ACTUALITEL'importance des Balkans occidentaux pour l'UE pendant une guerre...

L’importance des Balkans occidentaux pour l’UE pendant une guerre en Europe

-

Publicité

La perspective de l’adhésion est importante à cause de Poutine et de la Chine.

L’invasion de l’Ukraine par la Russie a finalement éveillé l’Union européenne à l’importance stratégique des Balkans occidentaux et à la possibilité pour Moscou d’utiliser les différends non résolus dans la région pour saper l’Occident.

Les dirigeants de l’UE doivent maintenant saisir le moment géopolitique pour changer l’intégration des six petits pays économiquement instables avec une population combinée de moins de 18 millions d’habitants dans l’Union, ou risquer de les voir utilisés par la Russie et la Chine dans leurs jeux de pouvoir. écrit Paul Taylor pour Politico.

Malgré une profonde déception face à la lenteur des progrès depuis que l’UE leur a officiellement donné la perspective d’une adhésion en 2003, l’adhésion à l’Union reste la meilleure issue possible pour l’Albanie, la Bosnie-Herzégovine, le Kosovo, le Monténégro, la Macédoine du Nord et la Serbie, au fur et à mesure des reste de L’Europe .

Si l’UE continue à les tenir à distance, les alternatives pourraient être un rapprochement plus étroit avec la Russie, l’émergence d’une zone illibérale et non alignée qui pourrait s’étendre de la Hongrie à Turquieou – pire encore – une spirale descendante vers un nouveau conflit armé impliquant un mélange toxique de crime organisé et de migration armée.

Dans certaines capitales d’Europe occidentale, en particulier Paris et La Haye, où la fatigue de l’élargissement de l’UE est la plus forte, on présume avec complaisance que le statu quo est gérable et ne pose aucun risque sérieux pour la sécurité européenne. Il est certain que les habitants des Balkans occidentaux sont fatigués de la guerre après les horreurs des années 1990.

La situation peut sembler maîtrisée, mais elle est insoutenable indéfiniment. Rien ne garantit que les conflits non résolus en Bosnie ou entre la Serbie et le Kosovo resteront gelés avec de petites flambées, ou que la violence politique localisée ne s’intensifiera pas, attirant des acteurs extérieurs et alimentant de nouveaux flux de réfugiés, d’armes et de drogue vers l’UE. Les récentes escarmouches sur les plaques d’immatriculation des voitures serbes du Kosovo montrent comment une petite étincelle peut enflammer l’herbe sèche.

Attaque du président russe Vladimir Poutine contre Ukraine a provoqué la colère de nombreux habitants de la région, alimentant l’ultra-nationalisme parmi les Serbes pro-russes extrémistes et ravivant des souvenirs douloureux de mort et de destruction parmi ceux qui ont vécu les guerres yougoslaves des années 1990.

Moscou essaie d’enflammer le nationalisme orthodoxe panslave et d’exploiter la division partout où il le peut. Soutient le dirigeant serbe de Bosnie Milorad Dodik dans ses menaces de sécession de la Bosnie et se propage désinformation pour alimenter l’hostilité des Serbes du Kosovo envers le gouvernement de Pristina.

Pour sa part, la Chine recherche principalement des investissements économiques, en utilisant le cadre 14 + 1 de l’initiative « la Ceinture et la Route » pour s’engager avec les dirigeants locaux à la recherche d’ambitieux projets d’infrastructure et de défense. Au Conseil de sécurité de l’ONU, il a suivi l’exemple de la Russie dans les Balkans occidentaux et a utilisé son pouvoir financier pour dissuader les États des Balkans de soutenir des résolutions critiquant droits humains abus au Xinjiang ou à Hong Kong.

Les médias pro-gouvernementaux serbes alimentent le récit russe de la guerre en Ukraine, et les médias russes contribuent à l’hystérie guerrière contre le Kosovo. La Russie et la Chine ont contribué au réarmement de la Serbie. Moscou dispose également d’un puissant levier énergétique puisque la Serbie tire 80 % de son gaz de la Russie, tandis que la Bosnie en est dépendante à 100 %. En partie à cause de cela, la Serbie a refusé de se joindre aux sanctions de l’UE contre la Russie, provoquant l’irritation à Bruxelles.

L’UE dispose d’un levier à long terme plus puissant si elle veut les utiliser, étant donné le désir généralisé du public de rejoindre le bloc dans toute la région, à l’exception de la Serbie. Cependant, la France et les Pays-Bas ont depuis résisté à une nouvelle expansion, principalement en raison des craintes de migration et du crime organisé.

États membres voisins de l’UE, la Grèce et Bulgarie ont longtemps bloqué la candidature de l’ancienne République yougoslave de Macédoine à l’UE et à l’OTAN, exigeant qu’elle change de nom et accepte le récit de Sofia sur sa propre histoire et la minorité bulgare.

