ReligionReligion, activisme et espace urbain"

Religion, activisme et espace urbain »

-

Publicité

Une nouvelle exposition utilise l’art contemporain et la photographie documentaire pour sonder la laïcité de la ville de New York : Explorer comment la religion s’entrelace avec la vie et comment les communautés religieuses – et les profils religieux – se font de la place dans la ville am – 12 h

/Nouvelles de l’EIN/ — New York, NY, 03 nov. 2022 (GLOBE NEWSWIRE) — Cité de la foi : religion, activisme et urbanisme Espaceune nouvelle exposition s’ouvre 18 novembre au Musée de la ville de New York, examine sous la surface l’image de New York en tant que ville laïque et cartographie les relations complexes et souvent surprenantes qui relient la religion à l’espace public. Utilisant l’art comme mode d’imagination et d’enquête critique, Cité de la Foi explore comment la laïcité de New York rend des communautés spécifiques « étrangères » et donc hyper-visible. Se concentrant principalement sur les communautés sud-asiatiques américaines, l’exposition montre comment les militants et les artistes utilisent l’art et l’action collective pour revendiquer de l’espace dans la ville et renforcer la solidarité avec les autres.

« En tant que sujet, la religion est souvent considéré comme le « troisième rail » – mais la vérité est qu’il est omniprésent dans nos vies et inextricablement lié à l’histoire de New York », déclare Whitney Donhauser, Ronay Menschel Directeur et Président du Musée de la Ville de New York. « La religion s’étend au-delà des lieux de culte emblématiques et des rituels et célébrations annuels ; il fait partie du paysage politique de la ville ainsi que de ses paysages sonores et olfactifs. Utilisant l’art et le travail des militants, Cité de la Foi explore les systèmes politiques, raciaux et de travail qui sous-tendent ces manifestations.

« Nous avons tendance à penser que la religion est quelque chose de séparé de la vie quotidienne de la ville de New York, soigneusement contenue dans des espaces désignés et clairement reconnaissables ou reléguée à certains jours de la semaine », explique Docteur. Azra Dawood, commissaire de l’exposition et boursier postdoctoral Mellon au Musée. « Avec Cité de la Foi, je veux montrer comment la religion est souvent un sous-texte là même où nous l’imaginons absente. Je m’intéresse à la réflexion sur la normalisation du protestantisme – et dans une certaine mesure, du catholicisme et du judaïsme – dans les espaces de la ville, et comment d’autres communautés doivent se faire une place dans ce contexte, à la fois pour la pratique religieuse, mais aussi, plus crucialement, contre profilage religieux.

La ville de New York a toujours été démographiquement diversifiée, mais jusqu’au 19e siècle, le protestantisme était la principale religion accueillie par les «pères de la ville». Le pouvoir relatif de la religion l’a normalisée dans la ville, rendant ses lieux et ses pratiques ordinaires et donc « invisibles ». Dans ce contexte, les communautés catholiques et juives ont travaillé pour revendiquer l’espace public pour elles-mêmes. Plus récemment, cette tâche de création d’espace a été confiée à d’autres communautés, dont la différence perçue par rapport au courant dominant se traduit par leur hyper-visibilité et leur surveillance.

Cité de la Foi met en lumière les communautés sud-asiatiques américaines, qui comprennent des personnes ayant des liens avec jusqu’à huit pays, de nombreux groupes culturels transfrontaliers, des communautés de la diaspora et plusieurs groupes religieux (hindous, musulmans et sikhs, par exemple). Particulièrement depuis le 11 septembre, ces diverses communautés ont été regroupées et confondues avec des musulmans originaires d’autres parties du monde et avec des Arabes américains – ensemble, tous ont été racialisés et profilés sur le plan religieux par des acteurs étatiques, les médias et souvent le public, qui les perçoivent tous à tort comme uniquement « musulmans », ce qui est devenu un raccourci pratique et faux pour « ennemi ». (Pendant ce temps, dans d’autres actes d’effacement et d’aplatissement, la catégorie réelle des musulmans laisse souvent de côté les musulmans noirs américains.)

Cité de la Foi se divise en deux sections principales :

  • Foi ambiante présente des objets et des installations qui montrent que la relation entre la religion et l’espace public va au-delà de l’environnement bâti et inclut les sons et les odeurs de la ville. Il montre également comment l’ambiance n’est pas seulement un phénomène sensoriel mais aussi racialisé et, par conséquent, politique.
  • Art et activisme montre comment l’art et l’action collective vont de pair pour documenter les injustices et organiser le changement social et politique.

