ReligionsL'Argentine et son école de yoga : Joyeux 85e...

L’Argentine et son école de yoga : Joyeux 85e anniversaire, M. Percowicz

-

Publicité

Aujourd’hui, le 29 juin, Juan Percowicz, le fondateur de l’École de Yoga de Buenos Aires (BAYS), a 85 ans. L’année dernière, six semaines après son anniversaire, il a été arrêté avec 18 autres personnes de son école de yoga et détenu pendant 18 jours dans une cellule avec neuf autres prisonniers dans des conditions inhumaines. Lorsqu’il a été libéré de l’enfer de la prison argentine, il a été maintenu en détention à domicile pendant 67 jours supplémentaires.

Juan Percowicz
Juan Percowicz, le fondateur de l’école de yoga BAYS

HRWF a récemment interviewé Juan Percowicz qui, au cours de sa vie professionnelle, a été expert-comptable agréé et licencié en administration. En 1993, il a été honoré par le Conseil mondial de l’éducation pour son travail d’éducateur.

Un an après son calvaire, il reste innocent des accusations portées contre lui par une personne dont le nom n’est toujours pas divulgué : trafic de femmes à des fins d’exploitation sexuelle et blanchiment d’argent. Cependant, chacune des victimes présumées a nié l’être.

Comme dans de nombreux autres pays, y compris dans l’Union européenne et d’autres démocraties, il y a de graves abus de garde à vue et de détention provisoire dans des conditions inhumaines et pour des durées disproportionnées. L’Argentine ne fait pas exception à la règle et M. Percowicz a été victime de tels abus.

La détention arbitraire dans des conditions inhumaines en Argentine est une question qui doit être soulevée aux Nations Unies et dans d’autres instances internationales.

Le raid d’une équipe SWAT de la police entièrement armée

Q. : Dans quelles circonstances avez-vous été arrêté dans un raid massif ciblant environ 50 résidences privées?

Juan Percowicz : Le 12 août 2022, je me reposais dans une maison que j’avais louée pour me remettre des séquelles persistantes de deux années de confinement et d’immobilité dues à la pandémie de COVID. J’avais presque cessé de marcher pendant cette période. Je me déplaçais avec beaucoup de difficulté à cause d’un accident vasculaire cérébral et uniquement avec une canne.

En cette soirée fatidique, j’étais allongé sur mon lit quand soudain il y eut un rugissement assourdissant suivi de nombreux cris et voix menaçantes. J’entendais des gens courir partout à l’intérieur mais je ne comprenais pas ce qui se passait.

J’avais très peur car je n’avais pas l’habitude de recevoir des visiteurs et encore moins sans prévenir. Ma première pensée a été que des voleurs étaient entrés par effraction.

J’ai bientôt vu deux de mes hommes allongés sur le sol et des personnes en uniforme pointant des armes d’épaule sur eux.

J’ai entendu beaucoup de cris et j’ai commencé à distinguer quelques mots « Personne ne bouge, c’est une rafle ».

Tout était confus et surtout violent, très violent.

Je ne comprenais pas pourquoi nous étions traités comme de dangereux criminels. Je n’ai jamais eu quoi que ce soit à cacher ou quoi que ce soit à me reprocher.

La première chose qu’ils ont faite a été de nous emmener tous au salon, en nous criant et en nous menottant, en nous ordonnant de ne pas nous parler sinon ils nous sépareraient. Nous étions cinq et plus de 10.

Ils nous ont lu nos noms et nous ont dit qu’après avoir parcouru toute la maison, ce qu’ils ont fait avec beaucoup de violence, ils nous liraient leur rapport de perquisition.

Nous ne pouvions pas comprendre ce qui se passait. Nos vies dépendaient d’un groupe d’hommes en uniforme qui n’étaient pas disposés à nous expliquer immédiatement ce qui se passait ou quel crime nous étions censés avoir commis. Nous avons dû faire beaucoup d’efforts pour rester silencieux sans protester.

