Advertisementspot_img
ACTUALITESyrie: nouvelle coalition de rebelles à Idleb, dans le...

Syrie: nouvelle coalition de rebelles à Idleb, dans le viseur du régime

-

- Advertisment -spot_img

1 Aoû 2018

aa717dc2459b726f3f51db9fb8f087fe65a15359AFP/Archives / Muhammad HAJ KADOURDes groupes rebelles dans le nord-ouest de la Syrie ont annoncé mercredi la formation d’une nouvelle coalition

Des groupes rebelles dans le nord-ouest de la Syrie ont annoncé mercredi la formation d’une nouvelle coalition, alors que le président Bachar al-Assad avait récemment mis en garde que la province d’Idleb était sa nouvelle priorité.

Située près de la frontière turque dans le nord-ouest syrien, la province d’Idleb est dominée par l’organisation jihadiste Hayat Tahrir al-Cham (HTS), formée par l’ex-branche syrienne d’Al-Qaïda.

La région accueille également une multitude de groupes rebelles, puisque c’est là que sont envoyés les combattants insurgés des autres régions de Syrie à mesure qu’elles sont reconquises par le pouvoir de Damas.

Le « Front national de libération » a été formé pour regrouper le Front syrien de libération –coalition qui regroupe déjà les deux poids lourds Ahrar al-Cham et Noureddine al-Zinki– et quatre autres factions rebelles.

L’annonce a été faite mercredi par le Front syrien de libération sur sa chaîne télégram.

La nouvelle coalition comprend par ailleurs le puissant groupe rebelle Jaich al-Ahrar, influent dans la province d’Idleb, et qui par le passé avait tissé des alliances avec Hayat Tahrir al-Cham.

« La Turquie cimente encore un peu plus son influence à Idleb, au moment où les groupes armés de l’opposition –à l’exception de HTS– cherchent à dissuader le régime », a réagi sur son compte twitter l’expert sur la Syrie Charles Lister.

Lors d’un entretien à la presse russe, le président Assad a récemment affirmé que la province d’Idleb était « désormais (son) but, mais pas le seul ».

c484c0289bca9e1ec032a382c5cd870300ee50cfAFP / Omar KAMALLes forces en présence en Syrie

Mais les régions syriennes à la frontière avec la Turquie sont souvent considérés par les experts comme des zones d’influence d’Ankara, qui appuie plusieurs groupes rebelles dans les provinces d’Idleb ou d’Alep (nord) et y a déployé des postes d’observation.

Moscou, allié indéffectible du régime, a temporisé mardi la possibilité d’une offensive contre Idleb.

« Il n’est pas question et il ne peut pas être question pour le moment d’une offensive d’ampleur à Idleb », a affirmé l’émissaire russe pour la Syrie, Alexandre Lavrentiev.

Le chef de l’opposition syrienne en exil, Nasr al-Hariri, avait également exclu une offensive gouvernementale contre Idleb, lors d’un récent entretien avec l’AFP.

Déclenché en 2011, le conflit en Syrie s’est complexifié au fil des ans avec l’implication de pays étrangers et de groupes jihadistes, sur un territoire de plus en plus morcelé.

Il a fait plus de 350.000 morts et des millions de déplacés et réfugiés

Source: AFP

Latest news

Ordre du jour du Conseil des ministres du 31 mars 2023

Abonnez-vous à notre newsletter Courriel Inscriptions Institutions fédérales Conseil des ministres Membres du gouvernement Votre adresse e-mail est uniquement...

La Roumanie entre dans Schengen sans la Bulgarie ?

Le président du Conseil européen, Charles Michel, a annoncé à Bucarest que la décision d’accepter la Roumanie dans Schengen...

L’UNICEF tire la sonnette d’alarme face à une épidémie de choléra qui se propage rapidement en Afrique

L'épidémie de choléra en Afrique orientale et australe n'est pas seulement une épidémie ; qu'il L'urgence des enfantsdit...
- Advertisement -spot_img

Must read

- Advertisement -spot_img

You might also likeRELATED
Recommended to you