Accueil ACTUALITE Qatar : A l’ombre de la Coupe du monde de football, une question oubliée : la situation des chrétiens

Qatar : A l’ombre de la Coupe du monde de football, une question oubliée : la situation des chrétiens

0
Qatar : A l’ombre de la Coupe du monde de football, une question oubliée : la situation des chrétiens


Dans la perspective de la Coupe du monde de football au Qatar, les voix des non-musulmans ont été entendues et entendues au Parlement européen lors d’une conférence organisée par le député néerlandais Bert Jan Roysen le 6 décembre sous le titre. Qatar : Aborder les restrictions à la liberté religieuse pour les baha’is et les chrétiens.«
Cette initiative du député européen Bert-Jan Ruissen, membre du Groupe mixte européen sur la liberté de religion ou de conviction, faisait suite à la résolution du Parlement européen sur « la situation des droits de l’homme dans le contexte de la Coupe du monde de football au Qatar. Adopté le 24 novembre, dernière session plénière. A cette occasion, le Parlement a appelé « les autorités qatariennes à veiller au respect des droits de l’homme Droits de l’homme À toutes les personnes qui assistent à la Coupe du monde 2022, y compris les invités internationaux et ceux qui vivent dans le pays, y compris pour leur liberté de religion et de conviction.

La situation de la communauté chrétienne a été abordée par Anastasia Hartmann de Open Doors. Voici un excellent extrait de son discours :

Lorsque nous parlons du Qatar, il existe deux groupes distincts de croyants chrétiens dans le pays, et donc, deux ensembles de défis et de restrictions à la liberté religieuse.

Premièrement, les Qataris natifs, convertis de l’islam au christianisme, qui trouvent difficile, voire impossible, de pratiquer leur foi car ils peuvent faire face à des poursuites, et souvent à la marginalisation et à la pression de la société et de la famille en raison de leur conversion.

L’apostasie et le blasphème sont des crimes punis par la loi

90% des Qataris sont musulmans sunnites. Selon l’interprétation et l’application de la loi islamique au Qatar, l’apostasie est une infraction pénale passible de la peine de mort. Le Code pénal prévoit également des délits d’« interprétation erronée » du Coran, d’insulte à l’islam ou d’insulte à l’un des prophètes.

Il s’ensuit que les musulmans au Qatar ne jouissent pas de leur droit inhérent et de leur liberté de changer de religion ou de conviction, qui est une composante importante de la liberté de religion telle que stipulée à l’article 18 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques, qui est un traité contraignant pour elle. Le Qatar est signataire. De par sa nature, en aucun cas, y compris les lois, ce droit inhérent de changer de religion ne peut être enfreint ou violé à juste titre.

Mais il ne s’agit pas seulement de droit écrit. En raison de l’immense influence de la tribu dans la société qatarienne, la conversion de l’islam est également considérée comme une trahison de la famille et de l’honneur familial.

Les convertis de l’islam au christianisme et à d’autres religions sont obligés de dissimuler leur foi et de garder leurs réunions secrètes pour éviter les conséquences désastreuses des poursuites, de la stigmatisation sociale, de la surveillance policière ou de l’intimidation.

Travailleurs immigrés chrétiens, liberté d’association et liberté de réunion

Au Qatar, il existe également une communauté expatriée croissante de croyants chrétiens (composée principalement de travailleurs migrants étrangers), à qui le Qatar a été relativement indulgent et a même fourni des terres pour la construction d’églises.

Les chrétiens expatriés sont autorisés à adorer dans les limites d’un complexe religieux situé sur un terrain appartenant au gouvernement à condition que leur communauté soit enregistrée, mais seules neuf confessions chrétiennes sont enregistrées.

Le complexe religieux Mesaimeer créé par le père de l’émir actuel était un geste du gouvernement qatari pour promouvoir le dialogue interreligieux et nous notons avec éloges que cette étape a été franchie.

Cependant, il y a quelques problèmes. Tout d’abord, ce complexe est strictement surveillé, il y a des contrôles d’identité à l’entrée et aucun visiteur d’origine musulmane ne peut entrer dans ses locaux et ainsi assister à un culte non musulman. Deuxièmement, le complexe est trop petit pour accueillir la communauté croissante d’expatriés non musulmans du Qatar.

Cérémonie d’ouverture à Doha, Qatar, le 21 novembre 2022. [State Department photo by Ronny Przysucha/ Public Domain]

Chez Open Doors, nous connaissons environ 100 communautés évangéliques qui se rassemblaient dans des villas à l’époque pré-pandémique, mais qui ont été « temporairement » fermées par le gouvernement en raison des restrictions liées au COVID-19. Ils attendent toujours l’autorisation de rouvrir même si les mosquées et autres institutions sont autorisées à fonctionner et que la Coupe du monde accueille d’immenses foules de visiteurs du monde entier.

Il est interdit aux groupes religieux non enregistrés de pratiquer légalement un culte privé. Ils se sont retrouvés dans les limbes du registre. Il est très difficile d’établir officiellement de nouvelles communautés ou d’utiliser des bâtiments non désignés tels que des hôtels ou des salles de réception pour des rassemblements religieux.

Nous demandons sincèrement au gouvernement qatari ce dont il a besoin pour permettre aux gens de prier dans d’autres endroits ? »

Recommandations

Dans ses conclusions, Anastasia Hartmann a insisté sur la nécessité d’un dialogue constructif avec les autorités qatariennes et a donné la priorité à un certain nombre de questions qui devraient être défendues, telles que :

Premièrement, compte tenu de la capacité limitée de l’enceinte religieuse de Doha, d’exiger que le gouvernement qatari accorde la liberté de culte aux communautés chrétiennes, enregistrées ou non, et autorise le libre accès de tous les Qataris et expatriés aux lieux chrétiens. de culte.

Deuxièmement, demander aux autorités qatariennes de développer des initiatives au niveau local pour éduquer plus largement la population sur la valeur de la tolérance religieuse et de l’harmonie interreligieuse.

Dans le même esprit, elle a appelé UE Répondre à ses préoccupations en matière de droits de l’homme, y compris la liberté religieuse, au Qatar par le biais de ses canaux diplomatiques et politiques, utiliser toutes les opportunités pour un engagement significatif et un dialogue ouvert et constructif.

Il a également recommandé aux membres du Parlement européen de poser des questions écrites à la commission et de rencontrer les ambassadeurs du Qatar dans leur pays.

Clôture Membre du Parlement européen Bert Jan Roesen

portret 002 496x1024 - Qatar : A l'ombre de la Coupe du monde de football, une affaire oubliée : la situation des chrétiens
Membre du Parlement européen Bert Jan Roesen

L’eurodéputé Bert Jan Roesen a conclu l’événement en disant : « C’était très intéressant d’entendre les témoignages personnels de dirigeants d’églises qui ont été expulsés par le Qatar pour ne pas avoir caché leur foi chrétienne et bahá’íe. Cela renforce ma conviction que l’Union européenne devrait intensifier ses activités en faveur de la liberté de croyance, également au Qatar. Comme les États membres de l’UE font beaucoup d’affaires avec le Qatar, l’UE ne doit pas fermer les yeux sur le manque de liberté des chrétiens et des autres religions non musulmanes. L’Union européenne devrait entamer un dialogue constructif avec le Qatar : chacun devrait être libre de pratiquer sa religion et d’exprimer ses convictions.



Lien Source Almouwatin.com