Le raid, les cris et les menaces ont duré environ 15 heures tout au long de la nuit.

Ils ont fouillé toute la maison. Ils ont pris tous les appareils électroniques, les ordinateurs, les pièces d’argent d’une collection, tous les papiers personnels qu’ils ont trouvés, les journaux personnels et les cahiers et tout l’argent que nous avions, même ce que nous avions dans nos portefeuilles et bien d’autres choses.

Ils nous ont dit que la procédure était en cours dans une cinquantaine d’endroits en même temps, y compris chez moi. Cela m’a fait encore plus peur car c’était tellement disproportionné et incompréhensible.

Je n’ai pas pu me reposer de la nuit à cause de la procédure et des menaces.

Le lendemain à midi, nous avons été transférés au poste de police.

L’interrogatoire

Q. : Comment le transfert s’est-il produit ?

Juan Percowicz: Pendant le voyage, je suis tombé malade et j’ai vomi plusieurs fois.

Quand ils nous ont fait sortir de la maison, ils ont pris des photos de nous menottés devant une affiche. Ils nous ont filmés à notre départ et toutes les photos ont été publiées dans la presse disant qu’ils avaient dissous « un culte de l’horreur » et emprisonné le chef.

Ils nous ont dit qu’ils nous détenaient pour prendre nos données et ensuite ils nous relâcheraient. Cependant, après de nombreuses heures passées au commissariat où ils ont pris plusieurs fois nos empreintes digitales et nous ont demandé plusieurs fois nos données personnelles, ils nous ont dit que nous allions être détenus.

Ceux qui ont été arrêtés avec moi tentaient désespérément d’appeler les policiers à la raison. Ils ont dit aux gardiens que ma vie était en grand danger si je n’obtenais pas les soins médicaux et les médicaments dont j’avais besoin et ont insisté pour qu’ils tiennent compte de mon âge, de mon état de santé et de mes pathologies, mais en vain.

Les officiers chuchotaient constamment avec fierté entre eux au sujet de la grande prise qu’ils avaient faite.

La retenue

HRWF : Quelles étaient vos conditions de détention ?

Juan Percowicz : J’ai été emmené avec neuf compagnons dans un sous-sol profond, sombre et humide.

Ils m’ont descendu dans un fauteuil roulant sale que nous avons réussi à obtenir mais je pouvais tomber à tout moment et me blesser gravement en descendant un escalier raide.

Ils ont pris ma canne et mes affaires. J’avais apporté mon tensiomètre et un appareil de mesure de la glycémie car je suis diabétique. Ils me les ont pris quand ils m’ont dépouillé de mes vêtements pour contrôler ma santé.

J’avais très froid, faim et soif.

J’ai ensuite été conduit dans des couloirs barrés sombres, lugubres, fanés et sales jusqu’au sous-sol.

Parallèlement à la confusion et à la perplexité croissantes, il semblait que les espaces se rétrécissaient et devenaient de plus en plus sombres et menaçants.

Nous avons essayé de nous encourager mutuellement, mais à l’intérieur nous avions un sentiment d’insécurité totale et d’impuissance.

image002 L'Argentine et son école de yoga : Joyeux 85e anniversaire, M. Percowicz
Un lavabo sans eau

Nous sommes arrivés dans un espace d’environ 5 x 4 m, sombre, sans fenêtre, très humide et inhospitalier, avec des barreaux le séparant du couloir. J’ai compris que c’était notre cellule. Le sol était entièrement recouvert par les matelas sur lesquels nous devions dormir. Ils étaient absolument cassés, dépouillés et dangereusement sales. Dans un coin, il y avait un trou dans le sol qui servait de toilette et de lavabo sans eau.