Et, certaines des œuvres d’art et des images présentées incluent :

  • Un amour suprême(2022) – Une installation olfactive commandée à Tanaïs, parfumeur et auteur du livre primé, En Sensorium. La pièce est composée de népalais tressés à la main lokta papier, rempli d’encens en poudre et trempé dans des huiles parfumées. S’appuyant sur la spéculation selon laquelle le titre de l’album légendaire de John Coltrane Un amour suprême est un clin d’œil à l’expression « Allah suprême », cette installation est un souvenir des lignées : des premiers musulmans sur cette terre, les Africains réduits en esclavage, aux musulmans noirs américains et aux nouvelles vagues d’immigrants de 1965, l’année Un amour suprêmea été libéré.
  • ALHAMDU | FUTURISME MUSULMAN (2021)– Portraits de MIPSTERZ, collectif d’art et de culture musulmane. Les images présentées ont été tournées et récupérées dans les espaces publics de New York et font partie d’une plus grande série de plus de 200 portraits racontant l’histoire d’un futur monde musulman.
  • TROTTOIR (2019), Courtepointes (2021), et 40°44’57″N, 73°53’27″W (2022) Un livre d’artiste par bookmaker Aaron Cohicket poète Divya Victor, et des courts métrages connexes de Amarnath Ravva, Vivek Vellanki et Tayla Blewitt-Gray explorez le profilage religieux et les agressions et meurtres ultérieurs de Sud-Asiatiques dans les espaces publics aux États-Unis
  • Index des disparus (2004-en cours) Une version mise à jour d’une pièce interactive de Chitra Ganesh et Mariam Ghani qui utilise des documents officiels, de la littérature secondaire et des récits personnels pour mettre en avant les histoires difficiles des communautés d’immigrants, «autres» et dissidentes aux États-Unis depuis le 11 septembre, ainsi que les effets des interventions militaires et de renseignement américaines dans le monde.
  • Le jasmin fleurit la nuit (2017-en cours) Ces portraits d’artiste Jaishri Abichandani sont tirées d’une série plus large représentant des militantes féministes sud-asiatiques américaines, dont le travail de grande envergure couvre des questions liées à la race, à la religion et à la caste, aux côtés du genre, du logement, du handicap et de la justice du travail. L’artiste est elle-même une militante : en 1997, Abichandani a fondé le South Asian Women’s Creative Collective (SAWCC) pour fournir une plate-forme aux artistes normalement ignorés par les institutions traditionnelles.
  • Pèlerins / Ce n’est pas cette aube (2022) Une installation multimédia commandée à Utsa Hazarikaexplore les héritages croisés qui relient le Dr Martin Luther King Jr. à la politique et à la migration sud-asiatiques.
  • Diversité religieuse dans l’arrondissement du Queens (2014-2022) – Une animation d’images tirées de Joseph Heathcott de la série photographique documentant les pratiques urbano-spatiales des communautés religieuses de l’arrondissement.
  • Projet sikh (2016) – Cinq portraits de la série par des photographes Amit Amineet Naroop Jhooti incarnant la beauté, la résilience et la persévérance des membres de la communauté sikh de New York.
  • Quelque part en Amérique (2015) Ce travail méticuleusement conçu par Saks Afridiressemble à un Coran enluminé mais est une translittération de l’anglais vers l’arabe de « Somewhere in America » ​​de Jay-Z et propose un examen de la mauvaise éducation de la foi aveugle.
  • Mosquée de survie (2005) Un photomontage par l’artiste et l’historien Azra Akšamija représentant une mosquée portable équipée d’éléments d’autoprotection. L’article est une critique de la surveillance et du ciblage des communautés musulmanes au lendemain du 11 septembre.
  • Déverrouiller l’érouv (2010–en cours) – Photographe Margaret OlinLa série en cours de examine l’institution rabbinique de l’érouv, qui étend symboliquement le domaine privé des ménages juifs dans les espaces publics et permet des activités qui sont normalement interdites en public le jour du sabbat.
  • Jusqu’à la poussière (1997-en cours) – Portraits de Greg Millerde sa série de photographies en cours documentant les membres de la communauté catholique le mercredi des Cendres.
  • Vishnou ? (2016) – une photographie d’une plus grande série documentant murthispar l’artiste, le conservateur et l’érudit Andil Gosine.

L’exposition présente également des œuvres d’art et des photographies documentant le travail d’organisations militantes et communautaires telles que Desis se levant et bougeant (DRUM) ; Coalition sikhe ; et Chhaya CDC. (Images de presse approuvées et biographies d’artistes disponibles ici.)

