Accueil ACTUALITE L’autophobie, ou la peur de conduire, est de plus en plus répandue

L’autophobie, ou la peur de conduire, est de plus en plus répandue

0
L’autophobie, ou la peur de conduire, est de plus en plus répandue


Qui sont les personnes concernées et comment y faire face ?
L’homophobie, la peur de conduire, est un nouveau type de trouble anxieux qui touche les gens. Elle touche davantage les femmes, mais de plus en plus d’hommes s’en plaignent également. La peur de conduire est un problème « moderne ». Les raisons en sont les embouteillages, l’attente dans les embouteillages, l’inexpérience en tant que conducteur et la peur de provoquer un accident de la circulation. Si vous avez déjà été impliqué dans un accident de voiture, votre peur de conduire est garantie.

C’est un problème qui survient souvent chez les personnes qui ont une structure de personnalité anxieuse, qui ont peu d’expérience de conduite, mais qui ont en même temps un grand désir de conduire leur voiture personnelle. Lorsqu’ils prennent la route à l’heure de pointe, ils ont une sorte de mini crise de panique.

Les signes et les symptômes d’une attaque de panique comprennent :

rythme cardiaque rapide

transpiration

– vibrations

Sensation d’essoufflement ou d’étouffement

Sentiments étouffants

-La source

Nausées et maux d’estomac

Se sentir étourdi, étourdi ou évanoui

Sensation de frissons ou de bouffées de chaleur

engourdissement ou fourmillement

Se sentir détaché de la situation ou de soi

Peur de perdre le contrôle de soi et de ses émotions

Peur de la mort

Cela se produit parce que, premièrement, ils sont dans une colonne, deuxièmement, ils sont bloqués et ne peuvent en aucun cas sortir des embouteillages, et troisièmement, s’ils prennent des mesures plus drastiques, ils peuvent devenir l’objet d’un accident de la circulation. Ces personnes sont généralement à l’origine d’accidents mineurs aux feux tricolores : elles lâchent les freins, elles percutent un usager de la route de face, de côté ou de derrière, elles s’appuient sur les rétroviseurs… C’est justement ce qui crée chez eux la peur de conduire.

Dans la plupart des cas, cette condition est temporaire et n’est associée qu’à de telles situations. Certaines personnes ne s’en sortent pas, et d’autres au fil du temps « repoussent » ces types de pensées dans leur esprit en s’engageant dans des événements traumatisants récents. Cette phobie est caractéristique des individus les plus anxieux. Les femmes sont plus sujettes à cela car elles sont plus émotives et conduisent moins. Dans la plupart des cas, lorsqu’il y a deux voitures dans la famille, le partenaire s’occupe d’emmener les enfants à la crèche, à l’école… Conduire avec des enfants, l’un d’eux est plus nerveux et anxieux que quelque chose ne se passe pas. Il y a des hommes qui s’inquiètent plus que les femmes.

La phagophobie est situationnelle – il y a une attitude – il y a de la peur, il n’y a pas d’attitude – il n’y a pas de peur, mais inconsciemment la pensée demeure. Il peut toujours se cacher et se manifester. Par exemple, si nous ne sommes pas directement impliqués dans un accident de la circulation, mais que nous l’observons et le vivons, la peur peut surgir sur le principe du stress post-traumatique.

Il y a des gens qui évitent même les endroits et les intersections où un tel événement leur est arrivé, ou ils ont eu une crise de panique. Certains n’ont pas conduit depuis des années.

Le gros problème, c’est que la circulation est de plus en plus dense, que les conducteurs sont de plus en plus jeunes et qu’ils n’ont pas l’expérience pour éviter les situations.

La phobie des véhicules peut également être définie par :

  • Amaxophobie – parfois utilisée pour exprimer la peur de monter dans une voiture, plutôt que de conduire une voiture
  • Ochophobie – le nom de la peur des véhicules

C’est une phobie de base, pas plus spécifique qu’une autre. Certaines personnes parviennent à le maîtriser par elles-mêmes, d’autres demandent l’aide de spécialistes. Un traitement avec des stimulants de la sérotonine est possible. Il contient le principal précurseur de la sérotonine et ne crée pas de dépendance.

Image de Pixabay : https://www.pexels.com/photo/vehicles-parked-inside-elevated-parking-lot-63294/



Lien Source Almouwatin.com