Je n’aurais jamais pu imaginer de ma vie qu’un jour je vivrais 18 jours dans de telles conditions.

image003 L'Argentine et son école de yoga : Joyeux 85e anniversaire, M. Percowicz

Je peux à peine marcher, comme je l’ai dit, et je devais dormir par terre mais j’étais très reconnaissant d’être avec des compagnons qui pouvaient m’aider à me déplacer à tout moment. Seul, je n’y serais jamais parvenu. Il n’y avait pas de salle de bain décente ni d’eau à proximité.

Nous ne comprenions toujours pas ce qui se passait et pourquoi nous étions prisonniers. Nous n’avions pas de réponses et rien n’avait de sens. Rien ne justifiait notre privation de liberté dans des conditions aussi épouvantables.

Le lendemain, nos camarades libres ont réussi à nous apporter de la nourriture et des protections contre le froid et l’humidité.

J’étais également inquiet pour la santé et le bien-être de ceux qui étaient avec moi. Certains d’entre eux avaient des pathologies et nécessitaient des soins spécifiques.

A la cour

Q. : Quand avez-vous été traduit en justice et quelle a été la couverture médiatique ?

Juan Percowicz : Trois jours après le raid, j’ai été emmené dans un fauteuil roulant au tribunal de Comodoro Py pour témoigner. Lorsque nous quittions le poste de police, ils nous ont fait monter et descendre du camion deux fois parce que la personne qui filmait le transfert n’avait pas bien filmé. J’ai été emmené menotté dans un camion de transport.

Dans Comodoro Py, les magistrats ont lu des accusations illogiques et inintelligibles, qui correspondaient plus à un roman fantastique qu’à la réalité.

image004 L'Argentine et son école de yoga : Joyeux 85e anniversaire, M. Percowicz
Comodoro Py Court (Crédit : DYN)

Encore une fois, quand je suis descendu, les gens des médias filmaient. Ma photo était dans les nouvelles tout le temps avec les histoires les plus infâmes et les plus mensongères. Chaque fois qu’il y avait un transfert, des gens nous filmaient : les médias et la police. J’ai été présenté à plusieurs reprises dans les médias comme une personne corrompue, diabolique et dangereuse, sans aucune raison ni preuve d’aucune sorte pour étayer une telle hypothèse. Ma réputation a été brisée et souillée, endommagée à jamais.

Conditions de détention inhumaines pendant 18 jours

Q. : Comment était la vie quotidienne en détention ?

Juan Percowicz: Il y avait trois quarts de garde.

Le garde qui arrivait le matin vers 5 h 30-6 h 00 prenait un décompte pour s’assurer que nous étions tous là.

Je n’oublierai jamais le bruit des clés qui ouvrent les barreaux et déplacent les fers et les cadenas. Chaque matin, je me demandais combien de jours encore tout ce cauchemar allait durer.

Pendant la nuit, j’essayais de me reposer mais j’ai dû me lever plusieurs fois pour uriner, et dans ces conditions déplorables beaucoup plus que d’habitude.

Nous avons pris le petit déjeuner grâce aux choses que nos compagnons nous ont apportées de l’extérieur.

Chaque fois que je bougeais, j’avais besoin de l’aide de trois d’entre eux pour me lever et me déplacer, car au fil du temps, mon corps devenait de plus en plus engourdi.

Une fois, les camarades ont essayé de verser de l’eau avec un seau sur l’évier qui n’a pas fonctionné, mais le drain était cassé et l’eau est sortie sur le sol de la cellule et les matelas se sont mouillés.

Notre cellule ne pouvait s’éclairer que d’une ampoule à faible intensité dans le couloir d’entrée, trop éloignée pour être efficace.

Nous ne savions pas si c’était la nuit ou le jour. Notre seul point de repère était la relève de la garde.

Un jour, l’évacuation des eaux usées des latrines s’est bouchée et de l’eau sale a commencé à s’écouler par un égout à quelques mètres de là. Nous avons dû soulever nos matelas pour qu’ils ne soient pas mouillés par l’eau contaminée. Certains de nos collègues ont débouché les tuyaux avec du ruban adhésif mais ont dû supporter de saisir et d’éclabousser des matières fécales afin de nous empêcher d’être inondés de merde. Tout cela se passait dans le noir.

