Accueil ACTUALITE L’ONUDC célèbre le dixième anniversaire de l’adoption des Principes et lignes directrices des Nations Unies sur l’accès à l’assistance juridique dans les systèmes de justice pénale

L’ONUDC célèbre le dixième anniversaire de l’adoption des Principes et lignes directrices des Nations Unies sur l’accès à l’assistance juridique dans les systèmes de justice pénale

0
L’ONUDC célèbre le dixième anniversaire de l’adoption des Principes et lignes directrices des Nations Unies sur l’accès à l’assistance juridique dans les systèmes de justice pénale


© ONUDC

Vienne (Autriche), 1er février 2023 — L’aide juridictionnelle est essentielle pour permettre à tous un accès égal à la justice, et elle est au cœur de l’objectif primordial de la Programme de développement durable à l’horizon 2030: ne laisser personne de côté.

Le système de justice pénale peut sembler compliqué et écrasant. L’aide juridique fournie gratuitement aide les populations pauvres, défavorisées et marginalisées à s’y retrouver. Ces personnes ont rarement les moyens de défendre leurs droits, lorsqu’elles sont : détenues, arrêtées ou emprisonnées ; suspecté, accusé ou accusé d’une infraction pénale ; et en tant que victimes et témoins.

En protégeant ces droits, l’aide juridictionnelle est le fondement du droit à un procès équitable. Elle a également un impact sur les familles et les communautés, car elle contribue à réduire la durée de détention des suspects, le nombre de condamnations injustifiées, l’incidence de la corruption et la mauvaise gestion de la justice.

Comme l’a déclaré le Secrétaire général António Guterres lors du Congrès des Nations Unies (ONU) sur le crime à Kyoto, « les gens ont besoin d’un système de justice inclusif qui fonctionne pour tous et qui ne tolère pas la discrimination ».

Ce rôle essentiel a été reconnu par le Principes et lignes directrices des Nations Unies sur l’accès à l’assistance juridique dans les systèmes de justice pénaleélaboré sous les auspices de la Commission pour la prévention du crime et la justice pénale (CCPCJ) et adopté par l’Assemblée générale des Nations Unies en décembre 2012.

Cet instrument juridique, adopté il y a dix ans en décembre dernier, s’est avéré être un outil utile et pratique pour la réforme de la justice pénale. Il reste une garantie très pertinente des éléments essentiels droits humains – y compris lorsqu’elles sont appliquées à des réalités changeantes, alors que les systèmes judiciaires adoptent l’utilisation des nouvelles technologies.

Les Principes et lignes directrices appellent les États membres à mettre en place des systèmes d’aide juridique accessibles, efficaces, durables et crédibles, avec des services spécialisés pour des groupes spécifiques et sans discrimination – fondée, par exemple, sur le sexe, la race, le handicap ou l’âge.

L’instrument reconnaît la contribution de la société civile, des parajuristes et des universitaires, et sa publication a élargi la définition traditionnelle de l’aide juridique pour inclure l’éducation, l’information et les services juridiques fournis dans le cadre de la justice réparatrice ou transitionnelle. Ces foyers ont rendu l’instrument en avance sur son temps.

Au cours de la dernière décennie, les Principes et lignes directrices ont été une importante source d’orientation pour les experts de toutes les régions, qu’il s’agisse d’élaborer des lois, de renforcer les capacités des praticiens ou de mettre en place des mécanismes pour garantir un accès rapide pendant l’enquête et la détention provisoire, comme ainsi que le plaidoyer et l’autonomisation juridique.

Hier, l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) a organisé un événement pour célébrer le dixième anniversaire de l’adoption des Principes et directives, organisé par la présidente de la CCPCJ à sa trente-deuxième session, l’Ambassadrice Mary Mugwanja du Kenya. .

L’événement de la présidence a fourni aux États membres l’occasion de rappeler l’importance stratégique de l’aide judiciaire dans l’exploitation des systèmes de justice pénale à des fins de développement durable, en particulier pour les groupes confrontés à des obstacles structurels.

Mugwanja a rappelé que, dans le Déclaration de Kyoto 2021les États se sont efforcés de « prendre des mesures pour garantir l’accès à l’aide judiciaire à ceux qui ne disposent pas de moyens suffisants ou lorsque les intérêts de la justice l’exigent, et de faire mieux connaître la disponibilité de cette aide, notamment en encourageant l’application pratique des dispositions pertinentes des Principes et Des lignes directrices ».

Dans son allocution d’ouverture, la Directrice exécutive de l’ONUDC, Ghada Waly, a évoqué l’impact de l’instrument. « L’adoption des Principes et lignes directrices des Nations Unies en 2012 a été révolutionnaire pour garantir l’accès à la justice pour tous. Dix ans plus tard, ils restent tout aussi pertinents pour protéger ceux qui ne peuvent pas se protéger », a-t-elle déclaré. « L’ONUDC, en tant que gardien des principes et directives, reste à l’avant-garde des efforts visant à aider les pays à établir des cadres juridiques et politiques plus solides dans le monde entier. »

Juan Martín Mena, secrétaire à la justice au ministère argentin de la justice et des droits de l’homme, a déclaré : « dans un monde où la moitié la plus pauvre de la population détient 2 % de la richesse totale, l’engagement des États doit être de justice sociale. Les politiques publiques assurant un meilleur accès à la justice sont des outils d’inclusion et des instruments efficaces de lutte contre les inégalités structurelles.

Les intervenants ont souligné l’importance de l’assistance technique fournie par l’ONUDC, qui travaille avec les États et les parties prenantes pour renforcer les capacités nationales de développement de systèmes d’aide juridique et de garantie d’une justice centrée sur les personnes. En 2023, le Bureau renforce cette coopération dans toutes les régions. L’ONUDC lancera des initiatives et des outils axés en particulier sur l’amélioration de l’accès précoce à l’aide juridique dans les commissariats de police, l’amélioration de la qualité des services et des évaluations de l’aide juridique, et la lutte contre la discrimination et les inégalités.

Plus d’informations

L’événement du président, célébrant le 10e anniversaire de l’adoption des Principes et lignes directrices des Nations Unies sur l’accès à l’aide juridique dans les systèmes de justice pénale, est le premier de plusieurs événements multilatéraux qui se tiendront tout au long de 2023 pour discuter des progrès et des défis dans l’amélioration de l’accès à la justice. D’autres incluent une discussion thématique qui se tiendra lors de la 32e session de la CCPCJ et un débat de haut niveau sur l’accès à la justice qui se tiendra à l’Assemblée générale des Nations Unies à New York, aux États-Unis.

Cliquez sur ici pour plus de détails sur l’Agenda 2030, qui a été adopté en septembre 2015, trois ans après les Principes et directives des Nations Unies sur l’accès à l’assistance juridique dans les systèmes de justice pénale.

Sinon, cliquez sur ici pour plus de détails sur le quatorzième Congrès des Nations Unies sur la criminalité, au cours duquel la Déclaration de Kyoto a été adoptée.

Intéressé par le travail de l’ONUDC sur l’aide juridique ? Cliquez sur ici pour plus de détails.



Lien Source Almouwatin.com