Advertisementspot_img
Les conditions météorologiques extrêmes ont causé deux millions de...
Array

Les conditions météorologiques extrêmes ont causé deux millions de morts et coûté 4 000 milliards de dollars au cours des 50 dernières années

-

- Advertisment -spot_img

Plus de deux millions de morts et 4,3 billions de dollars de pertes économiques ; c’est l’impact d’un demi-siècle d’événements météorologiques extrêmes alimentés par le réchauffement climatique d’origine humaine, l’Organisation météorologique mondiale (OM) a déclaré lundi.
Selon OMmétéorologiques, climatiques et liés à l’eau dangers causés près de 12 000 catastrophes entre 1970 et 2021. Les pays en développement ont été les plus durement touchés, neuf décès sur 10 et 60 % des pertes économiques des chocs climatiques et des phénomènes météorologiques extrêmes.

L’OMM a déclaré que les pays les moins avancés et les petits États insulaires en développement subissaient un coût «disproportionnellement» élevé par rapport à la taille de leurs économies.

« Les communautés les plus vulnérables supportent malheureusement le poids des aléas météorologiques, climatiques et hydriques », a déclaré le Secrétaire général de l’OMM, Petteri Taalas.

Inégalités ahurissantes

Dans les pays les moins avancés, l’OMM a signalé que plusieurs catastrophes au cours du dernier demi-siècle avaient causé des pertes économiques allant jusqu’à 30 % du produit intérieur brut (PIB).

Dans les petits États insulaires en développement, une catastrophe sur cinq a eu un impact « équivalent à plus de 5 % » du PIB, certaines catastrophes anéantissant tout le PIB des pays.

L’Asie a enregistré le plus grand nombre de décès dus à des événements météorologiques, climatiques et liés à l’eau extrêmes au cours des 50 dernières années, avec près d’un million de morts – plus de la moitié au Bangladesh seulemente.

En Afrique, l’OMM a déclaré que dles routes représentaient 95 pour cent des 733 585 décès signalés suite à une catastrophe climatique.

Les alertes précoces sauvent des vies

L’OMM a toutefois souligné que l’amélioration alertes précoces et gestion coordonnée des catastrophes ont contribué à atténuer l’impact meurtrier des catastrophes. « Les alertes précoces sauvent des vies », a insisté M. Taalas.

L’agence des Nations Unies a également noté que les décès enregistrés pour 2020 et 2021 étaient inférieurs à la moyenne de la décennie précédente.

Citant l’exemple de la violente tempête cyclonique Mocha de la semaine dernière, qui a dévasté les zones côtières du Myanmar et du Bangladesh et frappé « le plus pauvre des pauvresM. Taalas a rappelé que des catastrophes météorologiques similaires dans le passé ont causé « des dizaines voire des centaines de milliers de morts » dans les deux pays.

« Grâce aux alertes précoces et à la gestion des catastrophes, ces taux de mortalité catastrophiques appartiennent désormais heureusement au passé », a déclaré le chef de l’OMM.

‘Fruits mûrs’

L’agence avait montré précédemment qu’un préavis de 24 heures seulement avant un danger météorologique imminent peut réduire les dommages qui en résultent de 30 %, qualifiant les alertes précoces de « fruit à portée de main » de l’adaptation au changement climatique en raison de leur retour sur investissement décuplé.

L’OMM a publié ses nouvelles conclusions sur le coût humain et économique des catastrophes d’origine météorologique pour sa session quadriennale Congrès météorologique mondialqui s’est ouverte lundi à Genève en mettant l’accent sur la mise en œuvre de l’accord de l’ONU Premiers avertissements pour tous initiative.

https://news.un.org/en/media/oembed?url=https%3A//www.youtube.com/watch%3Fv%3Df63e8p0C7hc&max_width=0&max_height=0&hash=VQEuUklPsDjrda9PlmJILA8hy9OgwcCT3dk02oI_NvM

Ne laissez personne de côté

L’initiative vise à garantir que les services d’alerte précoce atteignent tout le monde sur Terre d’ici la fin de 2027. Il a été lancé par l’ONU Secrétaire général António Guterres au COP27 conférence sur le changement climatique à Charm al-Cheikh en novembre de l’année dernière.

Actuellement, seulement la moitié des monde est couvert par des systèmes d’alerte précoce, les petits États insulaires en développement et les pays les moins avancés étant loin derrière.

Plus tôt cette année, le Le chef de l’ONU a réuni les chefs d’agence et partenaires pour accélérer la mise en œuvre de l’initiative Early Warnings for All.

Un premier ensemble de 30 pays particulièrement à risque – dont près de la moitié en Afrique – ont été identifiés pour le déploiement de l’initiative en 2023.

OMM/Muhammad Amdad Hossain – Les pluies saisonnières provoquent régulièrement des inondations à Chittagong, au Bangladesh.

Lien Source Almouwatin.com

Latest news

L’OMS lance un pass santé mondial inspiré du certificat numérique européen Covid

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) et la Commission européenne ont annoncé le lancement d’un partenariat historique en matière...

Les réfugiés ukrainiens dans l’UE ont besoin de plus de soutien

Aujourd’hui, Caritas Europa lance sa nouvelle analyse sur la mise en œuvre de la directive sur la protection temporaire...

Résultats de l’adjudication de certificats de Trésorerie du 06 juin 2023

L’Agence fédérale de la Dette communique qu’elle a accepté les offres à l’adjudication de certificats de Trésorerie de ce...
- Advertisement -spot_img

Base de données de ressources sur les livres anciens chinois

« Base de données des ressources des livres anciens chinois » est une réalisation importante du « Plan de préservation des livres...

Traité contre la pollution plastique, une timide victoire

Du 29 mai au 2 juin, 175 pays sont parvenus à un accord sur un traité international de lutte...

Must read

- Advertisement -spot_img

You might also likeRELATED
Recommended to you