Tout le monde était très inquiet pour moi et je m’inquiétais pour eux. La situation était désespérément incompréhensible pour tout le monde. Les jours passaient et rien ne changeait. Je ne savais pas comment ni quand cela finirait.

De retour à la maison avec un bracelet de cheville électronique et un traumatisme

Q. : Comment était votre vie lorsque vous étiez assigné à résidence ?

Juan Percowicz avec la police
L’Argentine et son école de yoga : Joyeux 85e anniversaire, M. Percowicz 6

Juan Percowicz : Dix-huit jours après ma détention, j’ai été transféré chez moi pour continuer ma captivité en résidence surveillée avec un bracelet de cheville électronique.

Entre-temps, ma santé s’était sérieusement détériorée, mon corps était engourdi, mes jambes étaient enflées et j’étais presque incapable de marcher. J’étais physiquement très faible.

Je ne pouvais pas du tout quitter l’appartement. Un policier est venu le matin et un autre le soir pour m’inspecter ainsi que mon bracelet de cheville. Je ne pouvais pas non plus avoir de contact avec le monde extérieur. Cela a duré 67 jours.

À ce jour, j’ai fait des cauchemars de persécution. Parfois, j’essaie de regarder des informations ou des émissions sur la rafle et les procédures judiciaires diffusées pendant mon incarcération mais c’est trop douloureux. Je suis toujours profondément blessé par la détermination de certains à nous détruire et par la malveillance d’une presse infâme.

Je suis profondément reconnaissant à Dieu de m’avoir gardé en vie dans des moments aussi difficiles et en compagnie d’amis qui m’ont protégé et défendu à chaque pas.

Plus de lecture

Une école de yoga dans l’oeil d’un cyclone médiatique

Neuf femmes poursuivent une institution étatique en les qualifiant abusivement de « victimes d’abus sexuels »

La grande peur des sectes en Argentine et l’école de yoga de Buenos Aires 1. Faire une descente dans un café de vieilles dames

La grande peur des cultes en Argentine et l’école de yoga de Buenos Aires. 2. Un comptable-philosophe et ses amis

La grande peur des sectes en Argentine et l’école de yoga de Buenos Aires. 3. Un enseignement éclectique

La grande peur des cultes en Argentine et l’école de yoga de Buenos Aires. 4. Le culte le plus dangereux de tous

La grande peur des cultes en Argentine et l’école de yoga de Buenos Aires. 5. La prostitution fantôme

Publié primier a The European Times news

Publicitéspot_img
Publicité

Dernières nouvelles

Le Mouvement Sahraoui pour la Paix Présente ses Initiatives en Amérique du Sud

18 mai 2024 Le mercredi 14 mai, dans les locaux du Cercle de la Gendarmerie Nationale, s'est tenue la Conférence...

Livre L’anticultisme en France en 2024 : récits personnels et combats

Dans un monde qui comprend souvent mal et ostracise les croyances non conventionnelles, le livre révolutionnaire de Donald A....

Nouveau projet de recherche sur la mobilité humaine sur les données intelligentes

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent...

Bons d’État – Émission du 4 juin 2024 – Coupons

Communiqué de presse de l’Agence Fédérale de la Dette : Les coupons des bons d’État qui seront émis le 4...
- Advertisement -spot_img

Must read

Le Mouvement Sahraoui pour la Paix Présente ses Initiatives en Amérique du Sud

18 mai 2024 Le mercredi 14 mai, dans les locaux...

Livre L’anticultisme en France en 2024 : récits personnels et combats

Dans un monde qui comprend souvent mal et ostracise...
- Advertisement -spot_img

You might also likeRELATED
Recommended to you