ReligionsProjet de loi contre l'autodafé public des écritures saintes...

Projet de loi contre l’autodafé public des écritures saintes au Danemark

-

Publicité

L’été dernier, un Coran a été brûlé en Suède. Cet acte inqualifiable a suscité de vives émotions au sein de la communauté internationale. Suite à cet acte criminel, le Danemark propose désormais une législation visant à criminaliser de tels actes et à protéger les Écritures saintes.

Article rédigé par Bashy Quraishy* et Thierry Valle* (voir courte biographie en bas)

M. Bashy Quraishy apporte son expertise aux débats que cette législation suscite dans la société danoise. Il est assisté dans son analyse par le président de CAP Liberté de conscience.

Contexte du projet de loi

Le Danemark est un pays paisible où les lois sont respectées et où la société pratique un proverbe séculaire ; On peut toujours être d’accord sur un désaccord. Cet état d’esprit a aidé les Danois à éviter les grandes différences, à minimiser les conflits sociétaux et à vivre une vie plutôt paisible. La pierre angulaire de l’acceptation des opinions divergentes est la notion de liberté d’expression illimitée. Cela signifie que les gens peuvent dire n’importe quoi, s’ils le veulent. Cela a fonctionné parce que le Danemark est une nation monoculturelle, monoethnique et chrétienne depuis près de mille ans. Toutefois, cette attitude a également créé une intolérance et une hostilité sous-jacentes à l’égard des autres cultures, croyances et modes de vie, en particulier à l’égard des communautés musulmanes et de l’islam.

Depuis le début des années 70, lorsque les immigrants des pays en développement ont été autorisés à venir travailler, la mauvaise volonté s’est lentement mais sûrement accrue à l’égard de ces groupes officiellement décrits comme : ; étrangers d’origine culturelle non européenne.

Divers partis politiques ont été créés sur la base d’un programme négatif qu’une grande partie des grands médias a contribué à propager.

C’est dans ce contexte que l’homme politique danois Rasmus Paludan a commencé à brûler le Coran en public en 2017 – d’abord dans les zones peuplées de minorités, puis dans des lieux publics et devant le parlement danois. Malgré les protestations des minorités et des Danois progressistes, le gouvernement n’a rien fait pour l’arrêter. Au lieu de cela, la police a continué à assurer sa protection pendant ses actions provocatrices. Selon les médias, de 2017 à 2020, l’État danois a utilisé 127 millions de couronnes danoises. pour protéger M. Paludan et ses événements brûlant le Coran.

Il a ensuite déménagé en Suède et a commencé à faire de même. Certains réfugiés iraniens et irakiens ont commencé à le copier en brûlant le Coran en public et devant diverses ambassades. Il faut mentionner que cela s’est produit avec la permission des autorités et a donné lieu à des protestations locales et diplomatiques. On dit qu’il y a eu plus de 100 incendies de Coran au cours des derniers mois en 2023.

Les condamnations internationales de Profanation du Coran dans Danemark et la Suède

Malheureusement, l’inaction des États danois et suédois a non seulement contribué à aggraver la situation, mais elle a également suscité la colère des musulmans en Scandinavie et à l’échelle internationale. L’OCI et les pays individuels ont vivement réagi. Ils pensaient que de telles actions avaient été planifiées et mises en œuvre sans que les autorités ne prennent aucune mesure pour les arrêter. De nombreux pays non musulmans ont également fermement condamné la profanation de livres religieux comme le Coran.

Tout d’abord, le Danemark a refusé d’agir et a continué à parler de liberté d’expression, mais lorsque les avertissements de sanctions commerciales ont commencé à provenir de l’OCI et de puissants pays musulmans, ainsi que les déclarations d’avertissement du Royaume-Uni, des États-Unis et de la Chine, le Danemark a réfléchi à ses intérêts économiques et étrangers. et le gouvernement a décidé de proposer un projet de loi interdisant l’autodafé de tous les livres religieux.

Faits sur le projet de loi contre le brûlage des écritures saintes

Le gouvernement le 25ème En août 2023, le Danemark a présenté sa proposition d’intervention législative visant à empêcher l’incendie de livres sacrés tels que le Coran et la Bible dans les lieux publics au Danemark.

Le projet de loi proposé par le gouvernement stipule : « Quiconque, publiquement ou avec l’intention de le diffuser dans un cercle plus large, se rend coupable d’un traitement inapproprié d’un objet ayant une signification religieuse significative pour une communauté religieuse ou d’un objet qui apparaît comme tel, est puni. d’une amende ou d’une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à deux ans ». La proposition ne comprend pas de dessins satiriques ni de vêtements religieux. La loi, si elle est adoptée, serait annexée en tant que « paragraphe 2 » à l’article 110 actuel du Code criminel, qui interdit la profanation des drapeaux d’autres nations.

