dansPlus d'1 personne sur 5 dans le monde souffre...

Plus d’1 personne sur 5 dans le monde souffre de violence au travail, selon l’OIT

-

Publicité

Cette première enquête mondiale sur les expériences de violence et de harcèlement au travail vise à mieux comprendre et sensibiliser à un problème enraciné dans des facteurs économiques, sociaux et culturels complexes, a déclaré l’OIT dans un communiqué de presse publié lundi.

Expériences de violence et de harcèlement au travail : une première enquête mondiale évalue l’étendue du problème et examine les facteurs qui peuvent empêcher les gens de parler de ce qu’ils ont vécu, notamment la honte, la culpabilité ou le manque de confiance dans les institutions, ou parce que ces comportements inacceptables sont considérés comme « normaux ».

Absence de divulgation

La violence et le harcèlement au travail sont difficiles à mesurer. Le rapport a révélé que seulement la moitié des victimes dans le monde avaient révélé leurs expériences à une autre personne, et souvent seulement après avoir subi des incidents répétés.

Les raisons les plus fréquemment invoquées pour justifier la non-divulgation étaient qu’elle était considérée comme une « perte de temps », laissant les personnes qui ont été maltraitées craindre pour leur réputation. Les femmes étaient plus susceptibles que les hommes de partager leurs expériences (60,7 % contre 50,1 %).

À l’échelle mondiale, 17,9 % des hommes et des femmes employés ont déclaré avoir été victimes de violence et de harcèlement psychologiques à un moment donné de leur vie professionnelle, et 8,5 % ont été victimes de violence et de harcèlement physiques. Plus d’hommes que de femmes déclarent en avoir fait l’expérience.

Parmi ceux qui ont répondu, 6,3% ont déclaré avoir été victimes de violences et de harcèlement sexuels, « les femmes étant particulièrement exposées », a déclaré l’agence pour l’emploi des Nations Unies.

Les plus à risque

Les jeunes, les travailleurs migrants et les femmes et les hommes salariés ont été les plus exposés à la violence, selon les données.

Les jeunes femmes étaient deux fois plus susceptibles que les jeunes hommes d’avoir été victimes de violences sexuelles et le harcèlement, tandis que les femmes migrantes étaient presque deux fois plus susceptibles que les non-migrantes de signaler la violence et le harcèlement sexuels.

Plus de trois victimes sur cinq ont déclaré avoir été victimes de violence et de harcèlement plusieurs foiset pour la majorité, l’incident le plus récent a eu lieu au cours des cinq dernières années.

«Il est douloureux d’apprendre que les gens sont confrontés à la violence et au harcèlement non seulement une fois mais plusieurs fois dans leur vie professionnelle», a déclaré Manuela Tomei, Sous-Directrice générale de l’OIT pour la gouvernance, les droits et le dialogue.

Tâche difficile à venir

« La violence et le harcèlement psychologiques sont les plus répandus dans tous les pays, et les femmes sont particulièrement exposées à la violence et au harcèlement sexuels. Le rapport nous parle de l’énormité de la tâche qui nous attend pour mettre fin à la violence et au harcèlement dans le monde du travail. J’espère que cela accélérera l’action sur le terrain et vers la ratification et la mise en œuvre de la Convention 190 de l’OIT.

La convention (ou 190) et la recommandation (n° 206) de l’OIT sur la violence et le harcèlement, 2019, sont les premières normes internationales du travail à fournir un cadre commun pour prévenir, remédier et éliminer la violence et le harcèlement dans le monde du travail, y compris la violence sexiste et harcèlement.

La Convention inclut la reconnaissance spécifique, pour la première fois en droit international, du droit de chacun à un monde du travail, exempt de violence et de harcèlement, et énonce les obligations des signataires à cette fin.

Lever le voile

« La collecte de données solides sur cette question hautement sensible est difficile mais essentielle. Pour la première fois, ce rapport lève le voile sur ce problème omniprésent qui touche plus d’un travailleur sur cinq dans le monde », a déclaré Andrew Rzepa, associé chez Gallup. « Pendant trop longtemps, les entreprises et les organisations ont ignoré ou n’ont pas voulu lutter contre la violence et le harcèlement au travail », a-t-il ajouté. « Cet ensemble de données fournit une base de référence que nous pouvons tous utiliser pour suivre les progrès indispensables sur cette question de sécurité vitale. »

Sarah Cumbers, directrice de Evidence and Insight à la Lloyd’s Register Foundation, a déclaré que pour s’attaquer aux « défis de sécurité mondiaux aussi difficiles et profondément enracinés que la violence et le harcèlement au travail, il est essentiel de disposer de bonnes données pour comprendre l’étendue du problème et pour identifier les personnes les plus à risque, en particulier dans les endroits où peu de données fiables existaient auparavant.

«Nous sommes très heureux d’avoir pu travailler avec Gallup et l’OIT pour apporter cette contribution historique à combler ces lacunes dans les données dans le cadre de notre sondage sur les risques mondiaux, et pour fournir une référence aux pays pour apporter des améliorations, motivés par l’importance vitale ratification de la Convention 190 ».

Recommandations du rapport

Certaines des recommandations proposées par le rapport incluent:

collecte régulière de données robustes sur la violence et le harcèlement au travail, aux niveaux national, régional et mondial, pour éclairer les lois et mécanismes, politiques et programmes de prévention et de réparation.

Mécanismes d’extension et de mise à jour prévenir et gérer efficacement la violence et le harcèlement, notamment par le biais de systèmes d’inspection du travail et de politiques et programmes de sécurité et de santé au travail.

Sensibilisation à la violence et au harcèlement au travaily compris ses différentes manifestations, en vue de changer les perceptions, les stigmates, les attitudes et les comportements qui peuvent perpétuer la violence et le harcèlement, en particulier ceux fondés sur la discrimination.

Renforcer la capacité des institutions à tous les niveaux pour assurer une prévention, une réparation et un soutien efficaces, pour renforcer la confiance des citoyens dans la justice et veiller à ce que les victimes soient soutenues.

L’étude OIT-LRF-Gallup était basée sur des entretiens menés en 2021 avec près de 75 000 personnes employées âgées de 15 ans ou plus, dans 121 pays et territoires, dans le cadre du sondage sur les risques mondiaux de la Lloyd’s Register Foundation.

Lien de Etoile d’Europe

Publicitéspot_img
Publicité

Dernières nouvelles

Le Mouvement Sahraoui pour la Paix Présente ses Initiatives en Amérique du Sud

18 mai 2024 Le mercredi 14 mai, dans les locaux du Cercle de la Gendarmerie Nationale, s'est tenue la Conférence...

Livre L’anticultisme en France en 2024 : récits personnels et combats

Dans un monde qui comprend souvent mal et ostracise les croyances non conventionnelles, le livre révolutionnaire de Donald A....

Nouveau projet de recherche sur la mobilité humaine sur les données intelligentes

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent...

Bons d’État – Émission du 4 juin 2024 – Coupons

Communiqué de presse de l’Agence Fédérale de la Dette : Les coupons des bons d’État qui seront émis le 4...
- Advertisement -spot_img

Must read

Le Mouvement Sahraoui pour la Paix Présente ses Initiatives en Amérique du Sud

18 mai 2024 Le mercredi 14 mai, dans les locaux...

Livre L’anticultisme en France en 2024 : récits personnels et combats

Dans un monde qui comprend souvent mal et ostracise...
- Advertisement -spot_img

You might also likeRELATED
Recommended to you