée »

L’ONU a demandé de toute urgence un accès humanitaire à Gaza, car les approvisionnements s’épuisent rapidement. La situation a atteint un point critique, les responsables de l’ONU déclarant qu’ils sont effectivement exclus de Gaza. Jeudi, l’ONU a lancé un appel éclair de 294 millions de dollars pour répondre aux besoins urgents de 1,26 million de personnes à Gaza et en Cisjordanie occupée. La priorité immédiate est de désamorcer le conflit et d’alléger les souffrances des civils.

Le système de santé au « point de rupture »

Le système de santé de Gaza est à un point de rupture, les hôpitaux dépassant leurs capacités et luttant pour fournir des soins adéquats. L’Organisation mondiale de la santé a signalé que six des sept principaux hôpitaux de Gaza ne fonctionnent que partiellement. Déplacer les patients gravement blessés et ceux qui dépendent d’un système de réanimation équivaudrait à une condamnation à mort, et les agents de santé sont confrontés à un choix difficile quant à savoir qui sauver dans une situation désastreuse qui submerge un système de santé déjà mis à rude épreuve. De nombreuses attaques ont également eu lieu contre des établissements et du personnel de santé, aggravant encore la crise.

Libérer les otages, protéger les civils

Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme insiste sur le fait que les civils ne doivent jamais être utilisés comme monnaie d’échange et appelle à la libération immédiate et inconditionnelle des otages. Les groupes armés palestiniens et israéliens sont invités à respecter le droit international humanitaire et à mettre un terme aux attaques contre les civils. La montée des discours de haine, notamment les discours antisémites et islamophobes, est également une source de préoccupation, et les dirigeants sont appelés à mettre un terme à ces discours de haine et à ces incitations à la violence.

Augmentation des discours de haine

La situation à Gaza a suscité de vives émotions dans le monde entier, entraînant une prolifération de discours de haine et d’incitations à la violence dans de nombreux pays. Le chef des droits de l’ONU déplore cette montée des discours de haine antisémites et islamophobes et appelle les dirigeants à s’unir contre cela. Face à cette situation désespérée, la communauté internationale doit faire preuve de solidarité et plaider en faveur de la protection de tous les civils, quelle que soit leur origine.

Le Conseil de sécurité de l’ONU doit se réunir à New York pour discuter de la situation à Gaza, soulignant l’urgence de la crise et la nécessité d’une réponse internationale coordonnée.

Sources: Note de l’ONU aux correspondants, Actualités de l’ONU

Publié à l’origine dans The European Times.

Publicitéspot_img
Publicité

Dernières nouvelles

Le Mouvement Sahraoui pour la Paix Présente ses Initiatives en Amérique du Sud

18 mai 2024 Le mercredi 14 mai, dans les locaux du Cercle de la Gendarmerie Nationale, s'est tenue la Conférence...

Livre L’anticultisme en France en 2024 : récits personnels et combats

Dans un monde qui comprend souvent mal et ostracise les croyances non conventionnelles, le livre révolutionnaire de Donald A....

Nouveau projet de recherche sur la mobilité humaine sur les données intelligentes

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent...

Bons d’État – Émission du 4 juin 2024 – Coupons

Communiqué de presse de l’Agence Fédérale de la Dette : Les coupons des bons d’État qui seront émis le 4...
- Advertisement -spot_img

Must read

Le Mouvement Sahraoui pour la Paix Présente ses Initiatives en Amérique du Sud

18 mai 2024 Le mercredi 14 mai, dans les locaux...

Livre L’anticultisme en France en 2024 : récits personnels et combats

Dans un monde qui comprend souvent mal et ostracise...
- Advertisement -spot_img

You might also likeRELATED
Recommended to you