Il semble que la proposition vise les actions qui se déroulent dans un lieu public ou sur Internet, et ne s’applique pas uniquement aux incendies. il ne faut pas non plus jeter par terre, piétiner, couper ou déchirer un objet d’une telle signification religieuse. En fin de compte, les tribunaux devront faire face à la gravité du crime.

Les réactions

Après que la proposition ait été rendue publique lors d’un point de presse organisé à la hâte au Parlement, Jørn Vestergaard, professeur émérite, a trouvé le mot « Traitement inapproprié ou inapproprié » comme un terme trop vague. Il suggère d’utiliser plutôt le terme « dégradant ». Lasse Ellegaard, un intellectuel célèbre, a déclaré que brûler le Coran (ou d’autres livres saints) est une agression contre le croyant qui a fondé son existence sur son contenu. Et un rappel à tous les musulmans que l’Occident chrétien arrogant célèbre toujours la mentalité des croisades.

L’historien et ancien rédacteur en chef du journal Politiken, Bo Lidegaard, qui a travaillé au cabinet du Premier ministre pendant la crise de Mahomet, a déclaré qu’interdire l’autodafé du Coran vise à protéger les minorités et qu’il est faux de penser que l’autodafé du Coran a quelque chose à voir avec liberté d’expression.

À mon avis, la proposition est très vague et plutôt déroutante. La loi couvrirait toutes les religions et c’est le tribunal qui trancherait après les plaintes de la police. Le problème le plus important est l’attitude des autorités policières qui doivent porter les affaires devant les tribunaux et des juges qui agiront. Ici, je suis un peu sceptique. Mais dans l’ensemble, je salue cette initiative.

La réaction des communautés musulmanes et du public danois

Les communautés musulmanes, les représentants religieux et les ONG du Danemark ont ​​salué cette initiative. Ils ont exprimé leur soutien dans des communiqués de presse, des lettres aux rédacteurs en chef et des articles dans les médias. Dans le cadre de l’enquête menée par l’institut Voxmeter pour le compte de l’agence de presse Ritzau, il a été demandé à 1 000 personnes si elles souhaitaient que le changement de loi proposé soit adopté.

Quelque 50,2 pour cent ont répondu « oui », 35 pour cent ont répondu « non » et 14,8 pour cent ne savaient pas. L’enquête a été l’une des premières à évaluer l’opinion publique sur la question pertinente depuis que le gouvernement a annoncé qu’il interdirait l’autodafé du Coran en public.

La plupart des médias danois, des partis politiques et une partie de l’élite s’opposent à ce projet de loi et invoquent l’excuse habituelle de la liberté d’expression. Ces forces fondamentalistes sont celles qui n’ont aucun respect pour les opinions et les idées des autres et qui veulent seulement imposer leur propre version de la réalité aux autres et à la société. Ils ne se soucient même pas du fait que la Constitution danoise souligne clairement que la liberté d’expression est toujours sous la responsabilité et que le Code danois du Panel 266b stipule que la liberté ne doit pas être utilisée à mauvais escient pour harceler les minorités ou diaboliser les personnes d’autres confessions ou cultures.

Les pays musulmans accueillent favorablement la « loi coranique » danoise.

Le projet de loi du gouvernement danois est apprécié et constitue un pas dans la bonne direction, selon les pays musulmans. Le ministre irakien des Affaires étrangères, Fouad Hussein, a été parmi les premiers à répondre au désir du gouvernement danois de criminaliser l’autodafé du Coran, tandis que Muqtada al-Sadr, chef de la milice Sadr, a déclaré sur Twitter qu’il était désormais prêt à entamer un dialogue significatif et constructif avec le Danemark. et la Suède.

Le ministre koweïtien des Affaires étrangères, Cheikh Salem al-Abdullah al-Sabah, et le président du parlement de la Ligue arabe, Adel bin Abdul Rahman Al-Asoumi, ont qualifié le projet de loi danois de « pas dans la bonne direction ». Le ministère pakistanais des Affaires étrangères a déclaré que le Pakistan a toujours soutenu que la profanation et l’incendie des écritures saintes constituent un acte grave de haine religieuse, qui ne doit pas être autorisé sous couvert de liberté d’expression, d’opinion et de protestation.

Selon Hürriyet, la Turquie a eu une grande influence sur la décision du gouvernement danois et c’est pourquoi le projet de loi est considéré par les dirigeants turcs comme un pas dans la bonne direction.