Même après avoir accepté en 2018 de changer son nom en Macédoine du Nord, la France a opposé son veto à l’ouverture de négociations avec Skopje et l’Albanie pour exiger une réforme du processus d’adhésion afin d’inclure le principe de réversibilité en cas de recul. Les pourparlers ont finalement commencé en juillet de cette année, mais la Macédoine du Nord doit toujours modifier sa constitution l’année prochaine pour intégrer les conditions convenues avec Bulgarieun écueil politique potentiel car le gouvernement ne dispose pas d’une majorité qualifiée.

Lorsque les dirigeants de l’UE se sont précipités pour accorder le statut de candidat à l’Ukraine et à la Moldavie en juin en réponse à l’agression russe, les élites des Balkans occidentaux craignaient, à juste titre, que leurs pays ne soient repoussés plus loin dans la file d’attente de l’adhésion. De même, lorsque le chancelier allemand Olaf Scholz a exigé que l’UE réforme son système décisionnel afin que les veto nationaux sur les sanctions et la politique fiscale soient supprimés avant l’admission de nouveaux membres, cela a semblé être une attente encore plus longue.

Alors que devrait faire l’UE maintenant ?

Primo, engagement politique plus visible.

Cette année, l’UE a commencé à accorder plus d’attention à cette région longtemps négligée. Deux réunions de haut niveau entre l’UE et les Balkans occidentaux ont eu lieu – dont une pour la première fois dans la région – ainsi qu’une relance du processus de Berlin pour soutenir l’intégration économique régionale en vue de l’adhésion au marché unique de l’UE. Les dirigeants des Balkans occidentaux ont assisté au sommet inaugural de la nouvelle communauté politique européenne à Prague en octobre, imaginée par le président français Emmanuel Macron.

Cet engagement doit se poursuivre.

Secundo, pour accélérer les bénéfices et la participation au processus d’adhésion.

L’UE doit réviser son processus d’adhésion fastidieux afin de répartir davantage les avantages financiers et d’accès au marché de l’adhésion à mesure que les candidats avancent dans les réformes. Ils ne reçoivent actuellement qu’une petite partie de l’aide de préadhésion jusqu’au moment de leur adhésion.

L’UE devrait inviter les ministres de la région à assister aux réunions informelles du Conseil sur des questions d’intérêt commun. Elle devrait encourager les pays des Balkans occidentaux à élire des observateurs au Parlement européen en même temps que les élections européennes de 2024, afin qu’ils aient leur mot à dire, sinon une voix, dans l’élaboration des lois de l’UE.

Bien sûr, l’essentiel du travail doit être fait dans les pays candidats, dont la plupart sont loin de remplir les conditions de base de la démocratie, de l’État de droit, de la liberté d’expression et de la lutte contre la corruption pour pouvoir postuler à l’adhésion.

Comme toujours, c’est un problème de poule et d’œuf. Pourquoi les politiciens balkaniques devraient-ils faire des réformes douloureuses qui pourraient affaiblir leur pouvoir et leur argent pour une perspective aussi lointaine et incertaine ? L’UE devra travailler plus dur d’en bas, en soutenant la société civile, les organisations de femmes et les petites entreprises en tant que moteurs du changement, tout en offrant des incitations et en exerçant une pression d’en haut.

En ce moment géopolitique, l’UE ne peut tout simplement pas se permettre de laisser la région s’éroder.

Photo de Michael Erhardsson :

Publié primier a The European Times news

Publicitéspot_img
Publicité

Dernières nouvelles

Un an après le bombardement russe d’Odessa et de sa cathédrale, toujours aucune aide financière de l’UNESCO -europeantis.news-

La communauté internationale a fermement condamné les bombardements russes sur le centre historique d'Odessa qui a endommagé et...

La BEI appelle à davantage d’investissements en faveur des innovateurs technologiques -europeantimes.news-

Les entreprises technologiques européennes se heurtent à un obstacle, selon un rapport de la Banque européenne d'investissement (BEI). ...

La responsabilité de ce qui se passe n’incombe pas seulement aux dirigeants politiques -europeantis.news-

La Conférence des Églises européennes (KEK) a publié une déclaration condamnant l'attaque russe contre l'hôpital pour enfants Ohmatdet à...

La Commission européenne enquête sur Delivery Hero et Glovo pour d’éventuelles pratiques anticoncurrentielles -europeantis.news-

Dans une démarche audacieuse visant à sauvegarder la concurrence sur le marché en plein essor de la livraison de...
- Advertisement -spot_img

Paix du cœur dans la tradition chrétienne -europeantimes.news-

Les Églises ont une riche tradition de paix. Tous nous rappellent que la paix n’est pas d’abord un...

Prolongation de six mois des sanctions contre la Russie -europeantis.news-

Bruxelles, – Le Conseil européen a choisi de prolonger de six mois ses sanctions contre la Russie en...

Must read

Un an après le bombardement russe d’Odessa et de sa cathédrale, toujours aucune aide financière de l’UNESCO -europeantis.news-

La communauté internationale a fermement condamné les bombardements russes...

La BEI appelle à davantage d’investissements en faveur des innovateurs technologiques -europeantimes.news-

Les entreprises technologiques européennes se heurtent à un obstacle,...
- Advertisement -spot_img

You might also likeRELATED
Recommended to you