De plus, les visiteurs auront l’occasion d’en apprendre davantage grâce à des programmes publics. Les programmes actuellement programmés sont :

Halal et la ville
Jeudi 17 novembre, 18h30
Billets : 40 $; fait partie de notre série « Eat Your Heart Out », co-présentée avec le MOFAD

Où la nourriture halal s’intègre-t-elle dans le contexte de la cuisine new-yorkaise ? Et comment les questions de religion, de classe et de bureaucratie ont-elles un impact sur la nourriture halal disponible et qui est capable de la vendre ? Lors d’une soirée animée par Krishnendu Rayauteur de La table des migrants etLe Restaurateur Ethnique nous apprendrons les réponses à des questions comme celles-ci et plus encore en écoutant un vendeur de rue de nourriture halal de New York et Mohamed Attia , directeur du projet des vendeurs de rue. De plus, nous irons au-delà du chariot de rue avecSameen Choudhry of Muslim Foodies, un blog de restaurants halal de New York dirigé par trois femmes qui cherchent à combler le fossé entre les restaurants traditionnels et les restaurants halal

***

Religion, race et espace urbain à New York
Jeudi 1 décembre 2022, 18h30
Billets: 15 $, co-présenté avec l’Institut pour la religion, la culture et la vie publique (IRCPL) de l’Université Columbia

Dans cette conférence, le conservateurAzra Dawood seront rejoints par d’éminents spécialistes de la religion à New Yorky comprisNathaniel Deutsch,professeur d’histoire à l’Université de Californie, Santa Cruz, etHussein Rachiddirecteur du projet Arts of Devotion financé par Lilly Endowment au Smithsonian’s National Museum of Asian Artpour explorer les intersections de la race, de la religion et de l’espace urbain. La conversation englobera les espaces musulmans, les communautés juives orthodoxes et les religions africaines. Conférenciers supplémentaires à annoncer.

***

Cocktails & Culture : Célébration du soulstice d’hiver
Jeudi 8 décembre 2022, 18h-21h
Billets : Gratuits, avec entrée au musée

Lors de notre édition de décembre de Cocktails & Culture, célébrez avec nous la saison du solstice d’hiver à New York alors que le soleil transite vers le tropique du Capricorne et visitez notre nouvelle exposition, Cité de la foi : religion, activisme et espace urbain. Entrez dans les vacances avec un set live du légendaire DJ Rekhafondateur de Basement Bhangra.

À propos de l’exposition

Cité de la Foi a été organisée par le Dr Azra Dawood et conçue par Isometric Studios.

Soutien/remerciements spéciaux
Cité de la Foiest rendue possible en partie par la Fondation Henry Luce et la Fondation Charles et Mildred Schnurmacher.

Le Musée tient à remercier la Fondation Mellon pour son soutien à la bourse du conservateur de l’exposition, le Dr Dawood.Cité de la foi : religion, militantisme et espace urbainest son projet phare.

Remerciements particuliers à la contribution et aux idées de nos conseillers,Matthew Engelke, Courtney Bender, Hussein Rashid, Margaret Olin, R. Scott Hanson, Asad Dandia, Divya Victor et Nandini Bagchee, et des organisations communautaires telles que Desis Rising Up and Moving (DRUM) et Sikh Coalition.

À propos du Musée de la ville de New York

Le Musée de la ville de New York favorise la compréhension de la nature particulière de la vie urbaine dans la métropole la plus influente du monde.Vainqueur du « Meilleur musée » enTemps libre à New York‘Best of the City 2021’ et plusieurs prix de l’American Alliance of Museums (AAM), MCNY engage les visiteurs en célébrant, documentant et interprétant le passé, le présent et l’avenir de la ville. Pour vous connecter au contenu numérique primé du Musée, visitez www.mcny.org; ou suivez-nous sur Instagram et Twitter à @MuseumOfCityNY et sur Facebook à Facebook.com/MuseumofCityNY.

Meryl Cooper
                    Museum of the City of New York
                    [email protected]
                    

Lien de Etoile d’Europe

Publicitéspot_img
Publicité

Dernières nouvelles

Le Mouvement Sahraoui pour la Paix Présente ses Initiatives en Amérique du Sud

18 mai 2024 Le mercredi 14 mai, dans les locaux du Cercle de la Gendarmerie Nationale, s'est tenue la Conférence...

Livre L’anticultisme en France en 2024 : récits personnels et combats

Dans un monde qui comprend souvent mal et ostracise les croyances non conventionnelles, le livre révolutionnaire de Donald A....

Nouveau projet de recherche sur la mobilité humaine sur les données intelligentes

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent...

Bons d’État – Émission du 4 juin 2024 – Coupons

Communiqué de presse de l’Agence Fédérale de la Dette : Les coupons des bons d’État qui seront émis le 4...
- Advertisement -spot_img

Must read

Le Mouvement Sahraoui pour la Paix Présente ses Initiatives en Amérique du Sud

18 mai 2024 Le mercredi 14 mai, dans les locaux...

Livre L’anticultisme en France en 2024 : récits personnels et combats

Dans un monde qui comprend souvent mal et ostracise...
- Advertisement -spot_img

You might also likeRELATED
Recommended to you