Heinrich Heine a prédit que le Coran serait brûlé il y a 200 ans

Le Coran brûlé en Europe n’est pas un phénomène nouveau. Le 20 août, il y a exactement 200 ans, le drame Almansor de Heinrich Heine était représenté au Théâtre national de Brunswick. Dans le drame de Heinrich Heine de 1823, le serviteur du personnage principal, Hassan, dit de manière presque prophétique : « Ce n’est que le début, mais là où vous brûlez des livres, vous brûlez aussi des gens à la fin. » Il faisait référence à 1499, lorsque l’archevêque de Tolède, confesseur du couple royal espagnol et grand inquisiteur Francisco Jiménez de Cisneros, ordonna l’incendie de cinq mille livres contenant de la théologie, de la philosophie et des sciences naturelles « musulmanes ». Des incendies de Coran ont ainsi également été effectués au nom du christianisme. Cela vaut la peine de s’en souvenir en ces temps où le Coran brûle.

Quel est le dernier développement concernant le projet de loi ?

Le 25 août 2023, le projet de loi a été soumis à une consultation publique pendant quatre semaines avec un délai fixé au 22 septembre 2023, de sorte que le projet de loi puisse être déposé au cours de la semaine d’ouverture de la prochaine année parlementaire. Le 1er septembre 2023, le ministre de la Justice Peter Hummelgaard a présenté un mémoire écrit devant le Folketing, dans lequel il a proposé une loi modifiant le Code pénal (interdiction de traitement inapproprié d’objets ayant une signification religieuse significative pour une communauté religieuse).

Dans sa lettre au Parlement, le ministre de la Justice a affirmé que les récents incendies du Coran signifiaient que le Danemark était de plus en plus perçu dans de grandes parties du monde comme un pays qui facilite la moquerie et le dénigrement d’autres pays et religions. Il faut supposer que ces actions avaient pour objectif principal de se moquer et de provoquer des réactions. Espérons que le projet de loi danois deviendra bientôt une loi et incitera la Suède à faire de même.


* Bashy Quraishy est membre d’un certain nombre de commissions, comités et conseils impliqués dans les droits de l’homme, les questions d’égalité ethnique/religieuse, l’antiracisme, l’anti-discrimination, l’islamophobie et l’antisémitisme, tant au Danemark qu’à l’échelle internationale. Il est coordinateur de la plateforme ENAR – au Danemark et membre du conseil – de l’Institut des droits de l’homme – Danemark. il anime également « Bashy’s Corner » TV Copenhague-Danemark.

*Thierry Valle est président de la Coordination des Associations et des Peuples pour la Liberté de Conscience, une ONG européenne dotée du statut consultatif auprès des Nations Unies, créée il y a vingt ans et dédiée à la protection le droit à la liberté de religion et de conviction.

Publié primier a The European Times news

Publicitéspot_img
Publicité

Dernières nouvelles

Préserver les souvenirs d’anniversaire : un guide pour créer des souvenirs

Les anniversaires sont des moments spéciaux qui méritent d’être chéris et rappelés toute une vie. À l’ère du...

Ariane 6 lancement de 3Cat-4 : réflexion sur Terre

La nouvelle fusée européenne sera bientôt lancée, emportant avec elle de nombreuses missions spatiales chacun avec un objectif, une...

Les Églises affirment la place des valeurs chrétiennes dans la politique et la société européennes

Alors que l'Europe se prépare aux élections européennes de 2024 en juin, des représentants de diverses Églises se sont...

Bjørn Berge a laissé entendre que les chefs religieux sont les piliers de la démocratie

Berlin. Dernier 14 mai 2024, lors d'une conférence charnière tenue à Berlin, Bjørn Berge, Secrétaire Général adjoint du...
- Advertisement -spot_img

Création d’un registre des nouveau-nés

L’avant-projet de loi vise à créer une nouvelle composante au sein du Registre national, dans laquelle sera mentionnée (non...

Nominations au sein des conseils d’administration d’Elia, de Fluxys Belgium et de Fluxys LNG

Maximilien Ralet est nommé représentant du gouvernement fédéral pour le rôle francophone au sein du conseil d’administration d’Elia Transmission...

Must read

Préserver les souvenirs d’anniversaire : un guide pour créer des souvenirs

Les anniversaires sont des moments spéciaux qui méritent d’être...

Ariane 6 lancement de 3Cat-4 : réflexion sur Terre

La nouvelle fusée européenne sera bientôt lancée, emportant avec...
- Advertisement -spot_img

You might also likeRELATED
Recommended to you